Stockage : iSCSI se développe au détriment du Fibre Channel dans les entreprises

L'usage des SAN iSCSI est en forte progression alors que celui des SAN Fibre Channel est en recul. Cette croissance rapide est dopée par les avantages en matière de coût, de facilité d'administration et par les performances d'iSCSI en environnements virtualisés. Mais aussi par l'attitude plus pragmatiques des entreprises, qui en période de crise, se contentent de systèmes iSCSI adéquats, là où elles auraient auparavant opté pour des baies plus performantes et plus fonctionnelles.

Après des années d'interrogations sur leurs performances, les systèmes de stockage iSCSI ont fait la preuve de leur efficacité en 2009 en étant la seule catégorie de stockage dont les ventes ont progressé en 2009, alors que l'ensemble du marché des équipements de stockage entrait en récession. Toutes les analyses montrent que cette tendance devrait se poursuivre dans les années à venir.

Les chiffres du «Tracker» le plus récent d'IDC révèlent ainsi que les ventes d'équipements de stockage iSCSI ont bondi de 25% au troisième trimestre 2009 par rapport au même trimestre en 2008, tandis que le marché mondial du stockage reculait de 7,6%. Les premier et deuxième trimestres de 2009 avait montré une tendance similaire, permettant aux équipements iSCSI d'atteindre 17% du marché total du stockage en réseau au troisième trimestre, selon IDC. Pour mémoire, iSCSI représentait 6% du marché du stockage en 2007 et 13% sur les trois premiers trimestres de 2009. Dans le même temps, Fibre Channel est passé de 72 à 61% des ventes.

Les résultats d'une étude récente d'Enterprise Strategy Group (ESG), portant sur près de 1500 entreprises, révèlent par ailleurs que 28% des entreprises américaines utilisent maintenant les SAN iSCSI, et que 24 % supplémentaires entendent mettre en oeuvre prochainement la technologie.

 

marche iscsi

Les facteurs de croissance des SAN iSCSI

Un SAN iSCSI est moins cher à utiliser et plus facile à gérer qu'un SAN Fibre Channel, qui exige la mise en oeuvre de commutateurs spécifiques et des compétences appropriées. Pourtant, il a fallu des années à iSCSI pour venir à bout de sa mauvaise réputation en matière de performances, une réputation acquise aux tous débuts de la technologie du fait notamment de l'absence d'accélération matérielle dans les cartes Ethernet (ToE, TCP Offload Engine). La technologie a toutefois bénéficié d'un vrai coup d'accélérateur après l'acquisition par Dell d'EqualLogic et celle de LeftHand Networks par HP. Deux rachats qui ont placé les deux plus grands fournisseurs indépendants d'équipements iSCSI entre les mains de géants de l'industrie.

La virtualisation des serveurs a également contribué à la croissance du iSCSI, puisque la plupart des déploiements exigent le placement des machines virtuelles sur un stockage en réseau. De plus, on a vu se multiplier les systèmes capables d'offrir à la fois des services NAS et des services iSCSI (ensemble de la gamme NetApp, Celerra NS chez EMC, ...). Enfin la montée en puissance de la norme 10 Gigabit Ethernet (10 GbE) et l'avènement annoncé de la technologie Fibre Channel over Ethernet (FCoE) ont toutes les chances d'accroitre encore la dynamique en faveur d'iSCSI.

"Lorsqu'on y regarde de plus près, ce n'est pas tant liée à la progression de ses performances qu'à sa qualité,  aujourd'hui reconnue par les utilisateurs", explique Andrew Reichman, un analyste de Forrester Research, à propos d'iSCSI. "Les acheteurs de stockage sont conservateurs, mais il y a maintenant assez de clients de référence pour pointer vers des implémentations réussies". Reichman explique par ailleurs qu'outre son coût d'adoption inférieur à celui de Fibre Channel, iSCSI surfe sur la vague de VMware et bénéficie des recommandations de Microsoft qui le préconise pour SQL Server et Exchange.

