Seulement 20% des entreprises se protègent contre les dangers de l’iPhone

Alors que l’iPhone est considéré comme le terminal le plus risqué en environnement professionnel dans certains pays, une étude de DeviceLock révèle que seulement 40 % des entreprises ayant répondu à un sondage affirment avoir mis en place des outils pour protéger le SI de l’iPhone, et du danger qu’il représente en matière de fuite de données, notamment.

Alors que l’iPhone est considéré comme le terminal le plus risqué en environnement professionnel dans certains pays, une étude de DeviceLock révèle que seulement 40 % des entreprises ayant répondu à un sondage affirment avoir mis en place des outils pour protéger le SI de l’iPhone, et du danger qu’il représente en matière de fuite de données, notamment.

DeviLock, dont le métier est de prémunir les entreprises contre les menaces induites par les périphériques mobiles, souligne une différence géographique de prise en compte de l’iPhone dans les politiques de sécurité. Quelque 60% des répondants localisés en Europe de l’Est, au Moyen-Orient et dans la zone Asie-Pacifique ont déclaré “avoir entrepris une démarche quelconque pour protéger [leur] entreprise contre les menaces induites par les iPhones”. Ils n’étaient que 20% en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord.

“Cette différence de perception entre les marchés informatiques développés de l’Ouest et les marchés émergents de l’Est peut s'expliquer par le fait que les directions informatiques occidentales comptent sur la réputation de prudence d'éditeurs comme RIM ou Microsoft, et sont persuadés que ceux-ci n’introduiraient jamais de périphériques de ce type sans avoir au préalable pris les mesures de sécurité qui s’imposent en matière de chiffrement et de protection”, explique Ashot Oganesyan, fondateur et Directeur de la Technologie de DeviceLock, dans un communiqué.

Et d’ajouter : “ les directions informatiques des marchés émergents, en raison de dures nécessités économiques et de perspectives plus sombres, se rallient progressivement au « rêve de convergence » qui vise à transférer sur un téléphone tout ce que l’on pouvait jusqu’alors faire sur un ordinateur portable.” Et donc d’intégrer le terminal plus naturellement dans les items à surveiller.

En Inde, la majorité des employés, interrogés dans la cadre d’une étude nCircle, estiment à 57 % que le terminal d’Apple est le plus dangereux pour une entreprise. Suivent Android à 39%,  RIM à 28% puis Nokia et l’OS Symbian à 13%.

En complément :

iPhone, Android, etc. : les premières pistes pour sécuriser les smartphones grand public

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close