Cloud hybride : bien évaluer les outils d’administration

Choisir des outils de gestion de Cloud hybride n’est pas tâche aisée. Il convient de prendre en considération une longue liste de critères : coûts, APIs, support et capacité d’intégration à des tiers.

Difficile de s’arrêter sur des outils de gestion de Cloud hybride avec tout le bruit qui entoure cette grande tendance de l’IT moderne. Les outils sont encore neufs et évoluent à un rythme très rapide, à tel point qu’il est particulièrement difficile de les évaluer, de gauger de leur potentiel ou encore de comprendre le potentiel qu’ils cachent. Difficile également d’en évaluer la portée à terme dans l’entreprise et encore plus difficile d’éviter le verrou-vendeur dans ces conditions.

Avant de se lancer dans les considérations techniques, les décideurs doivent d’abord prendre 3 décisions clés.

1 – Source unique ou Open Source

Il convient d’abord de décider si l’on souhaite acheter ses outils d’administration à partir d’une source unique et donc d’un fournisseur unique, ou si l’on préfère prendre à son compte les tâches d’intégration en ajoutant par exemple des composants Open Source ou en achetant plusieurs solutions.

Pour prendre cette décision, il suffit de prendre la mesure du projet.  S’il s’agit uniquement d’un prototype, la décision dépendra du niveau de maturité de l’équipe IT, son planning et son budget. Un prototype est généralement une façon de tester plusieurs approches ; ce qui au final n’implique pas de se focaliser sur une unique technologie. Cela permet en revanche d’évaluer un spectre plus large de fournisseurs et d’approches.

Mais si le budget du projet est plutôt serré, si le planning est très court ou si le projet n’est seulement destiné à démontrer un simple concept, se limiter à un unique fournisseur peut être la bonne solution. Dans ce cas, pour les prochaines phases du projet, que ce soit une évaluation plus étendue ou une mise en production, votre décision aura un effet sur votre choix d’outils.

2 – Le modèle de déploiement

Les grands fournisseurs de Cloud que sont Microsoft Azure, AWS et Google s’orientent vers des offres préconfigurées de Cloud privé packagé. Microsoft a par exemple présenté Azure Stack. Evidemment,  parce que cela est plutôt nouveau, la question du prix est sur toutes les lèvres. Néanmoins, cette idée qu’une stack unique puisse fonctionner de façon hybride est plutôt séduisante pour les administrateurs. Il s’agit du même modèle opérationnel entrevu déjà avec les zones de disponibilité des Clouds publics.

L’inconvénient est que les fournisseurs de Cloud n’ont que peu d’intérêt à interopérer avec d’autres plateformes, ainsi l’espoir de pouvoir switcher d’un Cloud public à l’autre en fonction du prix ou des services pourrait bien encore attendre. Microsoft a pour l’heure limité Azure Stack à seulement un ou deux fournisseurs de serveurs.

3 – Externaliser l’administration

Une autre alternative consiste à confier l’administration de votre Cloud hybride à un prestataire tiers, comme peut l’être Rackspace. Cela donnera probablement un Cloud OpenStack avec un condensé de plusieurs outils. Il s’agit d’un compromis entre développer soi-même, le coût et les limites d’un partenaire externe. Mais cela peut toutefois faciliter la courbe d’apprentissage, surtout sur OpenStack.

Outils d’administration : évaluer les bons critères

Une fois les décisions stratégiques prises, comme mentionné ci-dessus, la prochaine étape consiste à évaluer les outils d’administration. La première évaluation consiste à distinguer  les suites complètes d’outils et les outils spécifiques qui ne ciblent qu’un ou deux domaines.

Pour une approche à la carte, évaluez chaque outil séparément et assurez qu’ils soient intéropérables avant de prendre la décision finale.

