Syntec Numérique veut soigner sa dimension édition logicielle

Les coups de boutoir de l’Afdel semble avoir porté. Depuis quelques années désormais, la représentation des éditeurs de logiciel français pose question. L’historique Syntec – soupçonné d’être trop services-centric - s’est vu pour partie remis en cause. En pleine rénovation, la chambre syndicale part à la reconquête du monde de l’édition en s’appuyant sur un programme ambitieux.

Syntec désormais numérique et plus informatique poursuit sa mue sous l’égide du nouveau président Guy Mamou Mani. Longtemps taxé de favoriser les SSII et de négliger l’édition logicielle – ce qui a notamment provoquée la création de l’Afdel –, Syntec annonce le renforcement de « son action en faveur des éditeurs et développeurs d’applications, en lançant un programme ambitieux pour le développement de l’édition de logiciels en France et en Europe ». Une action qui s’appuie notamment sur la nomination de Bruno Vanryb en juillet au poste de Président du Collège Editeurs. Ce dernier explique qu’« avec un bureau composé de personnes exceptionnelles couvrant tous les thèmes du monde du Software, ce qui n’a jamais été fait en France, Syntec va pouvoir mettre en avant et aider au développement d’un métier incroyablement innovant et créateur de richesses ! Nous voulons rassembler tous les acteurs de l’écosystème du logiciel en France : les grands éditeurs, les développeurs d’applications mobiles, les startups…». L’ambition également de l’Afdel, qui poursuit le même objectif sous l’égide de Patrick Bertrand, directeur général de Cegid, numéro deux des éditeurs français, et récemment reconduit à la tête de l’association.

Au programme de cette branche « éditeurs » de Syntec numérique : création dès 2011 d’un baromètre trimestriel de la croissance des éditeurs de logiciels en France et en Europe ; sortie au premier trimestre 2011 d’un livre « Noir & Blanc », à l’attention des pouvoirs publics, avec une partie « Livre Noir » qui devra alerter sur les 10 points noirs empêchant le développement de l’industrie du logiciel en France ; création au deuxième trimestre 2011 du classement SYNTEC 250, « avec pour la première fois un classement exhaustif des éditeurs de logiciels en fonction de leur métier et non seulement de leur taille, permettant une identification de chaque éditeur leader sur son marché, et une vraie compréhension des différents types de métiers des éditeurs et développeurs d’applications ».

Annoncé très officiellement sur le thème de la nouvelle gouvernance, ce mouvement vers le monde de l’édition intervient dans le cadre d’un plus vaste chantier de rénovation de Syntec engagé cet été. L’organisation expliquait notamment en juillet que « dans le contexte des élections présidentielles de 2012, il est plus que jamais nécessaire de continuer à promouvoir les enjeux du numérique auprès des pouvoirs publics, mais surtout d’asseoir et de renforcer notre position ».

Les membres du bureau du collège Editeurs de Syntec :

Jean-Stéphane Arcis, CEO, Talentsoft
Michel Bensadoun, Vice-Président et General Manager Europe Ouest, Symantec
Julien Codorniou, Directeur du Développement, Microsoft France
Serge Dahan, Président Directeur Général, Iris France
Annie Eyt, Directrice Général, Oracle France
Amélie Faure, Administratrice, Cameleon Software, Augure et Bonitasoft
Eliane Fourgeau, CEO and VP Marketing, Geensoft, filiale Dassault sytèmes
Mathieu Llorens, Président Directeur Général, AT Internet
Manuel Montalban, VP Sales & Marketing, Generix Group
Emmanuel Obadia, Vice-Président Senior de la gamme de produits X3, Sage
Vincent de Poret, Directeur du Business Development, SAP
Bertrand Tierny, Directeur du Développement, Groupe Cylande
Agnès Touraine, Présidente Fondatrice, Act3 Gaming
Bruno Vanryb, Président et Co-fondateur, Avanquest Software

Pour approfondir sur Editeurs

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close