Résultats : Solucom préserve sa stabilité, mais revoit ses objectifs à la baisse

Le cabinet de conseil Solucom (965 personnes) a réalisé au cours du troisième trimestre calendaire (son second trimestre fiscal) un chiffre d'affaires de 22,5 millions d'euros, soit le même niveau qu'un an plus tôt.

Le cabinet de conseil Solucom (965 personnes) a réalisé au cours du troisième trimestre calendaire (son second trimestre fiscal) un chiffre d'affaires de 22,5 millions d'euros, soit le même niveau qu'un an plus tôt. Une inflexion par rapport aux résultats du trimestre précédent, où le cabinet français enregistrait encore 2 % de croissance.

Pour expliquer ce coup de frein, Solucom invoque les difficultés rencontrées par Cosmobay-Vectis, un cabinet de conseil d'environ 200 personnes racheté en 2008. Le taux d'activité de cette branche de Solucom est ainsi descendu à 57 % entre juillet et septembre, contre 65 % au trimestre précédent. Cette activité a ainsi enregistré une perte d'exploitation de 1,7 million pour un chiffre d'affaires de 8,4 millions au cours du premier semestre fiscal de sa maison mère (avril à fin septembre).

Erosion du prix journalier

Sur ce semestre précisément, Solucom voit sa marge opérationnelle reculer à 6,6 %, contre 10,2 % un an plus tôt. La conséquence de la volonté affichée du groupe de "préserver ses équipes et ses savoir-faire" (pas de mesure de réduction d'effectifs) et de la baisse des prix. A 722 euros, le prix de vente journalier moyen sur le semestre s'érode de 2 % sur un an.

Conséquence : la société abaisse ses prévisions pour l'ensemble de son exercice annuel, qui se terminera le 31 mars prochain. Le cabinet vise désormais un chiffre d’affaires supérieur à 100 M€, contre 102 M€ initialement, et une marge opérationnelle courante située entre 7 et 9%, contre 8 à 10% initialement. Lors de son exercice 2008/2009, Solucom a réalisé 101,9 millions de chiffre d'affaires, pour une marge opérationnelle de 11,2 %. Le groupe, qui a beaucoup grossi par rachats (Idesys, KLC, CosmoBay-Vectis, Dreamsoft, Vistali, New'Arch), est le cinquième cabinet de conseil en IT en France, derrière IBM, Capgemini, Logica et Accenture.

En complément :

- Pas d'été indien pour les SSII (1/3) : les grands noms sauvent les marges, au détriment du chiffre d'affaires

- Pas d'été indien pour les SSII (2/3) : les poids moyens broient du noir

- Pas d'été indien pour les SSII (3/3) : les fortunes très diverses des acteurs nationaux

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close