Free officiellement choisi pour bousculer le marché de la téléphonie mobile

Dans un communiqué ce matin, l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep) annonce avoir officiellement choisi Free pour la quatrième licence mobile (3G).

Dans un communiqué ce matin, l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep) annonce avoir officiellement choisi Free pour la quatrième licence mobile (3G). Ce choix ne constitue en rien une surprise, Iliad - la maison mère du FAI - étant le seul candidat en lice après les défections de Virgin et Numericable.

"L’arrivée de ce nouvel acteur devrait avoir un effet favorable sur la dynamique du marché de la téléphonie mobile, et, plus généralement, devrait être un facteur positif pour le développement des services de communications électroniques, estime l'Arcep. Free Mobile envisage de proposer au consommateur des offres claires et innovantes à des tarifs compétitifs de nature notamment à faciliter l’accès à l’Internet mobile." De facto, les dirigeants du FAI ont multiplié les déclarations sur leur volonté de casser les prix de la téléphonie mobile. L'Autorité souligne également les engagements pris par Free en ce qui concerne l'accueil sur son réseau d'opérateurs mobiles virtuels (MVNO). Bref, l'Arcep compte sur le nouvel entrant pour bousculer un peu le ronronnant trio en place (France Télécom, SFR, Bouygues)

Free Mobile s'est engagé à lancer ses offres au plus tard deux ans après l'obtention de sa licence, soit avant janvier 2012 (l'autorisation de l'Arcep ne lui étant officiellement remise qu'en janvier). Dans ses déclarations publiques, le FAI évoque plutôt un délai de 18 mois. Pour Free, il s'agit d'un investissement de l'ordre du milliard d'euros. L'opérateur s'est également engagé à couvrir, d'ici huit ans, au moins 90 % de la population française.

Par ailleurs, l'Arcep explique vouloir relancer un nouvel appel à candidatures au premier semestre afin d'attribuer le reliquat de fréquences de la bande des 2,1 GHz (3G). Avant de lancer, au second semestre, les procédures d'attribution dans les bandes de fréquence 800 Mhz et 2,6 GHz, pour le déploiement de réseaux mobiles à très haut débit.

Pour approfondir sur Législation

- ANNONCES GOOGLE

Close