corepics - Fotolia

HP Inc. veut devenir un fondement de l’avenir numérique

Dans un marché du PC en déclin, la branche PC et imprimantes de HP voit son avenir dans les jets d’encre et les PC Sprout, qu'il souhaite être une base de la nouvelle révolution industrielle qui s’annonce avec l’impression 3D.

Il y a bien longtemps, les manuscrits étaient écrits et recopiés à la main. Puis, vers 1440, Johannes Gutenberg a créé l’imprimerie, qui a contribué à banaliser la production et la vente de livres.

HP Inc. espère mettre à profit le succès de ses imprimantes - qui, depuis l'introduction de l'imprimante laser il y a 35 ans, ne font que renouveler l'invention de Gutenberg - pour déclencher une nouvelle révolution dans le domaine de l'impression.

Shane Wall, directeur technique et responsable de HP Labs chez HP Inc., pourrait jouer un rôle déterminant dans cette révolution, tout du moins sous l'angle de HP Inc. Il a été embauché par HP en 1985, avant de fonder une start-up au milieu des années 1990. Il a ensuite passé 14 ans chez Intel, où il était responsable de l'expansion commerciale et des investissements pour Intel Capital et où il a dirigé Intel Labs, avant de revenir chez HP.

Comme il le souligne, HP Inc. hérite de deux grandes activités largement développées, avec d’une part les imprimantes et d’autre part les PC. La première de ces divisions connaît un franc succès : HP Inc. pourrait littéralement battre monnaie grâce à la forte croissance des consommables. En revanche, la partie PC a connu une baisse de 13 % de son chiffre d'affaires au troisième trimestre 2015, et IDC prévoit un déclin continu de ce marché jusqu'en 2019.

Mais même si l'activité PC est touchée par la baisse de la demande, Shane Wall est persuadé qu'elle va rebondir. Il ne suffira sans doute pas de rivaliser avec la concurrence en vendant de nouvelles versions des PC, ordinateurs portables, tablettes ou appareils hybrides ; il faudra plutôt inventer des utilisations radicalement nouvelles de l'ordinateur, que les fabricants concurrents ne pourront pas copier et produire en masse.

Jets d'encre : « les photocopieurs, une opportunité considérable »

HP Inc. prévoit de développer son activité Imprimantes actuelle au moyen de plusieurs initiatives permettant de réduire les coûts.

Parmi elles, le service Instant Ink (encre instantanée), conçu pour réduire le coût de l'encre, fonctionne sur un modèle d'abonnement. L'imprimante de l'entreprise, connectée à Internet, notifie HP lorsque l'encre vient à manquer. Celle-ci est ainsi livrée à la demande et à moindre coût par rapport à l'achat de nouvelles cartouches, assure Shane Wall.

L'activité jet d'encre de HP a enregistré une croissance de 18 % l'an dernier, contre 3 % seulement pour l'activité laser. Reste que se pose la question de savoir pourquoi proposer aux entreprises une impression avec cartouches d'encre – marché traditionnellement dominé par HP avec ses imprimantes laser ?

« Cette proposition de valeur nous permet de réduire considérablement les coûts. L'utilisateur jouit ainsi des atouts d'une imprimante laser en termes de gestion du papier et de flexibilité, pour un coût par page très inférieur », explique Shane Wall.

Cela signifie en outre que HP Inc. est en mesure d'offrir les fonctionnalités de sa gamme d'imprimantes laser multifonction OfficeJet (impression, numérisation, photocopie et fax) sur une imprimante jet d'encre.

« Les imprimantes jet d'encre sont également pour nous l'occasion de pénétrer le marché des photocopieurs A3 », ajoute Shane Wall. La société détient 40 % du marché des imprimantes, alors que sa part du marché des photocopieurs n'est que de 3 %. « Les photocopieurs représentent pour HP une opportunité de croissance considérable », affirme-t-il.

HP sortira plusieurs Sprout

Les utilisateurs ne mettent pas leur matériel à niveau aussi souvent qu'auparavant. La question est donc d'accroître l'attrait des ordinateurs. « Sur le court terme, il ne fait aucun doute que le PC est en période de transition et qu'il n'en bougera pas. Mais cette stagnation à brève échéance débouchera sur des opportunités à long terme », estime Shane Wall.

Concernant Windows 10, il pense qu’il: « se révélera un système d'exploitation extraordinaire. Il nous apportera de nouvelles opportunités, qui se traduiront par des workflows et des solutions verticales dans l'entreprise. » Ces nouveautés s'appuieront sur les tablettes PC convertibles, comme le x360 de HP, qui fait office à la fois de tablette et d'ordinateur portable.

HP fait également la promotion de Sprout. « Sprout est une plateforme. Plus qu'un simple PC, c'est une expérience informatique immersive, explique Shane Wall. Sprout peut être utilisé pour la modélisation interactive dans le domaine de la fabrication, ou à des fins de communication. »

Cet appareil est équipé d'un écran tactile, d'un scanneur 3D et d'un tapis tactile sur lequel il est également possible de projeter des images. Il possède sa propre interface utilisateur et ses propres applications, même si la version actuelle exécute Windows 8.

Cette première mise en œuvre est axée sur l'infographie pour le grand public. Une deuxième version s'adressera aux graphistes professionnels, et d'autres suivront pour les secteurs de la santé et de l'automobile.

Shane Wall affirme que Sprout est la plateforme PC la plus révolutionnaire de ces dix dernières années. D'après lui, c'est parce qu'elle est au cœur de la vision à moyen et à long terme de HP Inc. autour d'une « réalité mélangée ».

