Oracle accuse SAP de pillage systématique

La fermeture annoncée de TomorrowNow, sa filiale américaine, ne devrait pas suffire à débarrasser SAP de ses ennuis juridiques avec Oracle.

La fermeture annoncée de TomorrowNow, sa filiale américaine, ne devrait pas suffire à débarrasser SAP de ses ennuis juridiques avec Oracle. Le géant américain du logiciel s'est d'ailleurs rappelé au bon souvenir de son concurrent allemand en accusant SAP d'avoir pillé de façon systématique sa propriété intellectuelle.

Suite à l'étude des pièces obtenues pendant la phase de découverte menant au procès, Oracle indique que SAP a développé un programme spécifique, baptisé Titan, conçu pour télécharger tous types de données disponibles sur les bases de support d'Oracle (documentations, correctifs, base de connaissances...) en utilisant les logins à sa disposition. Oracle explique ainsi que SAP a amassé 5 To de données issues de son site de support. La firme accuse aussi son concurrent européen d'avoir illégalement utilisé des instances génériques de progiciels d'Oracle sans en avoir payé les licences et d'avoir dupliqué et reproduit ses correctifs pour les distribuer illégalement aux clients des offres de support de SAP TomorrowNow.

Et Oracle d'expliquer comment toutes ces activités se déroulaient au vu et au su des dirigeants de SAP, notamment de Henning Kagermann, Shai Agassi, Werner Brandt et Gerd Oswald jusqu'à ce qu'Oracle intente son action en justice. Rappelons que les dirigeants de SAP ont longtemps nié en bloc toute action illégale. La plainte d'Oracle les a toutefois contraint d'annoncer il y a quelques jours la fermeture pure et simple de leur filiale dédiée au support de progiciels concurrents.

En savoir plus :

La plainte amendée d'Oracle (au format PDF)

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close