HP veut concurrencer Dell, SGI et IBM sur le marché des serveurs pour grandes fermes web

Avec son architecture ExSO - pour Extreme Scale Out -, HP lance une nouvelle gamme de serveurs optimisés pour les très grandes fermes de serveurs. Cibles principales : les marchés de l'hébergement, des télécoms, du calcul, ainsi que les fermes web des grandes entreprises.

Hewlett-Packard veut sa part du marché des serveurs ultra-denses, ceux mis en oeuvre par les grands acteurs du web tels que Google, Microsoft, Yahoo, eBay ou Dailymotion, par les grands opérateurs télécoms et FAI, mais aussi ceux que l'on trouve dans les grands centres de calcul et de simulation ou au coeur des grandes infrastructures de frontaux web des grandes entreprises. Le constructeur californien vient ainsi d'annoncer une nouvelle ligne de serveurs, la série Proliant SL dans le cadre d'une nouvelle offre baptisé HP ExSO (HP Extreme Scale Out).

g10606010062009 jpg p

Ces machines très "dépouillées"- dans tous les sens du terme comme on le verra plus loin - sont conçues pour permettre une réduction significative de la consommation dans les datacenters, mais aussi pour offrir un rapport performance / m2 élevé. Elles sont par ailleurs conçues pour réduire la masse des infrastructures serveurs grâce à un design "allégé". 

Des serveurs réduits à leur plus simple expression

Les nouveaux serveurs de la série Proliant SL se présentent sous la forme de serveurs racks 1U dépourvus de leur emballage métallique et de leur alimentation. Ce ne sont finalement que de "vulgaires" cartes mères fournies avec leurs processeurs, leurs disques durs et une cage metalique minimaliste pour soutenir le tout. Il préservent toutefois des fonctions avancées de gestion de l'énergie (analyse et plafonnement de la consommation, fonctions de reporting, etc.).

Ces serveurs viennent s'insérer dans un châssis 2U, le z6000, - pouvant donc accueillir deux serveurs SL - qui comprend une alimentation mutualisée et assure l'isolation physique et électromagnétique des "lames" horizontales de la série SL. Le terme lame est ici à prendre avec des pincettes dans la mesure où le z6000 est loin d'être un châssis à architecture fond de panier permettant de mutualiser des ressources I/O ou des fonctions de management. Il n'est à proprement parler qu'un emballage assurant la fourniture de l'électricité. Contrairement à un IBM avec iDataPlex, ou à un SGI avec ses architectures pour fermes web Cloud Rack, HP n'a pas donc pas fait le choix de concevoir un châssis propriétaire mutualisant à l'échelle du rack les alimentations. Son architecture a le mérite d'être un peu moins propriétaire, mais l'inconvénient d'être un peu moins élégante et sans doute un peu moins efficace. Mais elle pourrait avoir l'avantage du prix. De plus elle permet aux utilisateurs de mettre en oeuvre des racks non HP si ils le désirent, le z6000 s'insérant dans n'importe quel rack au format 19 pouces.

Une particularité des serveurs de la série SL est que l'accès à leur connectique et à leurs I/O se fait en face avant, un design apprécié des grands hébergeurs qui, pour maximiser l'utilisation de leur espace datacenter, ont pris l'habitude de mettre des racks dos à dos; ce qui complique l'accès à l'arrière des châssis. Cette architecture d'accès en face avant a aussi l'avantage de simplifier la mise en service ainsi que la maintenance et le remplacement des serveurs défectueux. 

Des bénéfices en matière de coûts d'achat et d'exploitation et de poids

Selon HP, le couple z6000/serveurs SL permet de réduire de près de 28% la consommation électrique par rapport à une architecture Proliant classique, mais aussi de réduire la masse d'un rack complet de près d'un tiers. Selon Yves Capelle, le patron de la division serveurs Proliant d'HP France, les prix devraient aussi être inférieurs d'environ 10 à 15% par rapport à une architecture à base de Proliant rack DL.

HP propose trois serveurs dans sa gamme SL dont le SL160z G6, un serveur bi-socket Xeon 5500 clasique équipé de 18 emplacements DIMM DDR-3 et pouvant accueillir deux disques SATA ou SAS au format 3,5 pouces. Pour les architectures les plus denses, le SL2x170 embarque de son côté deux cartes mère bi-scoket Xeon5500 indépendantes, dans un format 1U. Chaque carte ne dispose toutefois que de 16 emplacements pour barettes DIMM et n'a accès qu'à un disque 3,5 pouces. Enfin, HP propose le S170z, un serveur optimisé pour les applications sensibles au stockage. Cette machine embarque deux puces Xeon 5500 et peut accueillir jusqu'à 6 disques 3,5pouces dans un format 1U. 

Le lancement des nouvelles machines est appuyé par une offre complète de services HP en matière d'aide à la conception de datacenters, mais aussi par des services d'optimisation de la consommation, de support ou de financement. 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close