Intel repousse le lancement de l'Itanium 2

C'est un analyste d'Illuminata, Gordon Haff, qui a révélé le dernier retard du programme Itanium 2 "Tukwila" en publiant sur son blog des éléments d'un communiqué d'Intel annonçant le report de la puce au premier trimestre 2010. A l'origine prévu pour 2007, Tukwila a déjà été reporté à de multiple reprise, la dernière fois en février 2009. Il aurait du faire ses débuts en juin ou juillet 2009.

Après un n-ième report en février dernier, officiellement pour ajouter une nouvelle technologie d'extension mémoire à sa future plate-forme Itanium 2 "Tukwila", Intel vient de récidiver. Le numéro un mondial des processeurs a en effet décidé de repousser à l'an prochain le lancement de sa prochaine génération de processeurs Itanium, qui au début de cette année était attendue au second trimestre 2009. "Tukwila" qu'Intel avait déjà repoussé à l'été, ne sera finalement disponible qu'au premier trimestre 2010, du moins si l'on en croit le dernier calendrier établi par la firme. De report en report, la puce a pris presque trois ans de retard sur son planning initial, soit pas loin du record établi par la première génération de puces Itanium, le "Merced".

Dans son blog, l'analyste Gordon Haff, d'Illuminata, qui a le premier communiqué la nouvelle, reproduit le message officiel d'Intel : "Au cours de la phase finale de test, nous avons identifié une opportunité d'améliorer encore un peu plus la performance des applications et leur tenue en charge sur les serveurs de haut de gamme. Cela se traduira par un décalage de la disponibilité de Tukwila au premier trimestre 2010." Et Intel d'ajouter qu'il estime que ces modifications permettront aux systèmes Tukwila de gagner des parts de marché face aux systèmes Sparc et Power. Certes... A ceci près qu'IBM ne sera alors pas loin de disposer du Power 7 et que Sun et Fujitsu disposeront - sauf surprise venant d'Oracle- des puces Multithread Rock. Sun et Fujitsu pourront aussi compter sur les futurs systèmes à base de Sparc64 octo-coeurs (nom de code "Venus"). Si Intel  estime ainsi que Tukwila sera environ deux fois plus rapide que les Itanium 2 actuels, il n'est pas du tout dit que cela suffira pour faire face aux derniers nés de la concurrence. Fujitsu estime ainsi que le Sparc64 "Venus" sera environ 2,5 fois plus véloce que les actuels Sparc64 VII quadri-coeurs.

Intel n'a pas expliqué la raison de ce n-ième report, mais il est possible que le contrôleur d'extension mémoire qui a justifié le précédent report soit la cause de ce retard. Ce contrôleur doit permettre aux systèmes "Tukwila" d'embarquer bien plus de mémoire que prévu à l'origine, un peu à la manière de la technologie d'extension mémoire utilisée par Cisco dans ces lames UCS. Comme avec tout contrôleur de ce type, qui s'interface entre le contrôleur mémoire du processeur et les barettes DIMM, il faut trouver un juste équilibre entre latence mémoire et bande passante sous peine de déconvenues. Or Intel a souvent rencontré des difficultés dans ce secteur que ce soit à l'époque de la mémoire Rambus ou plus récemment avec le choix des FB-DIMM. Exemple type, des problèmes d'Intel avec ses contrôleurs mémoire, le contrôleur embarqué des Xeon "Nehalem" a les plus grandes difficultés à maintenir une fréquence de fonctionnement élevé du bus mémoire lorsque le nombre de DIMM dans le système s'accroît (Nous y reviendrons dans un prochain article lundi 25 mai).

Même s'il ne tombe pas au pire moment - crise économique oblige - ce retard de l'Itanium 2 "Tukwila" affecte en priorité HP, dont les serveurs haut de gamme dépendent de l'aptitude d'Intel à produire des puces compétitives avec celles qu'utilisent IBM, Sun et Fujitsu. Mais ce n-ième report n'était sans doute pas une surprise pour le constructeur. Le 20 avril dernier dans une interview avec leMagIT à l'occasion de Tech@Work, Martin Fink, le patron de l'activité Business Critical Systems d'HP ne semblait en effet guère confiant sur les délais annoncés publiquement par Intel et il nous expliquait qu'HP ne disposait pas encore de programme bêta de ses futures gammes de serveurs Unix "Tukwila" mais simplement d'une poignée de clients avec des machines en version Alpha (cf interview audio ci-dessous).

Interview de Martin Fink, le 20 avril 2009 à Tech@Work Berlin

Autant dire qu'un lancement de nouveaux serveurs critiques en octobre 2009 dans ces conditions paraissait déjà très compromis. Désormais, et si l'on en croit Fink, on ne devrait pas voir de nouveaux serveurs Itanium 2 chez HP avant la fin du second trimestre 2010 ou le troisième trimestre (soit au moins trois mois après le lancement des puces Intel). Pour mémoire, la dernière grande évolution des serveurs Itanium 2 HP remonte à la fin 2007...

Pour approfondir sur Processeurs et composants

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close