RIA : la bataille entre HTML 5 et Flash n’aura pas lieu

Dans sa dernière étude, Forrester rappelle que la rivalité qui oppose HTML 5 et les technologies de RIA n’a pas lieu d’être aujourd’hui. Encore trop immatures, les spécifications du W3C ne prononceront pas l’épitaphe des RIA de type Flash ou Silverlight. A terme, le cabinet parie davantage sur une complémentarité des deux camps.

Il était bien temps de monter au créneau pour Forrester : la guerre sur le terrain des RIA entre le très prometteur HTML 5 et les plates-formes propriétaires comme Flash ou encore Silverlight est loin d’être aussi rude que le pensent de nombreux observateurs du Web.

D’un côté HTML 5, prochaine évolution de HTML, le langage normalisé par le W3C qui structure le Web depuis sa naissance. Initialement cantonnée au balisage de documents, la version 5 du langage le pousse directement sur le terrain des applications de type Web 2.0, histoire de faire entrer dans la norme, les évolutions des usages du Web. Au programme, de nouveaux attributs (comme un tag vidéo), l’intégration de SVG (Scalable Vector graphic) et le support du mode déconnecté notamment. L’idée est de proposer des fonctions - normalisées - capables de réaliser des applications Web qui aujourd’hui s’adossent à de nombreuses bibliothèques Javascript et Ajax pour traduire leurs comportements dynamiques.

De l’autre côté, les moteurs propriétaires d’exécution RIA d’Adobe ou Microsoft, qui permettent de réaliser des interfaces et des applications hautement dynamiques et riches, le tout interprété dans des machines virtuelles fermées, manipulées par des frameworks de développement propres à chaque marque. Ces technologies s’insèrent sous forme de plug-ins dans le navigateur, alors que HTML 5 de son côté vise à standardiser les comportements, en s'intégrant en natif dans le navigateur.

"HTML 5 n’évincera pas les plug-in RIA dans les cinq prochaines années, au moins", souligne cependant en substance Forrester dans son dernier rapport. Trop tard... Les spécifications de HTML 5 ne sont pas encore suffisamment mûres et il faudra attendre encore avant de voir des implémentations correctes par les éditeurs de navigateurs. Non seulement la longue feuille de route de HTML 5 court encore pour 5 ans minimum -  comme nous l’avait prédit les responsables du W3C, en visite à Paris début avril -, mais la standardisation de HTML5 est aussi l'objet d'affrontements techniques comme le rappelle Forrester. Il mentionne notamment l’impossibilité pour le W3C de trouver un consensus autour du codec vidéo intégré en standard. Illustrant au passage les problèmes politiques que rencontre le consortium dans ses processus de normalisation, comme nous l’avait également confié Dominique Hazael-Massieu, responsable des activités Mobile Web du W3C.
Pendant ce temps, les technologies - comme les bibliothèques Javascript, tout comme les machines virtuelles Flash et Silverlight - continuent, elles,à progresser.

Du coup, pour le plus long terme, Forrester mise davantage sur la complémentarité entre les deux camps plutôt que sur leur rivalité. "En fin de compte, HTML 5 et les plates-formes RIA seront des technologies complémentaires et les spécialistes du développement professionnel auront besoin d’investir dans les deux approches pour fournir des applications expressives qui combinent portée et richesse”. Autrement dit, d’un côté la richesse, de l’autre l’accessibilité.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close