Adobe soumet Flex à la fondation Apache

Tout à sa stratégie de réduire progressivement ses investissements dans la sphère Flash et se concentrer sur HTML 5, Adobe a décidé de soumettre Flex à la fondation Apache. Adobe mise sur ce nouveau modèle de gouvernance, qui a germé au sein de l'Open Spoon Foundation, pour assurer la pérennité de son framework et la validité de sa feuille de route.

Seconde secousse au sein de la communauté des développeurs Flash. Alors qu'Adobe entend éteindre ses développements du plug-in Flash pour les mobiles, l'éditeur vient de porter un autre coup : la soumission de son framework Open Source Flex à la fondation Apache.  Une demi-surprise dans l'eco-système d'Adobe dont la mue vers HTML 5  semble se poursuivre progressivement.


Dans une FAQ, publiée sur le site de l'éditeur, Andrew Shorten et Deepa Subramaniam deux chefs de produits Adobe, confirment l'intention du groupe de "donner le SDK de Flex à la fondation Open Source de la même façon qu'il lui a offert Phonegap "lorsque nous avons racheté Naitobi". 
Ce projet couvait depuis au moins juillet 2011, date à laquelle Adobe accompagné de membre de la communauté ont l'Open Spoon Foundation. Une très jeune organisation, à but non lucratif, comme l'indique son site, en collaboration avec la communauté des développeurs Adobe. Cette fondation tourne autour du projet Spoon Project Mission dont un des objectifs est de centraliser les développements et les contributions de la communauté de Flex. "Le nombre grandissant de développeurs [Flex, NDLR] a provoqué une augmentation du nombre de suggestions, de rapports de bugs et de développements de patches. "Le temps limité et nécessaire d'ingénierie qu'Adobe apporte à un framework gratuit et Open Source a atteint son niveau maximal  en matière de nombre et de type d'intervention, en dessous du niveau souhaité par la communauté. Ainsi, il existe une frustration grandissante chez les développeurs que, nous supposons être une conséquence directe de l'incapacité de la communauté à contribuer de manière productive", écrit la fondation sur son site, expliquant les motivations de sa création.

Les ressources dédiées ainsi que l'implication d'Adobe dans Flex - probablement considérées comme très couteuses pour un groupe en pleine transformation - auraient plafonné ne pouvant dès lors plus faire évoluer le framework de façon positive. Adobe place ainsi les évolutions de son SDK entre les mains d'une fondation capable de fédérer et d'unifier les développements et d'entendre la communauté, tout en gardant un oeil sur les développements, assurent également Andrew Shorten et Deepa Subramaniam. Un peu à l'image de Red Hat avec la communauté Fedora, pour reprendre la comparaison faite par les équipes de Open Spoon Foundation à nos confrères de InfoQ. Jusqu'alors, Adobe, même en ayant ouvert le kit de développement de Flex depuis sa version 3, contrôlait les développements de Flex. Selon les chefs de projet d'Adobe, l'éditeur restera impliquer dans la gouvernance de Flex au sein de la fondation Apache. Une équipe de développeurs y sera dédiée, à temps plein, confirment-ils.

Outre Flex, Adobe compte également soumettre d'autres composants de son infrastructure à l'incubateur Apache. Andrew Shorten et Deepa Subramaniam mentionnent notamment BlazeDS, une technologie de messaging Java pour entre autre gérer le temps réel dans les applications Flex, les composants Spark, le prochain compilateur MXML et ActionScript baptisé Falcon - ainsi que Falcon JS (un autre compilateur Javascript encore expérimental ) et des outils de test Flex.

HTML 5, le futur des applications d'entreprise

Il ne s'agit donc pas d'une disparition de Flex des mains d'Adobe. D'ailleurs l'éditeur conservera Flash Builder, l'IDE Eclipse, pour le développement d'applications Flex. Mais comme avec le plug-in Flash pour les mobiles, Adobe réduit progressivement ses investissements, pour se concentrer sur HTML 5. Quitte à laisser sceptiques les actuels utilisateurs de Flex en entreprise, en proie au doute quant à l'avenir de la technologie. "Sur le long terme, vous pensons que HTML 5 sera la meilleure technologie pour le développement d'application d'entreprise", indiquent Andrew Shorten et Deepa Subramaniam. Ajoutant plus loin que "à terme (cela dépend de votre application mais d'ici 3 à 5 ans), nous pensons que HTML5 pourra supporter la majorité des cas d'usage aujourd'hui développés en Flex".
De quoi en effet les laisser dans l'incertitude. Même si Adobe confirme travailler à des outils de migrations Flex vers HTML 5 (comme le compilateur Falcon JS - également soumis à Apache), sans garanti d'un résultat fiable toutefois, soulignent-ils.
Prochaine étape : la fondation Apache, selon son modèle de gouvernance, devrait donner sa réponse dans les semaines à venir.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close