Mainframe : IBM met fin aux poursuites de PSI en le rachetant

Big Blue a finalement décidé d'employer les grands moyens pour faire taire Platform Solutions Inc, un fournisseur de compatibles mainframes basés sur les grands serveurs Itanium de NEC et HP. Afin de mettre un terme aux poursuites antitrust entamées par la société aux USA et en Europe, Big Blue a en effet annoncé hier le rachat pur et simple de son petit concurrent.

IBM a finalement réussi à faire taire son concurrent Platform Solutions Inc (PSI), un constructeur de mainframe compatibles z/OS, qui l'accusait d'abus de position dominante sur le marché des mainframes. Pour ce faire, Big Blue a utilisé un moyen simple mais radical : il a fait un chèque d'un montant tenu secret pour racheter le trublion californien.

Un mainframe z/OS à base de Superdome…

system64esFondé par des anciens d'Amdahl, peu à peu rejoints par des anciens d'IBM, PSI s'est fait connaître en développant un émulateur z-Series fonctionnant sur les grands systèmes Itanium d'HP et de NEC. La firme a pour cela utilisé un certain nombre de technologies licenciées à Amdahl et s'est appuyée sur une longue "tradition" de licence par IBM de son OS mainframe à des tiers. Depuis 1956, une transaction avec le département de la justice US, contraignait en effet IBM à  fournir son OS mainframe à ses concurrents. Dans les années 70, cet accord a permis à des concurrents  comme Amdahl ou Hitachi de se lancer dans les compatibles mainframes. Mais la situation s'est compliquée en 2001 avec la levée effective de l'accord conclu avec le DOJ. Big Blue a dès lors commencé à restreindre l'accès à z/OS pour les utilisateurs de mainframes compatibles. Dans le cas de PSI cette logique a été poursuivie à l'extrême : Alors que PSI la petite société commençait à séduire de grands clients (dont Lufthansa), le géant d'Armonk et ses avocats ont accusé la société de violer la propriété intellectuelle d'IBM et de ne pas se conformer à l'accord de licence régissant le logiciel. Dans le même temps, Big Blue a refusé de continuer à fournir des licences z/OS à des clients utilisant la plate-forme de PSI.

En 2007, PSI a répliqué en accusant Big Blue d'abuser de sa position dominante sur le lucratif marché des mainframes pour écarter ses concurrents (au passage la firme a affirmé que l'action d'IBM avait empêché son acquisition par un grand constructeur dont on soupçonne qu'il s'agit d'HP). PSI a été rejoint dans sa plainte par T3 technologies, un fabricant historique de mainframes 31 bit z/OS utilisant la technologie d'émulation de Fundamental Software (FSI) , qui est ensuite devenu revendeur des solutions de PSI. 

Pour continuer à développer sa technologie et financer son combat avec IBM,  PSI a levé 37 M$ additionnels vers la fin 2007, auprès de grands acteurs du secteur comme Microsoft ou Intel, mais aussi plusieurs fonds d'investissement et banques  dont Goldman Sachs, InvestCorp ou BluePrint ventures. La société a également lancé sa ligne System64 à base de Superdome, capable de consolider sur un seul système des environnements z/OS, HP-UX, Windows et Linux.

Menaces d'antitrust

En 2008, PSI a allumé un second front dans sa bataille contre Big Blue en entamant des poursuites auprès de la commission européenne. Dès lors, IBM n'a, semble-t-il, pas voulu courir le risque de voir aboutir ces procédures et a préféré faire taire l'encombrant gêneur.  Dans un communiqué qui ne manque pas de piment, Big Blue explique ainsi que sa stratégie est de continuer à faire évoluer sa technologie Mainframe. "Nous continuerons à faire progresser le mainframe, en utilisant les innovations d'IBM mais aussi en acquérant de nouvelles technologies. Nous sommes heureux d'accueillir Platform Solutions et de collaborer avec ses équipes", explique ainsi Anne Altman.

Reste que ce message de bienvenue ressemble pour PSI au baiser du scorpion. On voit en effet mal IBM se mettre à commercialiser ce qui était la principale innovation de la société : la disponibilité de z/OS sur des plates-formes Itanium fournies par HP et NEC. Avec le rachat de PSI, c'est donc vraisemblablement le dernier espoir de concurrence sur le marché des mainframes qui s'éteint pour les clients de cette architecture, à moins que d'un côté ou de l'autre de l'Atlantique, l'une des autorités de la concurrence ne trouve à redire à l'acquisition de PSI par IBM…

En savoir plus :

Le très instructif document fourni par T3 Technologies pour appuyer la plainte de PSI

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close