Playbook : critiqué sur ses choix par les développeurs, RIM pense s’ouvrir à Android

Alors que les procédures de développement d’applications sur sa tablette tactile sont vivement critiquées, RIM botte en touche et révèle travailler à l’intégration de Dalvik sur son OS mobile QNX. Un support des applications d’Android qui pourrait donner au Playbook du constructeur une approche originale sur le très lucratif marché des ardoises tactiles.

Rififi dans la sphère des développeurs RIM. Alors que l’iPad 2 devrait pointer le bout de son nez le 2 mars prochain, le constructeur canadien et son Playbook, la tablette tactile censé propulser le groupe sur le juteux segment des ardoises multimedia, ne fait pas l’unanimité dans la sphère des développeurs d’applications mobiles. Une gifle pour le Canadien qui mise une partie de son avenir sur ce marché, alors qu’il doit contrer la montée en puissance de la dernière mouture d’Android, HoneyComb, taillée sur mesure pour le format tablette.

La salve est venue ce week-end d’un développeur. Dans une lettre ouverte adressée au constructeur canadien, Jamie Murai, développeur d’applications mobiles spécialisé notamment sur les terminaux iPhone et iPad, pointe du doigt les très laborieuses procédures par lesquelles il a dû passer pour élaborer une simple application pour le Playbook. Dans son billet de blog, plus ironique qu’incendiaire, il y mentionne les tarifs d’inscription au programme développeur de l’App World, la boutique d’applications en ligne du groupe, plus élevés que chez la concurrence (200 $ contre 99 $ chez Apple ou 25 $ chez Google), des procédures de téléchargement d’outils de développement redondantes (outre le Playbook SDK, les développeurs doivent également rapatrier Adobe AIR SDK ainsi qu’un émulateur reposant sur un moteur VMware) et les difficultés insurmontables qu'il a rencontrées lors des phases de développement, de compilation et de déploiement. Bref, un vrai parcours du combattant qui l’a conduit à purement et simplement abandonner le Playbook pour retourner aux applications pour iOS ou Android.

RIM dans ses petits souliers

RIM n’a pas tardé à réagir, prudemment toutefois. Dans un billet de blog publié dimanche 27 février, Tyler Lessard, responsable du programme développeur chez le Canadien, confirme la réalité des problèmes soulevés par Jamie Murai et affirme que le groupe travaille à les résoudre. Une intervention en demi-teinte qui résoud rien. Le groupe se contente de rappeler que les procédures de développement du Playbook sont encore en test et devraient murir d’ici à la sortie de la tablette. Concernant la soumission auprès de l’App World, des travaux sont en cours, confirme encore Tyler Lessard.

Si RIM apparaît gêné aux entournures, c'est que l'enjeu est considérable. Comme l’indiquait le Gartner en octobre, les ventes de tablettes viennent grignoter progressivement celles des ordinateurs portables grand public. « L’engouement autour des tablettes telles que l’iPad a également affecté la demande du grand public pour des ordinateurs portables, en retardant certains achats, tout particulièrement aux Etats-Unis. Les tablettes ne remplacent pas un ordinateur principal mais elles affectent les ventes de PC de nombreuses façons », expliquait le cabinet d’analyse lors de la publication des chiffres des ventes de PC au troisième trimestre 2010.

L’enjeu pour les constructeurs, comme RIM,  est donc de favoriser la mise en place d’un écosystème de développement sain afin d’attirer le maximum de développeurs sur leurs technologies. En fin de compte, la partie se jouera notamment sur la qualité et sur le volume d’applications dans les boutiques en ligne.

Un support des applications Android ?

Face à ce constat, RIM a peut-être gardé un atout dans sa manche : celui d’un éventuel support du monde Android sur ses terminaux. C’est ce que rapportent nos confrères de BGR qui donnent un coup de projecteur sur une vidéo tournée au Mobile World Congress 2011 de Barcelone, mettant en scène un responsable de RIM. Ce dernier affirme lors d’une démonstration du Playbook : “nous allons également supporter les applications Android dès que le moteur Dalvik sera opérationnel au dessus de QNX”. Dalvik est le nom de la machine virtuelle Java développée par Google et sur laquelle s’exécutent toutes les applications dans Android. QNX est quant à lui un OS du monde de l’embarqué, tombé dans le giron de RIM lors du rachat de son éditeur, QNX Software, en avril 2010.

Le Playbook pourrait ainsi être la première tablette compatible avec plusieurs environnements et boutiques en ligne. Ce qui pourrait bien constituer un argument de poids pour les utilisateurs.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close