Bruxelles soupçonne Google d’avoir manipulé son algorithme

Selon nos confrères du Figaro, la Commission européenne soupçonnerait Google d’avoir manipulé les résultats de recherche de son moteur et de sa plate-forme de publicité et d’exercer ainsi un certain favoritisme en faveur de ses propres services.

Selon nos confrères du Figaro, la Commission européenne soupçonnerait Google d’avoir manipulé les résultats de recherche de son moteur et de sa plate-forme de publicité et d’exercer ainsi un certain favoritisme en faveur de ses propres services.

Nos confrères ont en effet relevé une question mettant en doute l’impartialité de l’algorithme de Google dans le questionnaire que Bruxelles a envoyé aux acteurs du Web (éditeurs, moteurs de recherche, annuaires en ligne, annonceurs et régies publicitaires) dans le cadre de son enquête anti-trust contre Mountain View. “Votre société a-t-elle remarqué des changements soudains et significatifs dans son classement sur les moteurs de recherche comme Bing, Google ou Yahoo ? Avez-vous constaté des baisses soudaines du nombre d'utilisateurs renvoyés vers vos services par Google et qui ne peuvent pas être expliquées par des changements sur votre site Web ?», interrogerait Bruxelles entre autre, parmi la centaine de questions que compte ces formulaires que nos confrères sont parvenus à se procurer.

Le Figaro note également que la Commission souhaite examiner à la loupe les activités de la plate-forme publicitaire de Google (Adwords). Dans le viseur, des hausses de tarifs non justifiées et un trafic très fluctuant provenant des publicités.

Le 30 novembre dernier, Bruxelles annonçait officiellement l’ouverture d’une enquête contre Google pour abus de position dominante, suite aux plaintes déposées notamment par eJustice, Ciao et Foundem.

Pour approfondir sur Législation

- ANNONCES GOOGLE

Close