Un DSI sur deux a dû réduire son budget au 1er trimestre

Au tournant de l’année les tendances à la baisse enregistrées côté fournisseurs trouvent leur confirmation dans les entreprises utilisatrices. La moitié d’entre elles a réduit son budget SI au 1er trimestre. Et les services aux entreprises ainsi que les sociétés du secteur IT sont les plus affectées.

Près d’un DSI sur deux interrogé par Gartner affirme avoir réduit son budget IT au premier trimestre 2009. Longtemps rangée au rayon prévision, la baisse des dépenses est désormais avérée par le cabinet d’étude qui a interrogé 900 CIO dans le monde.

La fin de l’exercice 2008 et le début 2009 ont surtout été marqués par une incapacité à lire l’avenir à court terme à tel point que 56% des décideurs interrogés affirment avoir dû changer le niveau de leur budget après même que ce dernier a été acté. Gartner a comparé les résultats obtenus avec ceux d’une étude conduite au début de l’automne qui concluait à une relative stabilité des dépenses informatiques prévisionnelles. En septembre 2008, le cabinet d’étude tablait ainsi sur une croissance minime de 0,16% pour 2009… avant de se rabattre désormais sur un recul de 4,7%.


Pratiquement la totalité des 46% de DSI ayant dû réviser leur budget au 1er trimestre se sont vus imposer une réduction moyenne de 7,2%. 54% des DSI interrogés ont jusqu’à présent réussi à tenir leur budget tandis qu’un petit 4% a pu compter sur une augmentation des dépenses.
Mark McDonald, responsable de l’étude EXP Gartner, explique que « les DSI nous ont expliqués que la renégociation avec les fournisseurs et la réduction des charges salariales étaient leur priorité pour supporter les réductions de budget ». Alors que les analystes s’accordent à penser que la sortie de crise devrait être favorable à une nouvelle vague d’externalisation du SI, ce n’est pas le cas pour l’instant. Au contraire, les DSI tentent d’assumer un maximum de développements en interne tout en tentant de protéger les nouveaux projets. En revanche, les investissements en infrastructure – réseaux, serveurs et postes clients – sont clairement retardés.


Et aucun secteur n’est épargné si ce n’est l’industrie de la santé qui aura vu ses budgets SI croître de 2,2% au 1er trimestre. A l’autre bout du spectre, la plus forte chute des dépenses est enregistrée par le secteur des services aux entreprises avec des budgets en recul de plus de 10%. Plus surprenant, alors même que le secteur des technologies n’a pas grand chose à voir avec l’origine de la crise - contrairement au début 2000 –, ses budgets informatiques reculent fortement (-10%). A l’inverse, les DSI des services financiers, très concernés par l’effondrement de l’économie, résistent plutôt bien et voient leur budget ne reculer que de 4%.

Pour approfondir sur Optimisation des coûts

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close