Wikileaks13 : parfum de bouillabaisse frelatée à Massilia

S’inspirant de Julian Assange, Philip Sion, agent du Conseil Général des Bouches-du-Rhône, a lancé, en tout début de mois, Wikileaks13. Un site Web sur lequel il entend que soient publiés documents et informations pour «nettoyer Marseille» malgré «l’omerta, aussi appelée dans les instituions “devoir de réserve”, conçue pour réduire au silence les fonctionnaires trop bavards». Ce qui lui a valu d’être suspendu de ses fonctions dans l’attente d’un conseil de discipline. Interrogé par téléphone, Philip Sion évoque ce qui ressemble à des conflits de personnes autour notamment de son engagement farouche en faveur du logiciel libre.

Philip Sion, agent du Conseil Général des Bouches-du-Rhône, vient d’être officiellement suspendu suite au lancement d’un site qui se veut dans la droite ligne du désormais célèbre Wikileaks, Wikileaks13. Sur celui-ci, Philip Sion entend «dénoncer des pratiques illégales sur le territoire du grand Marseille». Pour le Conseil Général, l’informaticien a «notamment diffusé des informations pouvant porter atteinte ou susceptibles de porter atteinte à l’institution départementale ainsi qu’à des élus et fonctionnaires». Mais la suspension de Philip Sion n’est-elle effectivement que le fruit du lancement de Wikileaks13 ? C’est la question qui émerge d’un entretien téléphonique accordé par l’intéressé au MagIT.

Des tensions antérieures

Selon Philip Sion, la rupture de banc commence bien avant. Selon lui, le climat se tend avec sa direction début 2008, lorsqu’il met la main sur un appel d’offre du Conseil Général mentionnant explicitement Windows Vista et Active Directory. Une démarche qu’il dénonce aujourd’hui, sur Wikileaks13.fr, comme illégale : «il [l'appel d'offre, NDLR] mentionne ouvertement les marques Windows Vista et Active Directory, ce qui est formellement interdit par l’article 6 du Code des Marchés Publics.» Et Philip Sion de se souvenir avoir déjà «soulevé, à l’époque, certains points comme le fait que Windows Vista n’emportait pas l’adhésion du marché». Selon lui, «Gauthier Bourret [DSI du Conseil Général, NDLR] m’en veut un peu» pour cela. Le point d’orgue semble survenir fin juillet dernier. A ce moment-là, Philip Sion écrit à Daniel Sperling, adjoint au Maire de Marseille, pour dénoncer un autre projet Windows, celui de la migration des postes de travail de la cité phocéenne vers Windows 7 : «je vous laisse imaginer, en cette période de restriction budgétaire, le retentissement médiatique de ce choix qui va coûter plusieurs centaines de milliers d’euros aux Marseillais », souligne-t-il à l’époque. Dans nos colonnes, en novembre dernier, Jean-Marie Angi, DSI de la ville de Marseille, a notamment défendu ce choix par une volonté de «rationnalisation ».

 cg13
L'immeuble du CG13 à Marseille (D.R.)

La goutte d’eau en trop ?

Dans un courriel adressé à Gauthier Bourret, le supérieur hiérarchique de Philip Sion, en réponse au message de ce dernier, Jean-Marie Angi réagit vigoureusement. Il se plaint «des propos [que Philip Sion] a tenu sur les choix technologiques de la DSI du CG13 qu’il rejette (devoir de réserve non respecté) [...] de l’aspect diffamatoire de son mail, [...] de la diffusion d’une note interne de la DSI de la ville à destination du seul personnel de la DSI». Et de s’inquiéter «du conflit qui peut exister entre sa fonction au CG et ses activités privées annexes. Il ne peut respecter sa position au sein de ta DSI et ses activités au sein d’associations comme l' April». Dans son courrier, Jean-Marie Angi indique que Philip Sion n’est pas intervenu là comme agent du Conseil Général, mais «sous la casquette de conseiller technique sur le numérique après de Monique Corder (confédération des CIQ [Comité d’Intérêt de Quartier, NDLR] de Marseille) ». Et de conclure : «Il est évident mon cher Gauthier que je n’en resterai pas là et que dès mon retour et celui de mon élu, je réactiverai ce dossier.» 

Des ingérences croisées ?

Nous avons sollicité le Conseil Général pour savoir comment Gauthier Bourret avait réagi au message de son homologue de la Mairie de Marseille, sans succès pour le moment  - LeMagIT s'est vu répondre que les attachés de presse du département "étaient occupées par les voeux"(sic). Egalement interrogé sur ce courriel, Jean-Marie Angi a indiqué «ne pas avoir le droit de communiquer sur le sujet», s’engageant néanmoins à revenir vers nous après consultation des services juridiques de la mairie de Marseille.

Pour Philip Sion, Gauthier Bourret n’a pas apprécié de «se faire souffler dans les bronches par Jean-Marie Angi ». Et celui-ci l’aurait appelé directement sur son mobile, le jour même des échanges de courriels, pour un entretien téléphonique, que Philip Sion décrit comme d'une rare violence verbale : «il m’a dit “je vais briser votre carrière”, » assure Philip Sion. On remarquera que plus tard, ce dernier n'a pas eu que des mots tendres pour Jean-Marie Angi, dans les commentaires de Framablog, notamment.

Se pose alors la question de savoir si, avec Wikileaks13, l’informaticien ne cherche pas une revanche personnelle. A cette question, Philip Sion insiste sur la «sincérité» de sa démarche : «j’ai proposé de renoncer à mon statut de fonctionnaire pour lancer le site [...] De toute façon, je suis déjà allé trop loin; je sais que je vais perdre mon poste. [...] Mais [avec Wikileaks13], j’ai la volonté de construire, pas de détruire.»

[Mise à jour le 9/01/2011] Selon l'AFP, Philip Sion a tenté de se suicider ce samedi 8 janvier, en fin journée. Il a été transporté à l'hôpital et ses jours ne seraient pas en danger. Lors de ses voeux à la presse, ce vendredi 7 janvier, Jean-Noël Guerini, président du Conseil Général des Bouches du Rhône, a estimé pour sa part que sa collectivité territoriale avait fait l'objet d'un "chantage" dans le cadre d'un message électronique de Philip Sion daté du 20 décembre. Toujours selon nos confrères, l'ingénieur en chef aurait déjà été sanctionné à la suite "de nombreux incidents en 2010, dont une sanction définitive prononcée le 17 décembre". La teneur et les motifs de cette dernière n'ont pas été précisés.

Pour approfondir sur Externalisation

- ANNONCES GOOGLE

Close