Grâce à la SNCF, la France devient la locomotive de l'outsourcing en Europe

La France eldorado de l'outsourcing. L'affirmation aurait fait sourire voici seulement quelques mois. Pourtant, au premier trimestre, les signatures de contrats d'externalisation dans l'Hexagone ont dépassé celles en Allemagne et en Grande-Bretagne. Une percée qui doit beaucoup au contrat massif signé entre la SNCF et IBM.

Généralement présentée comme rétive à l'externalisation, la France est passée devant les autres grands pays européens au premier trimestre 2010. Selon l'indice de TPI - cabinet spécialisé dans le conseil en sourcing (choix de prestataires) -, qui recense les contrats signés de plus de 20 millions d'euros, l'Hexagone est devenu le second marché de l'outsourcing en Europe au début d'année, avec l'équivalent de 1,9 milliards d'euros de contrats signés (soit 12,4 % du total européen). La conséquence notamment du contrat signé entre la SNCF et IBM. L'Allemagne suit avec un plus d'un milliard d'euros. Traditionnellement leader européen du secteur, la Grande-Bretagne marque nettement le pas : les signatures du premier trimestre y représentent 800 millions d'euros, 50 % de moins qu'il y a un an. Le classement est dominé par la Suède, dont le marché double en valeur. La conséquence du contrat récemment signé entre ABB et IBM, pour la gestion des infrastructures de l'industriel.

tpi europe

Sur le trimestre, les signatures en Europe ont représenté 7,2 milliards d'euros, soit 7 % de croissance sur un an. Si ce total constitue la seconde meilleure performance des 5 dernières années, on est loin du boom enregistré en fin d'année dernière en Europe ou de la croissance de la zone Amériques au premier trimestre (+ 47 %). Si les volumes sont donc repartis à la hausse, ils sont atteints avec un plus petit nombre de contrats (45 en Europe, contre 59 un an plus tôt). Confirmant de facto un certain retour aux mega-deals, ces contrats globaux d'outsourcing (comme celui signé par la SNCF avec IBM, d'ailleurs), plutôt que des contrats plus ciblés, dits d'infogérance sélective. Comme le note TPI, la tendance long terme reste toutefois axée sur une diminution graduelle de la valeur des contrats.

tpi zones

Sur le plan mondial, le volume des contrats de plus de 25 millions de dollars a représenté 19,5 milliards au premier trimestre, soit 4 milliards de plus qu'en 2009 (+ 25 %). Mais le marché de l'outsourcing n'a toutefois pas retrouvé son niveau du milieu des années 2000 ou même celui de 2008. TPI note le poids des renégociations de contrats sur ce début d'année : elles concernent trois des quatre principaux "deals" de la période. Et 42 % du marché dans son ensemble, deux fois plus qu'il y a un an. Comme lors des trimestres précédents, ce sont les contrats informatiques (applicatif et/ou infrastructure) qui tirent la reprise, avec un total de 16 milliards de dollars dans le monde. Tandis que l'externalisation de processus métier (BPO) poursuit sa déprime : à 3,1 milliards de dollars, ce segment connaît encore une décroissance de 26 % sur un an.

Si les grands prestataires américains (IBM, HP, Accenture, CSC) figurent bien dans le Top 15 mondial, aux côtés des grands Indiens (TCS, Infosys, Wipro), aucune SSII d'origine française n'est présente. Capgemini et Atos apparaissent toutefois dans le Top 15 européen.

En complément :

- Outsourcing : avalanche de contrats signés en fin d'année 2009

- Outsourcing : télécoms et megadeals dopent le marché, l'Europe à la traîne (troisième trimestre)

- Infogérance : pour son informatique, la SNCF fait wagon commun avec IBM

- Co-entreprise SNCF-IBM : les 8 enjeux d’un contrat d’infogérance original

- Infogérance : Alcatel-Lucent confirme le retour des mega-deals

Pour approfondir sur BPO

- ANNONCES GOOGLE

Close