"Alors qu'on le trouvait traditionnellement plutôt dans l'entrée de gamme, iSCSI s'est largement déployé l'an dernier", estime quant à elle Natalya Yezhkova, pour le cabinet d'études IDC. "Nous avons vu iSCSI se déployer un peu dans tous les domaines, l'entrée de gamme, le milieu de gamme, et les systèmes d'entreprises". Les arguments de base en faveur d'iSCSI ont toujours été la facilité d'utilisation et le prix, et maintenant il dispose aussi de fonctionnalités avancées. Les fonctions de classe entreprise et de protection de données ajoutées récemment aux systèmes de stockage iSCSI en font des alternatives aux systèmes Fibre Channel, même pour les grands comptes."

D'ailleurs, le sondage mené par l'Entreprise Strategy Group montre que les grands comptes ont adopté iSCSI de façon plus vigoureuse que les PME, avec 61% des grandes entreprises (plus de 20 000 employés) qui utilisent ou envisagent d'utiliser iSCSI, contre 47% des entreprises du "mid-market".

Les grands constructeurs soutiennent désormais iSCSI

L'un des pionniers d'iSCSI, EqualLogic, avait atteint un succès suffisant pour tenter de s'introduire en bourse à la fin 2007, mais Dell, le rachetant, a mis tout son poids marketing derrière les gammes EqualLogic iSCSI PS, au point de devenir le n°1 mondial du marché iSCSI. Selon Praveen Asthana, le vice-président stockage de Dell de stockage, la virtualisation de serveurs a donné un énorme coup de pouce aux systèmes iSCSI, et la déroute de l'économie a aussi contribué à son succès : "l'économie s'est effondrée et face à un iSCSI moins cher que le Fibre Channel, les utilisateurs ont commencé à dire : cela convient tout aussi bien [que Fibre Channel, NDLR], commençons à le déployer".

Bien que HP et Dell vendent aussi des réseaux SAN Fibre Channel, Lee Johns, directeur du marketing pour le stockage unifié chez HP, explique qu'iSCSI est une solution séduisante pour les deux constructeurs du fait de leur importante activité serveur. «HP et Dell sont les deux constructeurs qui ont vendu le plus de serveurs virtualisés. Or, ceux qui achètent le stockage sont plutôt côté serveur», explique Johns. Selon lui, une grande partie des achats iSCSI récents viennent d'entreprises qui n'avaient pas de SAN FC. "Ceux qui abordent le SAN pour la première fois sont nettement plus susceptibles d'opter pour iSCSI. Ils n'ont pas à investir dans la formation et l'infrastructure Fibre Channel.[...] De plus la plupart des fonctions optionnelles sur les baies FC sont standard sur les baies iSCSI". Ainsi pour Johns, "les utilisateurs n'ont pas à se demander : que dois-je choisir pour faire de la réplication vers un site distant, ou pour le thin provisioning ou pour le clonage des VM ? Tout est inclus en standard dans nos baies iSCSI".

Les utilisateurs estiment iSCSI suffisamment bon pour leurs besoins

Même si la plupart des baies iSCSI ne rivalisent pas avec les performances des baies FC haut de gamme, nombre de clients trouvent les performances des systèmes iSCSI bien suffisantes pour leurs besoins et surtout moins chères.

Ben Weinberger, le responsable informatique du cabinet d'avocat Lathrop & Gage, à Kansas City, a ainsi remplacé une "bonne grosse et chère baie Fibre Channel" par deux systèmes Dell EqualLogic PS6500 après son arrivée en 2008. "Le coût correspond à une fraction de celui du Fibre Channel et la baie fait tout ce que nous souhaitons, explique Weinberger. Les performances sont largement suffisantes pour nos besoins. Nous ne traitons pas des milliards de transactions par seconde. [...] Bien sûr, une baie haut de gamme Fibre Channel surclasserait notre SAN iSCSI, mais l'offre iSCSI EqualLogic répond à nos besoins sans problème. Nous gérons environ 20 To de données actives, et nous sollicitons fortement le système sans souci. Je n'ai pas besoin d'une Ferrari lors qu'une Mégane suffit pour me rendre où je dois aller. "

