Hasard du calendrier ? Orange et Thalès présentent aussi leur Andromède

Quelque 24 heures après l’officialisation par SFR et Bull de leur société commune Numergy, Orange et Thalès dévoilent également le nom de leur société, créée en partenariat avec l’Etat : Cloudwatt. Elle est dirigée par Patrick Starck, ex-patron Europe de CA Technologies, ex patron d'HP France et de Compaq .

Il n’aura finalement fallu attendre que quelques heures après l'annonce SFR/Bull pour qu'Orange et Thalès officialisent à leur tour la création de la société 100% Cloud créée en partenariat avec l’Etat (via la Caisse des Dépôts). Son nom : Cloudwatt. Cette société, issue des investissements d’avenir d’avenir du Grand Emprunt, sera la concurrente directe de Numergy, inaugurée officiellement hier par SFR et Bull. Les deux structures se partagent la bagatelle de 150 millions d’euros d’investissements de l’Etat pour la création de clouds souverains (ex-projet Andromède).

Pour mémoire, à l’origine, Andromède était le nom d’un projet de société privée bâtie sous forme de co-entreprise, qui aurait rénui l’Etat (supposé y injecter 135 millions d’euros), Orange, Thalès et Dassault Systèmes. L’idée était de créer une infrastructure de Cloud bleu blanc rouge à grande échelle qui devait non seulement porter les couleurs de la France sur un marché très porteur au niveau mondial, mais également proposer une alternative franco-européenne aux fournisseurs américains, en masse dans le secteur, pour répondre aux critères de conformité de l’UE.

Ce projet a toutefois fini par voler en éclats suite à une fâcherie entre Orange et Dassault Systèmes, qui a quitté le projet. Furieux, Dassault Systèmes avait alors tenté de revenir dans la course en s'alliant à SFR. Un second projet été alors né, mais il n'a guère vécu longtemps. Car coup de théatre, voyant que le Commissariat général à l’investissement s’acheminait vers le financement des deux projets concurrents, plutôt que d’un seul, Bernard Charlès le patron de Dassault Systèmes, a finalement décidé de jeter l’éponge. abandonnant en rase campagne son partenaire. Pas question pour autant pour SFR de se retirer : l’opérateur trouve alors en Bull sa cendrillon et les deux sociétés décident de convoler en justes noces, enfin de s’associer au sein d'une nouvelle structure. Leur co-entreprise, Numergy, est née officiellement hier, avec à sa tête Philippe Tavernier, ex président exécutif de Sogeti France.

Dans ce qui s’apparente ainsi à une bataille médiatique très choréographiée - où l'on met en scène la rivalité des deux projets concurrents -, Orange et Thalès ont riposté aujourd'hui en dévoilant Cloudwatt... Problème, après des mois d'attente, il n'y a toujours aucune offre. «Cette étape vient clore le processus de création d’entreprise commune et lui permet maintenant d’entrer dans sa phase opérationnelle après plusieurs mois de préparation du projet», rappellent Orange et Thalès dans un communiqué. Sauf que pour des structures censées promouvoir une informatique agile, cela fait désordre. La feuille de route, la stratégie et l’équipe dirigeante devraient être communiquées «très prochainement» rassurent Orange et Thalès. En attendant, les deux partenaires confirment la nomination de Patrick Starck à la tête de Cloudwatt. Ce dernier est tout sauf un inconnu dans le monde d' l'IT française. Patrick Starck a en effet succédé à Bernard Maniglier l'emblématique patron des années folles de Compaq en France en 2000, avant de diriger HP France pendant 4 ans entre avril 2002 et mars 2006, en pleine époque Carly Fiorina. Il a ensuite quitté le constructeur californien pour prendre la direction Europe de CA Technologies jusqu'à la fin 2011.

Notons que comme Numergy, Cloudwatt est doté d’un capital de 225 millions d’euros. Il est détenu à 33,3 % par l’Etat (via la Caisse des Dépôts), 44,4 % par Orange et 22,2 % par Thalès. 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close