Avec le rachat de Platform Computing, IBM a les yeux sur le HPC, le cloud et le Big Data

En mettant la main sur Platform Computing, l'un des acteurs clés du monde HPC, Big Blue vient sans doute de jouer un bien mauvais tour à ses grands concurrents comme Cray, HP ou Fujitsu dans le monde du calcul. Mais Big Blue met aussi la main sur une plate-forme d'orchestration et de gestion de cloud moderne ainsi que sur la très intéressante implémentation d'Hadoop/MapReduce de Platform.

IBM a créé la surprise en mettant la main sur Platform Computing, l'un des grands spécialistes de la gestion de cluster. Le montant de la transaction, qui devrait être finalisée au quatrième trimestre 2011, n'a pas été communiqué.

Platform est un acteur clé du monde du HPC et il a des relations clés avec tous les grands du secteur, notamment Cray, Dell, Fujitsu, HP et IBM. La société s'est faite connaitre avec son produit historique de gestion de workload, LSF (Load Sharing Facility) qui est aujourd'hui l'un des composants clés de sa suite de gestion de cluster pour le monde du calcul intensif. 

Elle a ensuite progressé en mettant la main sur les stacks MPI de Scali et de HP, deux des piles MPI les plus réputées du marché. L'annonce du rachat de la pile MPI de HP en 2009 s'était d'ailleurs officiellement accompagnée par un rapprochement des liens avec le constructeur.

Du HPC au cloud

Depuis, Platform a multiplié les diversifications en adaptant son savoir-faire issu de la gestion de grands clusters au monde du Cloud. Ces efforts ont donné naissance à la solution de gestion de clouds privés Platform ISF, dont la dernière version figurait parmi les finalistes des "Best of VMworld Awards".  ISF permet d'automatiser le provisioning de services applicatifs sur des infrastructures hétérogènes mixant serveurs virtualisés, serveurs physiques dans un environnement privé et machines virtuelles dans un cloud public. Le logiciel inclut un portail de self-service, des mécanismes de refacturation, ainsi que des capacités de workload management afin d'adapter dynamiquement l'infrastructure à la charge applicative. ISF peut ainsi être utilisé pour gérer des services de type IaaS ou PaaS.

Un pied dans le Big Data

Platform s'est aussi illustré récemment dans le monde du traitement massif de données avec le lancement de sa propre plate-forme autour d'Hadoop, baptisée Platform Mapreduce. Cette plate-forme s'appuie sur le savoir-faire de la firme en matière d'orchestration et de scheduling. Et elle est sans doute l'un des composants additionnels qui a attiré Big Blue. Au-delà du marché HPC, pour lequel le rachat de Platform a des bénéfices évidents, l'acquisition de Platform devrait de façon générale contribuer à moderniser l'offre d'IBM en matière de workload management et de Job scheduling. Elle pourrait aussi doper l'offre Tivoli en matière d'orchestration et de gestion de cloud et permettre à Big Blue d'accélérer encore un peu plus sur le marché du Big Data grâce à l'offre. Platform pourrait également lui permettre aussi de disposer d'une plate-forme d'orchestration de cloud clé en main. Et c'est sans compter sur le fait que Big Blue met aussi la main sur un portefeuille de près de 2 000 clients dans le monde dont Citigroup, Infineon, et Red Bull Racing.

Au nez et à la barbe d'HP ?

Reste une question : alors que des rumeurs couraient depuis déjà quelques semaines sur un rachat de Platform, pourquoi HP a-t-il laissé Big Blue s'emparer d'un de ses partenaires stratégiques sans bouger ? Une des réponses possibles est sans doute monétaire. Avec le rachat d'Autonomy, HP a épuisé une large partie de ses réserves de cash. Il n'est donc pas sûr qu'il aurait pu se battre avec Big Blue pour le contrôle de Platform...

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close