HP ouvre officiellement son service de stockage en cloud

Le constructeur a officiellement annoncé aujourd'hui l'ouverture de son service de stockage en cloud basé sur OpenStack Swift. HP Cloud Object Storage est la réponse d'HP aux services d'Amazon S3.

 hpcloud
Logo HP Cloud
(Crédit photo : HP)

Hewlett-Packard a aujourd’hui officialisé la disponibilité générale de son service de stockage objet en cloud et de son service de CDN (content Delivery Network), présentés en bêta publique au mois de juin.

Pour son service de stockage objet en cloud, HP vise notamment le stockage de contenus Web, la sauvegarde et l'archivage de données, la reprise après sinistre et le marché du « Big Data ». La firme promet une disponibilité minimale du service de 99,95% sous peine de pénalités.

Un service basé sur OpenStack Swift

HP n’a jusqu’alors pas mis sur le marché un produit de stockage objet, contrairement à des concurrents comme EMC (avec Atmos), Dell( avec le Dell DX, une version OEM de la solution de Caringo), NetApp (avec StorageGrid) ou Quantum (via un partenariat avec Amplidata). Pour développer son service de stockage objet en cloud il s’(est donc appuyé sur la couche de stockage objet d’OpenStack, « Swift », un choix qui le place en concurrence directe de services en cloud comme Amazon S3.

Concrètement le service HP Cloud Object Storage supporte des objets d’une taille de 1 octet à 5Go et assure leur protection en répliquant en continu les objets entre les centres de données régionaux de HP. Les objets sont ainsi dupliqués  trois fois dans des zones géographiques séparées.

Le service de CDN s'exécute au-dessus du service de stockage objet HP Cloud et est motorisé par Akamai. Ce dernier assure une latence d’accès minimale aux objets via des services de cache et d’optimisation réseau. La sécurité des données est assurée via chiffrement SSL. « Les clients peuvent choisir le service HP Cloud Object Storage et s’appuyer sur le CDN HP Cloud pour délivrer leurs données quand ils le souhaitent. Le CDN garantit des taux de transferts soutenus élevés permettant aux entreprises de délivrer à très grande échelle des objets volumineux aux utilisateurs finaux »explique ainsi Marc Padovani, le directeur produit des services HP Cloud.

Le service de stockage objet en cloud d’HP est facturé 2,12 $ par Go par mois pour les 50 premiers téraoctets (To) stockés, tandis que les prix du CDN sont basés sur le volume de données transférées et de l'emplacement de facturation des clients. Par exemple, les premiers 10 To sont facturés 0,16$ par Go en Amérique du Nord, en Europe et en Amérique latine. Au Japon, Hong Kong et Singapour, il en coûte 0,19 $, alors qu'il en coûte 0,39 $ pour le reste du monde.

Des doutes sur les aptitudes d'HP à concurrencer Amazon

Malgré ces tarifs, Andrew Reichman, un analyste de Forrester Research à Cambridge, Massachusetts, estime qu’HP aura du mal à concurrencer Amazon car ce dernier a construit une infrastructure de cloud beaucoup plus grande avec 25 centres de données 25 et quelque 300 000 serveurs. HP, indique-t-il assemble une infrastructure via des partenariats plutôt que de construire sa propre infrastructure du sol au plafond.

«Je ne sais pas si cela est suffisant pour mettre HP dans une position de leadership», explique Reichman. "Ils ne devraient pas s'associer avec Akamai. Ils devraient le faire eux-mêmes, mais c'est un moyen moins coûteux de le faire. Je m'attendrais à ce qu’HP, Dell et IBM aient la capacité d’assembler une infrastructure [cloud] par eux-mêmes mais les trois sont timides. Mais HP, Dell et IBM en sont encore à essayer de comprendre comment avancer. "

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close