JavaOne : les ambitions affichées par Larry Ellison pour JavaFX sèment le trouble

Perplexité. C’est le sentiment qui semble habiter les membres de la communauté Java à la suite de remarques de Larry Ellison positionnant JavaFX en concurrence frontale d’Adobe Flex ou encore de Microsoft Silverlight. Mais aussi en alternative bienvenue à Ajax. Et puis il y a cette évocation d’un hypothétique smartphone ou netbook signé Sun. Une remarque qui sonne comme l’écho d'un vieux rêve du patron d’Oracle, celui d'un Network Computer capable d'ébranler le règne du PC. Là encore, le nouveau maître des lieux prêche sans convaincre.

Dans le monde de la téléphonie mobile, les ambitions de Sun pour JavaFX semblent plutôt bien accueillies. Du moins, les salariés d’un constructeur de téléphones présent à JavaOne ne cachent-ils pas leur intérêt pour cette extension de Java. Mais, pour eux, c’est tout autant la technologie que la compétition avec Adobe Flash Light qui est intéressante : cette compétition leur permet d’attirer à la fois des développeurs Flash et des développeurs Java pour le plus grand bien de l’écosystème logiciel de leurs téléphones mobiles. Mais, dans le monde du Web, le doute est là.

dsc 2064Pour un développeur rencontré dans l’espace Java Utopia de la manifestation, « JavaFX ne marchera peut-être pas sur le Web, face à Ajax, Silverlight ou Flex. Mais l’important, c’est le téléphone mobile. Et là, Java est déjà bien implanté, dans des endroits dont Flash et Silverlight sont absents. » Son de cloche comparable chez Adobe où, pour un collaborateur de l’éditeur, « JavaFX est très loin derrière Flex. Mais c’est tout de même une bonne nouvelle ; Sun finit ainsi de valider notre concept de RIA. Et, vous savez, s’il n’y a qu’un acteur pour pousser un concept, les entreprises ne mordent pas. Là, on va avoir Flex, JavaFX et Silverlight. » Un développeur Ajax se montre tout aussi critique : « toutes les personnes un peu techniques présentes dans la salle au moment de la critique de Larry  Ellison à l’encontre d’Ajax ont rigolé. JavaFX est loin de la maturité d’Ajax. Notament, JavaFX ne permet pas, pour l’heure, de créer des applications d’entreprise supportant de gros volumes de données. Le terrain est clairement dominé par Ajax et Flex pour le moment ; Silverlight n’entre que là où il y a des partenariats très serrés avec Microsoft. »

Et sur le mobile ? « Ajax est en fait le plus intéressant. Pour l’heure, la compatibilité de Flash Lite d’Adobe n’est pas assurée avec Flex ; Silverlight est absent du mobile. Et tous ont un souci avec l’iPhone. »

Et pourquoi pas un Sunphone ?

dsc 2063Mais alors, Sun doit-il se lancer dans la production de terminaux mobiles – téléphones ou netbooks, comme Larry Ellison a pu le laisser entendre ? « Qu’ils se concentrent sur les serveurs… bien sûr, ils peuvent essayer de faire des téléphones mobiles, mais ça prend du temps de se faire une place sur le marché. […] Je ne prends pas cette remarque très au sérieux », explique un constructeur de téléphones portables. Un second, spécialiste du segment professionnel, se dit « serein » avec un léger sourire en coin. Mais pour le développeur croisé sur Java Utopia, « il est temps » que Sun se mette à faire des téléphones mobiles ! « Je suis fatigué, explique-t-il, de voir Sun créer de bonnes technologies en laissant à d’autres le soin de gagner de l’argent avec. » Mais un petit éditeur s’interroge : « je ne sais pas comment le prendre. Sinon que ces marchés sont déjà bien encombrés. » Et d’ajouter, avec une pointe d’humour grinçant, que les seuls effectifs de Sun et Oracle constitueraient « déjà un marché, en soi, pour de tels produits. »

Un collaborateur nord américain d’Orange affirme pour sa part que Sun lui a apporté quelques clarifications : « ce qu’ils veulent, c’est juste faire du logiciel. Un peu comme Google avec Android. » A moins qu’il ne s’agisse de faire d’un Android une plateforme JavaFX de référence… Bref, beaucoup de questions, de doutes, et bien peu de réponses.

Pour approfondir sur Editeurs

- ANNONCES GOOGLE

Close