Voici une liste des questions à prendre en compte pour évaluer des outils d’administration de Cloud hybride :

  • Choix de la plateforme de base. Cela est-il limité à un nombre limité de fournisseurs , avec seulement un ou deux éditeurs certifiés, ou les outils peuvent-ils gérer tous les environnements commerciaux ?
  • Le verrou-vendeur. L’outil en question nécessite-t-il d’être accompagné d’autres outils du même fournisseur ?
  • Capacité de dimensionnement de l’outil. L’outil a-t-il la capacité de gérer votre taille de cluster ? Cela peut être un problème avec des produits pré-formatés comme Azure Stack – il est actuellement cantonné aux clusters de petite taille.
  • Neutralité. L’outil peut-il communiquer et gérer plusieurs Clouds publics ? Plusieurs Clouds privés ? Prenez en compte ce point, mais il peut aussi que les administrateurs n’aient pas besoin d’avoir une grande variété de Clouds.
  • Administration centrale. Tous les outils sont-ils centralisés ?  Sont-ils accessibles via un menu unique ? Les suites d’outils sont  généralement connues pour cela – et le font mieux qu’une collection d’outils séparés.
  • Multi-utilisateurs. Plusieurs administrateurs peuvent-ils utiliser l’outil en simultané ?
  • Fonctionnalités et performances. Cela répond-il aux besoins ? Vous pouvez préparer une liste de critères spécifiques pour répondre à cette question. Testez les outils de gestion de Cloud hybride dans un bac à sable pour identifier celui qui convient le mieux.
  • L’interface utilisateur. Est-elle suffisamment adéquate ? La qualité de l’interface est clé pour un outil qui sera central dans votre Cloud hybride.
  • APIs. Les APIs sont-elles standard ? SI c’est le cas, les applications qui s’appuient sur ces APIs ne nécessiteront pas une réécriture du code avec un nouvel outil.
  • Support de politiques d’entreprise. Les politiques sont-elles supportées et exploitées par le Cloud ?
  • Scripting. Le scripting est-il supporté ? Ces scripts sont-ils applicables à plusieurs outils ou Clouds ?
  • Contrôle de version. L’outil prend-il en compte le contrôle de version ? Cela est-il intégré en natif ?
  • Synchronisation des clusters. La synchronisation de versions entre nœuds de clusters est-elle supportée ? Il est généralement clé de tenir à jour le code sur l’ensemble des nœuds du cluster. Un outil tiers peut certes être utilisé mais il doit fonctionner avec l’ensemble des autres outils.
  • Feuille de route. L’éditeur a-t-il tracé un futur pour le produit ?
  • La réputation du fournisseur. Quel est l’historique et l’expérience du fournisseur ?
  • Le coût. Il s’agit d’un facteur clé et il existe des prix très différents sur le marché en matière d’outils de gestion de Cloud hybride. Ayez à l’esprit que le coût se calcule sur plusieurs années et, dans ce contexte d’accélération de l’IT, les ajouts de nouvelles fonction sont très fréquents. Evaluer ces coûts pour chaque achat logiciel, surtout si le verrou-vendeur est fort.

La question du coût est d’autant plus pertinente si des restrictions côté hardware sont par exemple imposées. Le coût du support peut également être un problème. Méfiez-vous des augmentations appliquées des années par la première installation.

Les différentes classes d’outils

Les outils peuvent être regroupés ainsi :

  • Les suites complètes d’outils qui comprennent la plupart des fonctions ;
  • Les outils d’orchestration, parfois uniquement pour le serveur, le stockage et le réseau ;
  • Les mises à jour qui permettent de synchroniser les nœuds des clusters ;
  • Les outils de sécurité qui prennent en charge la validation des images, la gestion des clés, par exemple ;
  • Les outils de gouvernance ;
  • Le monitoring d’activités, comme la détection d’intrusions, la surveillance de défaillance et les outils de reporting d’activités ;
  • Les outils de billing ;
  • Les outils de gestion de politiques pour la création de template ; et
  • Les outils d’optimisation des coûts entre clouds publics et qui déterminent aussi les placements sur les Clouds privés.

Le processus d’achat d’outils d’administration de Cloud hybride est certes compliqué. Mais pouvoir identifier le bon type d’outils permet justement de réduire le spectre – et le hype associé - et de choisir celui le plus adapté.

Dernièure mise à jour de cet article : janvier 2017

PRO+

Contenu premium

Accéder à plus de contenu PRO+ ainsi qu'à d'autres offres réservées aux membres.

Guides Essentiels

Cloud Hybride, Multi-Cloud, APIs : comment bien administrer une architecture IT hétérogène

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

En soumettant ces informations à LeMagIT.fr, vous acceptez de recevoir des emails de TechTarget et ses partenaires. Si vous résidez hors des Etats-Unis, vous consentez à ce que vos données personnelles soient transférées et traitées aux Etats-Unis. Politique de confidentialité

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close