L'intérêt pour les grands serveurs x64 devrait profiter à AMD

Tous les analystes le constatent : loin de reculer, comme l'avaient autrefois parié les grands constructeurs, la part des serveurs quadri-socket et octo-socket à base de puces Intel et AMD dans les ventes totales de serveurs x64 est repartie à la hausse.

Tous les analystes le constatent : loin de reculer, comme l'avaient autrefois parié les grands constructeurs, la part des serveurs quadri-socket et octo-socket à base de puces Intel et AMD dans les ventes totales de serveurs x64 est repartie à la hausse. La lente montée en puissance de Windows et Linux sur le marché des bases de données et du décisionnel est l'un des facteurs qui plaide en faveur de systèmes x64 plus massifs, de même que le poids croissant du calcul numérique dans les ventes de serveurs (voir à ce propos les chiffres d'IDC), mais c'est surtout l'adoption de la virtualisation qui tire le marché des grands serveurs Intel et AMD. Actuellement, les serveurs à quatre et huit CPU représenteraient environ 5% des ventes de serveurs en volume mais une part significativement plus élevée des revenus des constructeurs.

Le grand retour des octo-processeurs x64

Cette résurgence de l'intérêt en faveur des grands systèmes x64 a été illustrée de façon spectaculaire par HP, qui a profité de son salon Technology@Work pour introduire le Proliant DL785, un serveur capable d'accueillir jusqu'à 8 puces Opteron quadri-cœur soit 32 cœurs processeurs au total. Sun dispose à son catalogue d'une machine similaire avec le Sun Fire x4600 M2, un octo-socket Opteron. Les deux machines utilisent au mieux les possibilités offertes par l'architecture d'AMD. Ainsi, il n'est pas nécessaire d'utiliser un coûteux chipset pour relier les Opteron entre eux. Leurs multiples bus Hypertransport permettent de concevoir un système multiprocesseur NUMA offrant des performances élevées à un coût raisonnable. C'est ce qui a déjà permis à AMD, en dépit de ses difficultés, de conserver le contrôle de près de la moitié du marché des serveurs x64 à quatre sockets. L'arrivée annoncée des Opteron quadri-coeur "Barcelona" devrait lui permettre de maintenir cette position voire de l'accroître.

2008 : année de l'Opteron dans les grands serveurs x64 ?

En fait, les seuls vrais concurrents des machines Opteron haut de gamme sont les systèmes x3850 et x3950 d'IBM. Ces machines utilisent des puces Intel reliées par un chipset et une technologie d'interconnexion maison, développés à grands frais. Ces développements permettent à IBM d'offrir des systèmes capables d'accueillir de 8 à 16 CPU par agrégation de 2 à 4 châssis à 4 CPU. Mais cette "souplesse" a un prix très élevé. Il y a donc fort à parier que HP et Sun taillent des croupières à IBM, à moins que ce dernier ne casse les prix à coup de remises, ou qu'il ne lance, lui aussi, un modèle octo-processeur Opteron.

En toute logique l'année 2008 et une bonne partie de 2009 devrait être favorable à AMD sur le segment des grands serveurs x64. Les puces Opteron équipent déjà près de la moitié des serveurs quadri-processeurs et octo-processeur x64 vendus sur la planète et AMD entend accroître sensiblement cette part de marché. En effet, si Intel aura l'avantage de la performance par cœur sur AMD, les limitations de son architecture de bus ne devraient pas lui permettre d'offrir une alternative vraiment crédible à AMD en termes de rapport performance/prix/consommation sur le haut de gamme à quatre et huit sockets. Ce n'est que dans la seconde moitié 2009 que les systèmes à base de puces Intel Xeon devraient redevenir compétitifs grâce à la puce Xeon MP "Beckton" (basée sur l'architecture Nehalem) et à son nouveau bus point à point. Et AMD entend bien profiter de cet intervalle pour s'imposer.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close