Groupon abandonne le cloud pour opérer sa propre infrastructure

Après avoir beaucoup utilisé les services de cloud d’infrastructure IaaS à ses débuts, Groupon a basculé sa production sur ses propres infrastructures dans des datacenters colocalisés. Une décision essentiellement motivée par des raisons de coûts.

Le Cloud n’est pas forcément la solution pour toutes les entreprises. Et ce et n’est pas toujours le choix le plus économique.  C’est ce qu’illustre la migration récente de Groupon, le leader des offres promotionnelles sur Internet d’Amazon AWS vers ses propres infrastructures.

Répondant récemment à des questions de nos confrères de SearchDataCenter.com dans la Silicon Valley, Harmail Chatha, le directeur de l’exploitation des datacenters de Groupon a commencé par indiquer sa surprise d’avoir trouvé peu d’informations sur comment sortir du cloud. Il était par exemple présent à la conférence Datacenter Dynamics Converged de Londres en Novembre et explique qu’il n’y avait aucune session sur comment sortir proprement du cloud.

Pourtant dès qu’une entreprise commence à dépenser plus de 200 000 à 250 000 $ par an dans le cloud, elle devrait s’intéresser à des options alternatives explique Chatha. Il conseille « de faire ses propres calculs et de parler avec des fournisseurs de services de datacenters », tout en indiquant que les montants peuvent varier selon l’activité de l’entreprise.

Certaines entreprises peuvent ne pas savoir comment comparer entre infrastructures cloud et datacenter en propre. Elles peuvent s’interroger sur la façon de sortir du cloud ou sur comment choisir le(s) bon(s) fournisseur(s) de datacenters. D’autres peuvent considérer qu’elles n’ont pas les compétences internes pour opérer leur propre infrastructure. Mais quoi qu’il en soit, « à un certain niveau de maturité, elles n’auront d’autre choix que de se lancer », estime Chartha.

 Un retrait du cloud motivé par des des raisons de coûts

L’histoire de croissance de Groupon n’est pas exceptionnelle, explique-t-il. Et comme Groupon, beaucoup de jeunes sociétés commencent par déployer leur infrastructure dans le Cloud, car cela leur permet de déployer rapidement et de se lancer. « Toutefois il y a des économies d’échelle à réaliser dès que vous atteignez une certaine taille » explique Chatha pour justifier le retour de la firme vers un modèle de datacenter opéré en propre.

Groupon a commencé à se retirer du cloud en 2011, trois ans après ses débuts. « La principale motivation a été le coût » affirme Chatha. « Il n’était pas envisageable d’un point de vue économique de rester dans le cloud ».

Certaines entreprises justifient leur choix des infrastructures cloud par la possibilité de payer leur informatique en mode OPEX. Mais  pour Chatha cette excuse ne tient pas : la location d’espace, les équipements et la consommation de ressources dans un datacenter peuvent être traités ou financés comme de l’OPEX.

Les besoins de Groupon sont plus variés que ceux d’un acteur comme Netflix qui est souvent cité en exemple pour son choix de baser toute son infrastructure sur les services d’Amazon Web Services (AWS). NetFlix consomme beaucoup de stockage indique Chatha, alors que Groupon a des besoins très variés, allant de simples VM à l’hébergement de bases de données.

Des infrastructures exploitées en propre dans des datacenters colocalisés

Actuellement, 95% de l’infrastructure de Groupon est exploitée dans les datacenters que la firme a installés en colocation chez de grands acteurs de l’hébergement. Les 5% restant sont chez toujours chez AWS. Une partie de l’infrastructure de la firme est désormais hébergée dans le datacenter de RagingWire Data Centers au sein de la capitale californienne de Sacramento. Groupon y loue plus de 500 m2 d’espace de salle blanche et a souscrit à 1 MW de puissance électrique.

La firme y met en œuvre un système de containement d’aile froide et y exploite une infrastructure 100% en marque blanche. Le site est opéré en mode actif-actif en liaison avec un second site basé à Santa Clara dans les locaux du datacenter V3 de Vantage Data Centers.

« Pour des entreprises qui ne savent pas forcément comment exploiter leur infrastructure de façon optimale, le Cloud est souvent une bonne solution. Mais Groupon à la taille et le savoir-faire pour gérer sa propre infrastructure et sa taille lui permet aussi de négocier des prix avantageux pour ses équipements », explique Chris Yetman, le COO de Vantage.

Le Cloud : une solution économique pour certains, mais pas pour Groupon

Le Cloud computing peut être attractif pour de nombreuses entreprises. Mais si une entreprise sait gérer correctement ses propres serveurs virtuels, elle peut répliquer les économies d’échelles des fournisseurs de cloud dans son datacenter affirme Yetman : « Si votre infrastructure consomme quelques Mégawatts ou plus, vous pouvez faire ce que les fournisseurs d’IaaS font, les marges en moins». Et comme le montrent les résultats les plus récents d’Amazon AWS, les marges du géant sont plus que confortables

Selon Yetman, les gains dépendent toutefois de la nature des applications et des objectifs de chacun. Il explique ainsi que Netflix a trouvé un moyen de tirer au mieux parti d’AWS avec la nature « bursty » de ses workloads et en optimisant ses contenus pour chaque type de terminal de consultation. Selon lui, Netflix profite aussi de façon optimale des instances spots proposées par AWS en heures creuses, ce que ne pouvait faire Groupon dont les profils applicatifs sont bien plus équilibrés.

Ce contenu a été publié pour la première fois en janvier 2016

PRO+

Contenu premium

Accéder à plus de contenu PRO+ ainsi qu'à d'autres offres réservées aux membres.

Approfondir

0 commentaire

Le plus ancien 

Mot de passe oublié ?

Pas de problème ! Merci d'entrer votre adresse e-mail ci-dessous. Nous vous enverrons un email contenant votre mot de passe.

Votre mot de passe a été envoyé à :

- ANNONCES GOOGLE

Close