Infogérance : pour son informatique, la SNCF fait wagon commun avec IBM

Contrat géant pour IBM qui, après avoir laissé échapper plusieurs grosses opérations dans l'Hexagone, est en passe de monter une co-entreprise - une spécialité maison - prenant en charge les études de la SNCF. Un contrat de 1,7 milliard d'euros sur 6 ans.

Et une co-entreprise de plus pour IBM, qui compte déjà plusieurs contrats de ce type en France (notamment avec BNP Paribas et la compagnie maritime française, en grande difficulté, CMA CGM). Cette fois, c'est avec la SNCF que le prestataire américain vient de conclure un accord de ce type, dans le cadre d'une entreprise commune détenue à 51 % par la compagnie nationale, révèle ce matin La Tribune. Ce contrat, d'une durée de six ans, s'élève à 1,7 milliard d'euros et comprend la maintenance, le développement, l’exploitation des applications et la gestion des études. Pour la SNCF, ce contrat devrait dégager 300 M€ d'économies. Selon La Tribune, la nouvelle société sera présidée par un dirigeant nommé par la SNCF (l'actuel DSI Michel Baudy paraît bien placé), tandis que son bras droit sera désigné par Big Blue.

Regrouper des prestations aujourd'hui dispersées

Pour l'opérateur du rail, qui doit présenter le projet aujourd'hui en comité d'entreprise, la voie de la co-entreprise doit éviter une levée de boucliers des organisations syndicales et des 2 000 informaticiens de la SNCF concernés par le périmètre de cette externalisation. Le contrat menace surtout les positions des SSII en place à la DSI de la SNCF, un des objectifs - classique sur ce type d'opérations - du deal étant précisément de massifier ces prestations aujourd'hui éclatées. GFI, qui réalisait 2,1 % de son CA 2008 avec le grand compte, apparaît comme une des SSII les plus exposées, mais les autres grands noms du marché (Capgemini, Atos-Origin, Sopra ou Steria) peuvent aussi nourrir quelques inquiétudes.

Pour La Tribune, ce contrat apparaît comme une contrepartie après l'accord signé en 2008 entre Geodis (filiale logistique appartenant à 98 % à la SNCF) et IBM. A l'époque, Geodis s'était porté acquéreur d'IBM Logistics, devenant par là même le prestataire logistique unique de Big Blue. Soit un chiffre d'affaires d'environ un milliard d'euros par an, sur une longue période (une quinzaine d'années).

En complément :

- IBM France : Alain Bénichou succède à Daniel Chaffraix

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close