SOA : l'alignement IT/Métier, freiné par un manque de communication interne

Si l'alignement du SI sur les processus métier représente la clé de voute de la SOA, et également un souhait pour un panel d'entreprises, il apparaît que les freins dans la réalisation de tel projet repose notamment sur un problème de communication et de collaboration au sein de l'organisation. Une étude PAC pose le problème.

Dans la SOA, le métier est roi et l'informatique un vecteur de réalisation technologique. Reste à les faire dialoguer. Presque une lapalissade, cette problématique est bien le fil rouge qui ressort de la dernière étude du cabinet Pierre Audoin Consultant (PAC), publiée en préambule du SOA Summit d'IBM, sur l'alignement IT / métier en France.

Par alignement entre le SI et les métiers, on entend caler les ressources informatiques sur les processus métier d'une entreprise. Deux briques contrôlées par deux départements au sein de l'organisation. C'est un des fondamentaux de la SOA qui vise justement à traduire sous forme de services les composantes d'un métier. Et c'est également un des nombreux chevaux de bataille d'IBM.

Dans un contexte en évolution, où l'informatique donne non seulement la capacité aux métiers de mieux s'exprimer et de muter, mais est aussi considérée comme elle même créatrice de valeur, il apparaît inévitable, selon PAC, que l'alignement entre ces deux composants soit « une arme offensive » pour les entreprises. Et surtout un souhait pour une large majorité des entreprises françaises interrogées lors de cette étude.

Sur les 101 sociétés française de plus de 1 000 employés sondées, 93% considèrent que cet alignement est une priorité importante (67%), voire très importante (26%).

Les freins majeurs, l'entreprise et la collaboration SI et métier

Si le principe d'alignement est bien intégré, sa mise en place n'est pas forcément la plus facile. Car elle passe à coup sûr par une refonte de l'organisation. D'où une necéssité absolue de placer la démarche dans une stratégie globale d'entreprise, ornée de conseil en amont et de méthodologie. Mieux, «l'amélioration de l'alignement IT/Métier passe avant tout par une forte implication de la direction générale dans le projet ».

PAC cite en effet l'entreprise elle-même, pas assez adaptée, comme premier frein, pour 97% des responsables sondées (très important pour 63% et assez important pour 34%). Suivent une mauvaise communication entre IT et métiers (plus de 95%), une informatique pas assez au fait des exigences métiers (environ 83%), une infrastructure logicielle trop rigide (79%), et enfin des métiers pas assez au fait des exigences de l'informatique (environ 77%). « Les freins à l'alignement sont alors de trois types : organisationnels, relationnels et techniques », résument Mathieu Poujol, analyste chez PAC.

Le problème réside surtout dans la criticité de la collaboration entre les deux camps : les utlisateurs métier et l'informatique. Pour 94%, cette incompatiblité de communication et de sémantique représente un enjeu capital dans l'alignement.

Si c'est encore la DSI qui tient les cordons de la bourse pour 50% des sondés (contre 33% pour les lignes métier), les cellules de maitrise d'ouvrage (MOA) contrôlent les projets en servant de principale interface entre les deux camps. Cela est le cas pour 89% des entreprises sondées.

Dans la pratique, la parole est encore dans le camp des informaticiens. Mais les projets en cours d'alignement , dont seulement 4% sont en phase de mise en production, laissent entrevoir une amélioration dans les relations. 71% jugent assez forte l'implication des directions métiers dans un effort d'alignement. Il est donc logique de constater qu'à plus de 40%, l'intégration MOA/ MOE constitue la méthode de réalisation d'un alignement chez les entreprises sondées. Toutefois positionnées derrière la mise en place d'une vaste politique globale de l'entreprise (à presque 75%).

C'est ainsi une évidence pour IBM. S'il reste beaucoup d'effort à faire en matière de collaboration entre le SI et les métiers, c'est parce que nous sommes encore dans une phase de transition. « D'ici trois ans, 98% des entreprises devront faire évoluer leur business model », souligne Huguette Ranc , directrice SOA chez IBM France. Pas de soucis côté technologique en revanche. L'offre autour de la SOA est mature; les seuls freins sont d'ordre organisationnels, semble-t-elle alors déclarer. Peut-être faudra-t-il patienter trois ans avant de voir de vrais premiers projets sortir des phases de pilotage.

Quoiqu'il en soit, Mathieu Pujol explique que pour 80% des sondés, la SOA constitue le socle idéal pour l'alignement IT/Métier. Surprenant, commente-t-il lorsqu'il s'agit de PME. Preuve non seulement que l'alignement entre le SI et les métiers est quasi-inévitable, mais également que le concept d'une architecture reposant sur les services a fait son chemin.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close