Le moral des patrons de SSII en chute libre, les effectifs en danger

Résultats contrastés pour la dernière livraison de l’enquête mensuelle de conjoncture de la Banque de France. Après avoir affront" un printemps catastrophique, les patrons de SSII se montrent un peu plus positifs pour les mois à venir. Mais les espoirs de reprise se feront dans un contexte de prix revus à la baisse et surtout les tendances en matière de maintien des effectifs sont de plus en plus négatives.

Le moral des patrons de SSII est de plus en plus préoccupant. C’est ce que révèle l’étude de conjoncture de juin de la Banque de France qui mesure l’état d’esprits des chefs d’entreprises dans les différents secteurs d’activité français.
Réalisée selon la méthode du solde d’opinion (*), cette enquête, concernant le secteur « ingénierie informatique », montre que les patrons de l’informatique dans l’Hexagone sortent d’une très mauvaise période et craignent les mois à venir. En mai, le solde d’opinion concernant l’activité à venir au mois de juin était d’environ moins 10 points. Quelques semaines plus tard, au moment du bilan, les patrons des services informatiques notent finalement - 20 le mois écoulé. Une dégradation qui en dit long sur la crise que traverse le secteur et qui va visiblement en se développant.

Des effectifs en danger

Du coup, un critère est particulièrement inquiétant à observer : celui des intentions en matière d’effectifs. Depuis janvier, cet indicateur est en permanence négatif. Mais jusqu’à présent, le mois où le moral avait été au plus bas était celui d’avril avec une projection des tendances à M+1 négative à - 8,5. Cette fois, le plafond est exposé avec un solde d’opinions négatives de –11,97. Du jamais vu à ce niveau depuis le printemps 2003 ! Si la tendance devait se confirmer dans les prochaines livraisons de l’enquête de la Banque de France cela signifierait sans doute que le nombre d’informaticiens au chômage pourrait exploser cet automne comme de nombreux syndicats le redoutent. Une fois épuisées les périodes d’intercontrats et autres tentatives de gestion d’effectifs n’ayant plus vraiment de missions, les SSII pourraient bien procéder à des dégraissages plus ou moins massifs.

Un espoir de reprise  sur une base tarifaire revue à la baisse

D’autant que si la confiance dans une reprise de l’activité remonte un peu, les estimations des patrons demeurent négatives pour le mois de juillet (-1,7). Seule note d’optimisme : les chefs d’entreprises imaginent une légère reprise de la demande (-0,43 point de solde d’opinion à M+1 contre –10,55 le mois dernier) même si elle devrait se faire avec une forte pression sur les prix. Autre point positif : il semble que les inquiétudes des acteurs du secteur sur l'état de leurs trésoreries s'estompent peu à peu. Alors qu’à ce niveau le solde d’opinion a toujours été positif depuis le début de la crise, il baissait régulièrement et dangereusement depuis janvier. Sur juin, il s’établit à +9,28, pratiquement son plus haut depuis le début de la crise générale en octobre 2008.



(*) Le solde d’opinion est la somme des opinions positives et négatives données par les chefs d’entreprise, pondérées par l’effectif de l’entreprise et redressées par la valeur ajoutée de chaque secteur. Un solde positif indique qu’une majorité de répondants estime que la variable mesurée a progressé.
Le solde d’opinion, dont la valeur est comprise entre – 200 et + 200, reflète au niveau agrégé les réponses positives ou négatives données par les chefs d’entreprise suivant une échelle de notation à sept graduations (trois degrés d’estimation autour de la normale).

Enquête mensuelle dans les services marchands – Activités informatiques (I)

bdf moral 1 230709

Enquête mensuelle dans les services marchands – Activités informatiques (II)

bdf moral 2 230709

Enquête mensuelle dans les services marchands – Activités informatiques (III)

bdf moral 3 230709

Enquête mensuelle dans les services marchands – Activités informatiques (IV)

bdf moral 4 230709

Pour approfondir sur SSII

Close