OpenStack prend officiellement son envol sous forme de fondation

Naissance de l’OpenStack Foundation. Rackspace a officiellement donné les clés d’OpenStack à une fondation indépendante qui aura la lourde charge de faire vivre l’un des projets cloud Open Source le plus fédérateur du moment.

C’est officiellement aujourd’hui mercredi 19 septembre qu’OpenStack est sorti du giron de RackSpace au sein duquel il a muri, pour prendre son envol au sein d’une fondation indépendante : l’Openstack Foundation. Annoncé courant 2011, ce nouveau havre de paix de l’un des socles Open Source du Cloud le plus fédérateur débarque à quelques encablures de la prochaine version de la plate-forme Folsom, très attendue par l’ensemble de la communauté.

Et pourtant, à la veille de cette heureuse naissance, la communauté s’est faite secouée par un billet de blog explosif publié par Boris Renski, de la société Mirantis, un membre de la fondation qui propose des services sur OpenStack. Selon lui, l’adhésion de VMware en tant que membre est tout simplement une erreur. Comme faire entrer le loup dans la bergerie, semble-t-il dire rappelant que VMware est un concurrent direct d’Openstack.

 Pourtant rien ne semble troubler cette inauguration. «Le lancement de l’OpenStack Foundation n’est pas seulement une étape importante pour notre communauté, mais également une phase clé pour le mouvement l’Open Cloud», souligne Jonathan Bryce, qui a construit cette fondation alors qu’il s’occupait de l’offre cloud de Rackspace. Il prendra le poste de directeur exécutif de la fondation.

 Cette fondation aura désormais la lourde tâche de guider la communauté ainsi que les évolution de la plate-forme se chargera de la gouvernance complète du projet. Une façon pour cette brique sans cesse grandissante du projet Open Source de s’approprier la solution et d’en prendre complètement les clés. Outre le fait de donner son indépendance au projet, l’OpenStack Foundation devra également rassurer sur le modèle de gouvernance du projet. Un projet que certains analystes craignaient de voir trop enfermé dans le giron de RackSpace. Autre attente : la fondation devrait également faire office de ciment pour éviter la fragmentation qui pourrait bien pendre au nez du projet Open Source. Un point évoqué par quelques analystes.

10 M$ de financement

Pour démarrer, la fondation est parvenue à lever 10 millions de dollars de financement auprès de ses 5 600 membres et quelque 190 entreprises participantes, rappelle-t-elle dans un communiqué. Le board est composé de 8 membres platinium, 8 membres Gold et 8 membres individuels. Alan Clark, directeur des standards de l’Open Source chez Suse a été élu président, et Lew Tucker, vice président et CTO du Cloud chez Cisco, vice président.

Un comité technique en charge du développement et des orientations techniques est composé de 13 membres et devra orchestrer les 550 000 lignes de codes d’OpenStack et une communauté de 550 développeurs (selon les chiffres de la fondation).

Enfin un collège représentant les utilisateurs complète le modèle de gouvernance. La fondation annonce enfin recruter entre 10 et 12 personnes pour aider à mettre place so modèle.

«Aujourd’hui, nus sommes fiers de finaliser la procédure en faisant don des actifs, transmettant la gestion de la communauté et donnant la marque OpenStack à l’OpenStack Foundation», lance Lew Moorman, président de Rackspace. Un nouveau départ en somme.

Pour approfondir sur Administration et supervision du Cloud

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close