Un hacker britannique extradé vers les Etats-Unis

Appel rejeté par la Cour européenne des droits de l’homme pour le hacker britannique Gary McKinnon qui demandait à ne pas être extradé vers les Etats-Unis.

Appel rejeté par la Cour européenne des droits de l’homme pour le hacker britannique Gary McKinnon qui demandait à ne pas être extradé vers les Etats-Unis. Il est accusé de s’être introduit en 2001 dans les ordinateurs de la Nasa et de l’armée américaine. La cour n’a pas jugé recevable sa requête fondée sur l’inanité des conditions de détention dans les prisons US.

Condamné en 2002, il avait pu couler des jours paisibles jusqu’en 2005, date à laquelle la police britannique s’est décidé à l’arrêter. Le gouvernement de Tony Blair avait alors accepté le principe de son extradition. Il s’agit d’un avertissement sérieux pour les hackers qui pouvaient se croire à l’abris en jouant de la dimension internationale du réseau pour opérer à distance. McKinnon n’aura jamais mis les pieds aux Etats-Unis avant de s’y retrouver emprisonné. A moins que, en dernier recours, un ultime appel pour raisons médicales n'empêche son extradition.

Pour approfondir sur Menaces informatiques

Close