La Gendarmerie : 72 000 postes Ubuntu à l’été 2014

Actualites

La Gendarmerie : 72 000 postes Ubuntu à l’été 2014

Cyrille Chausson

«Il est possible de déployer des milliers de Linux sur des desktops, nous l’avons fait !» C’est ainsi que le major de Gendarmerie Stéphane Dumont est venu présenter la finalisation de l’un des plus importants projets de migration de postes de travail Linux en France et en Europe. S’exprimant à l’occasion d’une conférence qui s’est tenue à Lisbonne le 26 septembre dernier (la présentation est en ligne sur le site JoinUp de la Commission européenne), le major a expliqué que la Gendarmerie Nationale  aura migré 72 000 postes de travail vers une distribution Ubuntu (baptisée «GendBuntu») d’ici à la fin de l’été 2014. Actuellement 37 000 GendBuntu ont déjàété mis en place.

Avec le projet LiMux de la Ville de Munich, qui avance progressivement après nombre de détours, le projet de la Gendarmerie constitue l’un des projets les plus ambitieux en matière de migration vers Linux du poste de travail dans le secteur public en Europe. 
La Gendarmerie est venue progressivement à Ubuntu, rapporte le Major, dans sa présentation, en s’attaquant dès 2004 à la bascule de Microsoft Office vers OpenOffice ainsi qu’à l’utilisation du format OpenDocument.

Lentement le portefeuille d’applications bureautiques a lui aussi migré entre 2006 et 2008, avec le passage à Firefox et Thunderbird pour le navigateur et la messagerie electronique, puis à GIMP (pour l’édition d’image) et à VLC (lecture vidéo). Arrive enfin en 2008 le début de la bascule des premiers postes vers Ubuntu (dans sa version LTS - Long Term Support) sur d’abord 5 000 postes. Une migration effectuée à la main avant de s’attaquer à la phase d’industrialisation, à plus grande échelle. En décembre 2012, 35 000 postes avaient déjà basculé sur GendBuntu. Entre mars et juin 2013, une autre étape a été franchie avec la première mise à jour à distance (WAN) des postes d’une version 10.04 à 12.04 de la distribution Linux… une mise à jour réalisé au moyen de l’outil standard de Canonical. En janvier 2014, «les dernières contraintes importantes auront disparu », affirme le Major dans sa présentation. Les derniers postes sous Windows XP devraient alors migrer vers Ubuntu, l’objectif étant d’atteindre 72 000 postes d’ici à la fin de l’été 2014. «Un objectif long et difficile à atteindre », commente-t-il d’ailleurs.

L’un des grans enseignements de ce vaste projet réside dans le fait que le passage à Ubuntu n’a pas eu pour seul impact que la réduction des coûts de licences. «La partie émergée de l’iceberg », indique Stéphane Dumont. Une politique industrialisée de desktop Open Source est un «levier puissant en matière de gouvernance IT », souligne-t-il, évoquant une supervision et une gestion centralisée du cycle de vie des desktops. Une centralisation qui a notamment contribué logiquement à diminuer le TCO du poste de travail de 40 % (entre 2008 et 2014) notamment du fait de la réduction des équipes de maintenance (du fait de la centralisation) et de la réduction des interventions techniques sur site.

 

 


Réagir à cet article Commentaire

Partager
Commentaires

    Résultats

    Participez à la discussion

    Tous les champs sont obligatoires. Les commentaires apparaîtront sous l'article.