Accompagner « la rencontre entre réalité numérique et réalité physique »

En tant que directeur technique de la société, Shane Wall a les yeux rivés sur l'avenir. Sa vision à court terme place des imprimantes à jet d'encre dans l'entreprise et des Sprout sur les bureaux. Mais quels sont ses projets d'avenir pour HP Inc. ?

« L'une de nos tendances phares est la rencontre entre la réalité numérique et la réalité physique », confie-t-il. Selon la phraséologie de l'entreprise, HP Inc. « allie le monde physique et le monde numérique ».

Shane Wall cite l'exemple d'un appareil Fitbit qui permet de suivre numériquement l'état de santé de la personne qui le porte, afin de créer un programme d'entraînement destiné à améliorer la santé de l'utilisateur dans le monde physique. Autre exemple, le PC Sprout, qui permet de scanner un objet physique sous une forme numérique, puis de manipuler cette forme numériquement avant d'imprimer le produit fini en trois dimensions.

L'impression en 3D est au cœur de la vision à moyen et à long terme de HP Inc. autour du concept de « réalité mélangée ».

L’impression 3D va redéfinir la chaîne de production traditionnelle

D'après Shane Wall, la transformation en 3D constitue la prochaine révolution industrielle. « Au cours des 150 dernières années, la société s'est construite sur les bases de la révolution industrielle, commente-t-il. Dans le secteur de la fabrication par exemple, vous prenez des matières premières, vous fabriquez des produits à bas coût puis vous distribuez ces produits. Ajoutez une dose de marketing et une bonne équipe de vente, et vous obtenez une entreprise de fabrication caractéristique de notre époque. Biscuits, tablettes, Toyotas... tous utilisent le même processus. »

Rolls-Royce a recours à l'impression en 3D pour certaines parties de ses moteurs à réaction
Shane Wall, HP Inc.

Shane Wall est persuadé que ce processus industriel bien rodé connaîtra un profond bouleversement au cours des 15 à 20 prochaines années. « Ce bouleversement sera possible grâce à deux principes fondamentaux : premièrement, la démocratisation de l'infographie, qui simplifiera le processus de conception, et deuxièmement l'impression en 3D. »

Les outils de conception en 3D sont généralement complexes et leur utilisation nécessite des compétences spécialisées. Les utilisateurs d'AutoCAD, par exemple, sont pour la plupart des graphistes professionnels. Avec la démocratisation de cette activité, se félicite Shane Wall, un consommateur souhaitant changer la coque de son téléphone portable n'aura qu'à rechercher un modèle en ligne, à le télécharger, à le personnaliser à l'aide d'un équipement de type Sprout, doté d'outils simples à utiliser, puis à l'imprimer.

« Je viens d'ébranler la chaîne de production. C'est précisément pour cette raison que nous avons créé Sprout et que nous nous lançons dans l'impression en 3D. »

Sur la scène professionnelle, Shane Wall souligne qu'une imprimante 3D éviterait à un fabricant d'automobiles de stocker des pièces de rechange pendant de nombreuses années. Il lui suffirait de sélectionner les composants dans un outil de conception assistée par ordinateur (CAO) tel qu'AutoCAD et d'imprimer la pièce requise à la demande.

Le premier appareil d'impression en 3D de HP Inc., baptisé MultiJet Fusion, est prévu pour l'automne 2016. L'impression sera initialement limitée au plastique, mais les futures versions permettront d'utiliser des polymères et des métaux aux propriétés multiples, confie Shane Wall.

Dans un premier temps, il mise sur une utilisation dans la fabrication à faible volume et pour la création de modèles uniques dans les secteurs de l'automobile et de l'aviation. « Rolls-Royce a recours à l'impression en 3D pour certaines parties de ses moteurs à réaction », précise-t-il.

Voici donc venue l'ère de la fabrication numérique. Contrairement à la méthode « analogique » traditionnelle - selon laquelle un composant est conçu avant d'être produit en masse - « avec la fabrication numérique, on dispose d'une image numérique exacte d'un composant. On peut alors créer plusieurs révisions – pratique courante de nos jours dans le développement de logiciels – et, après modification, coder un filigrane unique qui permet de suivre l'article physique ». Chaque révision du produit peut être imprimée en 3D.

Numérisation de la fabrication

Gutenberg a bouleversé la méthode traditionnelle de production des manuscrits, et il n'a fallu que quelques décennies à la presse de Gutenberg pour se développer et essaimer. De la même manière, l'idée qu'il soit possible d'imprimer des composants en 3D à la demande en les choisissant dans une large bibliothèque logicielle est contraire à presque tous les fondements de la société industrielle.

Cependant, comme le fait remarquer Steve Prentice, analyste chez Gartner, les entreprises qui refusent le changement finissent par sombrer. Il est difficile d'imaginer la disparition des usines de fabrication. Cela dit, qui aurait pu prédire qu'une société de taxis prospérerait sans posséder aucun véhicule, ou que la plus grande chaîne d'hôtels au monde ne possèderait aucun hôtel ?

Par conséquent, l'idée d'une révolution de l'impression en 3D évoquée par HP Inc. n'est peut-être pas si insensée. Elle va certes à l'encontre de idées conventionnelle actuelles, mais HP Inc. mise son avenir sur le passage du secteur de la fabrication à l'ère du numérique. Il y a juste à espérer pour HP Inc. que ses Sprouts ne feront pas pschitt.

PRO+

Contenu premium

Accéder à plus de contenu PRO+ ainsi qu'à d'autres offres réservées aux membres.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

En soumettant ces informations à LeMagIT.fr, vous acceptez de recevoir des emails de TechTarget et ses partenaires. Si vous résidez hors des Etats-Unis, vous consentez à ce que vos données personnelles soient transférées et traitées aux Etats-Unis. Politique de confidentialité

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close