Synergy 2010 : Citrix pousse son avantage dans la virtualisation de desktops avec XenDesktop 5

A Berlin, Citrix a profité de sa conférence utilisateurs Synergy 2010 pour dévoiler la dernière version de son outil de virtualisation des postes de travail, XenDesktop 5. Avec cette nouvelle mouture, l'éditeur, qui a déjà vendu près de 3,5 millions de licences de XenDesktop entend pousser son avantage face à VMware et son propre outil, View. Et le moins que l'on puisse dire est que les capacités montrées à Berlin sont convaincantes.

A l'occasion de sa conférence utilisateurs Citrix Synergy 2010 qui s'est ouverte mardi à Berlin, Citrix a présenté la nouvelle version de sa solution de virtualisation de postes clients, XenDesktop 5. Pour cette nouvelle mouture, l'éditeur a mis l'accent sur la simplicité de déploiement, sur l'administration et sur les performances. L'objectif affiché de Citrix est de conserver une longueur d'avance sur VMware et sa solution View 4.5 et de continuer à simplifier le déploiement de la technologie de virtualisation de postes de travail. L'éditeur note d'ailleurs que cette stratégie semble fonctionner puisqu'une centaine d'entreprises ont aujourd'hui déployé plus de 1000 licences de XenDesktop, et que plus de 3,5 millions de licences de la solution ont été vendues à ce jour.


Nouvel outil d'administration

Avec XenDesktop 5, un nouvel outil d'administration, XenDesktop Studio, concentre désormais toutes les fonctions nécessaires pour permettre à l'administrateur de packager des environnements virtuels pour les utilisateurs. L'interface du logiciel est d'une remarquable simplicité et permet dans la pratique, de créer des images systèmes à partir de zéro, et de les déployer en masse sur son infrastructure virtuelle afin de les mettre à disposition des utilisateurs. Selon Citrix, déployer un environnement de base prêt à l'emploi nécessite moins de dix minutes (en fait dans la prise en main que nous avons effectué avec un responsable de la firme il nous fallu un peu moins de 9mn 30). Cerise sur le gâteau, les opérations réalisées par l'outil via l'interface graphique génèrent aussi un code sous la forme de commande PowerShell (l'interface en mode ligne de commande de Microsoft). Ce code est éditable et peut être modifié par un administrateur pour automatiser certaines opérations de provisionning.

Performances optimisées

Côté serveur, Citrix poursuit ses travaux pour optimiser les performances de son hyperviseur XenServer pour la virtualisation de postes de travail. La dernière bêta de XenServer, qui dans sa forme finale prendra la forme d'un "feature Pack" pour XenServer 5.6 et sera disponible en décembre, dispose d'une fonction baptisée Intellicache qui permet de doper de façon significative les performances de chargement d'un desktop virtuel. Dans la pratique Intellicache utilise un disque dur à mémoire flash situé sur le serveur virtualisé comme cache intermédiaire entre XenServer et les baies de stockage hébergant les machines virtuelles contenant les environnements des utilisateurs. Bien sûr, XenDesktop continue à supporter l'ensemble des hyeprviseurs du marché, dont VMware ESX et Hyper-V, même si Citrix ne fait pas mystère de son intention de tout faire pour faire de XenServer le meilleur companion de XenDesktop pour l'éxécution des environnements virtuels de bureau. Une stratégie qui pourrait payer à long terme. Citrix estime ainsi qu'il détiendra environ 18% du marché des hyperviseurs en 2010 contre 13% en 2009 et 8% en 2008.

Côté utilisateur, enfin, l'arrivée de XenDesktop 5 se traduit par la fusion du client Citrix Receiver avec Dazzle (l'équivalent dans l'environnement Citrix du client App Store d'Apple) . Le Receiver de nouvelle génération offre une interface d'accès simple et élégante au catalogue d'applications de l'entreprise et permet aux utilisateurs d'accéder très simplement à son (ou ses) environnement(s) de travail virtualisés.Ce nouveau receiver est bien sûr disponible pour Windows, Mac OS X et Linux, mais aussi pour les terminaux iOS d'Apple (iPad,iPod Touch et iPhone). Il est aussi intégré à un client léger de Wyse et est en cours d'adaptation pour les environnements Android et Blackberry.


Terminons en signalant que si XenDesktop 5 met l'accent sur les postes clients virtualisés, le logiciel inclut aussi les fonctions de virtualisation d'applications de XenApp. Cette intégration répond à deux grands besoins selon Citrix. Le premier est de faciliter le déploiement d'applications dans les bureaux virtuels XenDesktop. Le second est de fournir un mécanisme de distribution et d'exécution d'applications moins gourmand en ressources et donc moins coûteux que le modèle de virtualisation intégrale de poste de travail. Comme l'a noté Mark Templeton, le CEO de Citrix lors d'une session de questions/réponses avec la presse, le modèle XenApp reste bien plus économique et bien plus efficace en matière de consommation de ressources que celui de la virtualisation de travail. Il est donc bien adapté aux environnements où le coût du poste de travail est la priorité. Alors que XenDesktop répond mieux aux contraintes de management et de flexibilité du poste de travail, mais au prix d'une consommation de ressources plus élevée côté serveurs, puiqu'il chaque environnement virtuel doit avoir sa VM, avec les exigences que cela suppose en matière de processeurs, de mémoire ou d'entrées/sorties...

XenDesktop 5 sera disponible dans le courant du 4ème trimestre 2010. Selon l'édition choisie, les prix s'étaleront de  95 $ par utilisateur (pour l'édition VDI seule) à 350 $ pour l'édition Platinum.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close