Chez l'éditeur bordelais Lectra, spécialiste des logiciels de design et de prototypage pour la mode et l'industrie, iSCSI est utilisé en complément de Fibre Channel pour des raisons économiques. Comme l'explique Jean-Christophe Glot, le DSI de Lectra, si l'utilisation de Fibre Channel se justifie pour les applications critiques de la société, iSCSI permet quant à lui de démocratiser la connexion SAN pour les autres applications. Dans un contexte de production largement virtualisée (pour l'essentiel sur serveurs x86 sous VMware ESX Server 3.5), iSCSI est aujourd'hui utilisé par environ la moitié des 250 serveurs de la société - ceux pour lesquels le coût de Fibre Channel ne se justifiait pas - pour accéder aux deux baies SAN EMC Clariion CX4.

Selon Jean-Christophe Glot, l'usage d'iSCSI permet de faire l'économie de coûteux commutateurs FC et de HBA. "Nous utilisons des trunks Gigabit Ethernet (liaisons composées de plusieurs connexions agrégées, NDLR). Les performances sont un cran en dessous de ce que permet un SAN Fibre Channel 4 GBit/s, mais restent très acceptables".

Shawn Houston, le responsable technique au sein du Groupe de calcul en biotechnologie de l'Université d'Alaska Fairbanks, utilise de son côté un système de stockage iSCSI mixant des équipements Nexsan Technologies et des ponts iSCSI Sanrad depuis près de quatre ans. "Nous aurions préféré aller vers un SAN Fibre Channel, mais des considérations de prix nous ont amené à opter pour un système moins cher", explique-t-il. A posteriori, Houston ne regrette pas sa décision. «Quand je benchmarke le système, j'obtiens environ 80% de la performance d'un système FC, mais à une fraction du coût. En fait, le système ne nous a jamais déçu."

Le 10 Gigabit Ethernet et FCoE se profilent à l'horizon

Depuis son lancement, iSCSI s'appuie pour l'essentiel sur l'utilisation de liens Gigabit Ethernet alors que Fibre Channel a bénéficié de l'augmentation des débits du standard de 1 Gbit/s à 2 Gbit/s puis à 4 et 8 Gbit/s. La disponibilité du Gigabit Ethernet devrait apporter des améliorations, en matière de latence et de performance. Les systèmes LeftHand d'HP supportent ainsi le 10 Gigabit depuis un an et Dell a récemment ajouté le support du 10 GbE aux systèmes EqualLogic. EMC a fait de même sur les Clariion CX4 à l'automne et NetApp propose aussi depuis l'an passé le support du 10GE sur ses baies.

Les analystes restent toutefois prudents sur l'adoption du 10 Gigabit Ethernet par les utilisateurs. Car FCoE est en train de sortir des laboratoires et pourrait venir perturber le jeu. Le consensus général est que les PME devraient continuer à adopter iSCSI, tandis que les entreprises avec un investissement lourd dans la technologie Fibre Channel préféreront Fibre Channel over Ethernet. En attendant, iSCSI pourrait avoir une carte à jouer, puisqu'il faudra quelques années avant que l'usage de FCoE ne se banalise.

Chez IDC, Natalya Yezhkova indique que FCoE va probablement ralentir un peu l'adoption d'iSCSI, mais pas l'arrêter. "Nous nous attendons à ce qu'iSCSI continue à grignoter des parts de marché aux dépens de Fibre Channel", dit-elle. Pour Andrew Reichman, analyste chez Forrester Research, "l'adoption d'iSCSI entraine moins de perturbations que FCoE, qui exige une migration massive vers des commutateurs 10 Gigabit de dernière génération conformes aux standards CEE.(...) C'est un avantage pour iSCSI qui peut être déployé plus progressivement et avec les équipements disponibles aujourd'hui."

Par Dave Raffo, SearchStorage.com, avec la rédaction du MagIT

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close