Résultats : IBM s’en sort bien grâce à l’Europe

Quoique positive, la croissance d’IBM est en berne. Mais la capacité de Big Blue à tenir, voire améliorer sa marge rassure. IBM doit cependant faire face à un fort ralentissement aux Etats-Unis et en Asie, et ne pourra pas toujours se reposer sur l’activité européenne si la crise s’installe.

On savait déjà que les résultats d’IBM pour le compte du troisième trimestre seraient plutôt bons. Dans une période tumultueuse, Big Blue avait en effet pris l’initiative la semaine passée d’anticiper son annonce afin de parer aux rumeurs et de soutenir son cours d’action. Mal lui en avait pris d'ailleurs.

Au total donc, Big Blue publie un chiffre d'affaires en progression de 5 % sur un an, à 25,3 milliards de dollars. Et réalise une bonne performance financière en dégageant un bénéfice de 2,8 milliards de dollars, en hausse de 20 %. La marge opérationnelle de la société s’est donc améliorée de 2 points à 43,3 %.

Porté par le marché européen

Mais, en dehors de ces chiffres généraux, le détail de l’activité d’IBM est riche d'enseignements. Au niveau géographique, le marché américain semble ralentir avec une progression du CA de seulement 3 %, à 10,5 milliards de dollars. En revanche IBM Europe se porte très bien avec une croissance de 10 % pour la zone Emea (Europe, Moyen-Orient, Afrique) servie par un euro fort. La zone a généré 8,9 milliards de dollars de CA. Enfin, l’Asie marque légérement le pas avec un CA de 5,2 milliards de dollars, en hausse de "seulement" 6 %.

La division Systèmes dépassée par le logiciel

En terme d’activités, IBM doit plus que jamais se féliciter d’avoir pris le virage des services au début des années 2000. Global Services, la SSII de la société, a en effet vu son chiffre d’affaires progresser de 8 % pour approcher les 15 milliards de dollars, dont les deux tiers en services technologiques.

Du côté de la division logiciels, le CA a progressé de 12 % pour atteindre 5,2 milliards de dollars. La branche middleware regroupant WebSphere, Information Management, Tivoli, Lotus et les fruits du rachat de Rational représente pas loin de 80 % de ce total, tandis que la branche OS a généré 594 millions de dollars en hausse de 5 %. Notons que les ventes de produits Rational ont progressé de 23 %.

Talon d’Achille du groupe, l’activité "Systems and Technology" totalise un CA de 4,4 milliards de dollars, en chute de 10 % sur un an. Quelques lignes de produits surnagent cependant dont les System z, les mainframes d’IBM, dont les ventes ont crû de 25 % sur un an. Avec une progression à deux chiffres sur l’ensemble des régions couvertes par Big Blue. Croissance également – de 7 % - pour les systèmes p, la gamme Unix à base de processeurs Power. Les systèmes x - à base de x86 - (- 18 %) et i - ex AS/400 - (- 82 %) s’effondrent tandis que l’activité stockage recule légèrement de 3 %. Alors que le marché du stockage dans son ensemble reste florissant.

Pour approfondir sur Editeurs

- ANNONCES GOOGLE

Close