Openworld 2008 : Oracle bourdonne dans le champ des outils collaboratifs

Oracle lance une plateforme de services collaboratifs à l'occasion de sa conférence annuelle Open World. Beehive doit ainsi devenir la "ruche"  collaborative qui vient se connecter à l'existant et au processus métiers de l'éditeur. Pour y arriver, Oracle a misé sur les standards ouverts.

A l'occasion d'Openworld, sa conférence utilisateurs (du 21 au 25 septembre à San Francisco), Charles Philipps, PDG d'Oracle, a surpris son auditoire en levant le voile sur Beehive, une plateforme d'outils et de services collaboratifs reposant sur des standards ouverts suceptible d'être déployée en version Saas ou de se greffer sur tout système.

Beehive, un projet 100% maison qui a necessité trois ans de développement – sans opérer un énième rachat - embarque une série de services de messagerie instantanée, d' email, de workgroup, d'agenda et de gestion des tâches.
Un jeu de services qui repose sur des standards ouverts - une approche particulièrement mise en avant lors de la présentation du produit - permettant ainsi de s'insérer au plus près des processus métiers et des composants qui les administrent. Beehive embarque également Oracle BPEL Process Manager comme moteur de workflow par défaut.
Cette ouverture permet notamment de s'intégrer avec les applications de productivité, les plus courantes dans un SI. Beehive peut par exemple s'interfacer parfaitement avec Outlook et Thunderbird, voire Zimbra. ET propose également la possibilité aux utilisateurs d'un même groupe de collaborer à travers des outils différents.

« Beehive est un environnement de collaboration construit sur un unique modèle (le Beehive Model Object, NDLR) qui combine différents services de communication et de coordination dans un plateforme complète », définit Oracle dans un livre blanc.

Côté sécurité, Beehive s'appuie également  sur les standards du genre, affirme Oracle dans ce même live blanc. Et fournit ainsi des services d'authentification, une gestion des accès par rôle, une gestion de l'intégrité des données et enfin un outil d'audit. Reste que l'ouverture trouvera forcément ses limites et qu'Oracle explique ainsi dans un communiqué que Beehive est particulièrement optimisé pour fonctionner avec les outils de la marque, proposant alors des fonctions de sécurité plus poussées dans la mesure où l'exploitation passe par Oracle Database.

En mode Saas ou autonome

Beehive est commercialisé par Oracle au prix de 120 $ par utilisateur, en mode autonome ou via Oracle OnDemand. Une formule hébergée qui complète l'offre existante d'Oracle, en dépit du peu d'estime que Larry Ellison, fondateur de l'éditeur, porte au modèle, comme le décrivait début juillet nos confrères de TMCnet.com. Une position en train d'évoluer puisque Oracle a également profité d'Openworld pour pousser un partenariat avec Amazon dans le cloud computing (pas du Saas mais tout de même une approche online et on demand) et que les derniers résultats de l'éditeur montrent une progression importante de son activité on demand, dans la division service du californien.


Notons enfin qu'Oracle commercialise Oracle Collaboration Suite (OCS), un composant de la famille de Fusion Middleware qu'il définit comme une suite d'applications collaboratives.

Pour approfondir sur Applications transversales - PGI (ERP)

- ANNONCES GOOGLE

Close