Développement : WebMatrix, un catalyseur pour IIS ?

En inaugurant WebMatrix, un outil de développement rapide de sites Web, Microsoft crée une passerelle transparente vers son serveur Web IIS. Une méthode qui pourrait accélérer l’adoption de la technologie dans le Web, aujourd’hui largement trusté par Apache.

WebMatrix réussira-t-il à redresser la part d’IIS sur le marché des serveurs Web ? C’est une des questions que l’on peut se poser au regard de l’annonce de Microsoft vendredi 14 janvier. Cet accélérateur de développement de sites Web que l'éditeur destine - gratuitement -  aux étudiants, aux développeurs débutants, voire aux petites entreprises, permet également d’héberger naturellement son site Web sur le serveur Web du groupe, IIS. Une technologie qui ne connait pas pour l'heure la même marche de progression qu’Apache HTTP auprès des développeurs Web.

Pour rappel, WebMatrix compile toutes les fonctions et applications d’infrastructure Web, de base de données, d’environnement de développement, d’applicatifs web et d’hébergement au sein d’une même application. On y retrouve ainsi un serveur Web (IIS Express), un technologie de développement Web ASP.NET Web Pages et un SGBD SQL Server Compact. Si jusqu’ici, WebMatrix fait quelque peu penser à WAMP, un outil intégré qui permet d’installer Apache, MySQL et PHP simplement, l’outil de Microsoft va cependant beaucoup plus loin. Il s'accompagne d’une boutique d’applications qui comprend une quarantaine de logiciels Web - les plus populaires du moment - par ailleurs tous Open Source. On y retrouve des applications de gestion de contenu Joomla, Drupal, Wordpress, Umbraco, Orchard, de Wiki ScrewTurn Wiki,notamment. Une fois sélectionnées, WebMatrix se charge de les installer.
Toujours dans cette idée de simplification du développement Webmatrix propose un méta-langage reposant sur ASP.NET baptisé Razor qui permet de coder les pages Web dans une syntaxe simplifiée. Redmond a également inclus ce qu’il nomme des ”Web  helpers”, qui permettent d’ajouter rapidement des fonctions (comme l’insertion d’un flux Twitter ou d’un module de paiement Paypal) au site grâce à une simple ligne de code.

Bref un environnement tout-en-un, que Microsoft synchronise sur ses technologies professionnelles - Visual Studio et SQL Server peuvent à tout moment prendre le relai - et qui permet également de déployer son site vers un hébergeur partenaire (Ikoula, Netissime ELB Multimedia et bientôt Amen) en toute transparence, depuis l'interface WebMatrix. Un déploiement naturel vers IIS, en somme.

screenshot


Et justement, des déploiements, IIS en a bien besoin. Selon les derniers chiffres de Netcraft, qui dresse un rapport mensuel des serveurs Web les plus utilisés dans le monde, le serveur Microsoft, entre décembre 2009 et décembre 2010, aurait motorisé 8 millions de sites supplémentaires contre 43 millions pour Apache. En termes de parts de marché, le serveur de fondation Apache détient à lui seul quelque 59,4% (en hausse de 12,8%), contre 22,2% pour IIS (+1,2%). Autre donnée intéressante, Apache serait utilisé sur 66,61% des sites les plus visités, toujours selon Netcraft, contre 16,47 % pour IIS.

Reste que si détrôner Apache sur le segment des serveurs Web semble aujourd’hui une mission difficile pour IIS, il apparait toutefois qu’avec WebMatrix, Microsoft démontre que les applications PHP les plus populaires du moment, fonctionnent tout aussi bien sur ses technologies. Déjà un bon début pour repartir à la conquête des infrastructures du web.

Pour approfondir sur Editeurs

- ANNONCES GOOGLE

Close