Marché des PC 2012 : première baisse annuelle depuis 2001

Mauvais cru 2012 pour le marché des PC. Le segment, frappé par la crise et victime du succés des tablettes tactiles, n’est pas parvenu à redresser la barre au quatrième trimestre, pourtant très propice aux achats informatiques. Pire pour l'industrie du PC, l’effet Windows 8 attendu n’a pas encore eu lieu.

Le dernier trimestre 2012 est à marquer d’une pierre noire si l'on en croit le dernier comptage des ventes des PC dans le monde du cabinet d’analystes IDC. Malgré la traditionnelle période des fêtes de fin d’années, propice aux achats informatiques, les ventes de PC au cours de la période ont reculé pour la première fois en 5 ans. Sur les trois derniers mois de l'année écoulée, la baisse en volume atteint 6,4, soit plus encore que ce qu’anticipait IDC qui tablait initialement sur une baisse de 4,4%. 

Du coup, la frénésie d’achats de la période d’octobre à décembre n’ayant pas eu lieu, c'est toute l'année 2012 qui est en berne. Selon IDC, le marché des mondial des PC affiche une baisse de 3,2% par rapport à 2011. En 2012, les constructeurs n'auraient ainsi écoulé que 352,4 millions de PC : le premier déclin annuel depuis 2001, année marquée par les attaques du 11 septembre, note IDC chez nos confrères de Reuters. 

Windows 8 n'a pas contribué à relancer le marché, et Microsoft est pour la première fois depuis longtemps en position de faiblesse 

L’arrivée de Windows 8, sorti en octobre, n’aura pas suffi à redresser un marché des PC qui n’a cessé de fléchir tout le long de l’année, fortement concurrencé par les tablettes tactiles iOS et Android, souvent préférés aux PC dans les décisions d’achat. Pire pour ce qui concerne Microsoft, alors que le troisième trimestre 2012 avait été utilisé par les constructeurs pour écouler leurs stocks de PC sous Windows, le dernier trimestre, censé être dopé par Windows 8 a été calamiteux. 

Microsoft a beau mettre en avant le chiffre de 60 millions de licences vendues (OEM et ventes directes) depuis le lancement du nouvel OS, l'enthousiasme n'est visiblement pas au rendez-vous. 

Rien n'est toutefois perdu estime toutefois IDC, traditionnellement optimiste pour ce qui concerne Redmond : « Perdus à faire la promotion des fonctions tactiles de PC, les revendeurs ne se sont pas pressés de vanter les autres fonctions qui mettent notamment en avant une expérience utilisateur plus sécurisée, fiable ou plus efficace. » Cela pourrait changer en 2013, ajoute IDC. 

En fait, un autre commentaire du cabinet est sans doute plus réaliste :"Les clients espéraient toutes sortes de PC 'cools' avec des capacités de tablettes et des fonctions tactiles. Au lieu de cela; ils ont vu des PC traditionnels avec un nouvel OS (Windows 8) optimisé pour le tactile et les tablettes, mais des applications et des équipements pas encore prêts à utiliser pleinement ces capacités". 

La remarque met en lumière le côté schyzophène de Windows 8, qui ne délivre son plein potentiel que dans des environnements tactiles et qui pourtant va devoir être utilisé par beaucoup dans des environnements qui ne le seront pas (PC de bureau, ordinateurs portables traditionnels) et avec des applications pas du tout adaptées au nouvel OS. Et elle illustre aussi le péril que représente Windows 8 pour Microsoft : Oui l'OS est un excellent OS pour tablettes. Non, il n'est guère adapté à l'environnement de la plupart des utilisateurs d'aujourd'hui. Ce qui expose Redmond à un risque : si Google venait à saisir l'opportunité qui se présente pour lancer une version PC d'Android, un OS dont le modèle d'interface est bien plus proche des modèles d'interfaces traditionnelles (Mac OS W, Windows 7, Linux) que ne l'est l'interface de Windows 8, il pourrait tailler des croupières à Windows 8, d'autant que son catalogue applicatif commence à être bien rempli. De quoi sans doute donner des sueurs froides aux dirigeants de Redmond.   

HP toujours leader mondial du marché des PC, talonné par Lenovo 

Sur l’ensemble de l'année, HP demeure le premier vendeur de PC dans le monde, même si le groupe accuse fortement le coup. Malgré une baisse de 6,7% des ventes en 2012, HP est tout de même parvenu à écouler 58,1 millions d’unités dans le monde et compte pour 16,5% du marché. A ce rythme, pourra-t-il toutefois contenir un Lenovo de plus en plus pressant et agressif ? C’est la question que l’on peut se poser car le Chinois a enregistré l’année dernière la plus forte croissance du segment, à +19,2%. Se rapprochant ainsi de plus en plus du n°1 HP et laissant derrière lui Dell. Lenovo a vendu en effet 52,4 millions de PC dans le monde en 2012 et détient 14,9% de parts de marché. Seule petite consolation pour HP le dernier trimestre 2012 a été plutôt bon avec un recul des ventes limité à 0,6% tandis que Lenovo ne gagnait "que" 8%. Du coup HP a aussi conservé sa couronne de leader pour le trimestre. 

Derrière, Dell, 3e, accuse le coup. Le Texan, qui cherche d’ailleurs à se repositionner sur le segment professionnel, fléchit de -12,6% et se fait dépasser par Lenovo en pleine croissance. Dell n’a écoulé que 38,7 millions de PC l’année derrière pour 11% du marché. 

Si Acer parvient à conserver sa 4e place (avec 33,4 millions de ventes), malgré une baisse de 9,7%, Asus conforte sa 5e place et affiche une progression de 17% en un an. Avec 24,1 millions de PC vendus, il prend 6,8% du marché.    

Pour approfondir sur Constructeurs

- ANNONCES GOOGLE

Close