OVH investit à Strasbourg

OVH vient d’ouvrir un deuxième datacenter à Strasbourg.

OVH vient d’ouvrir un deuxième datacenter à Strasbourg. D’une capacité maximale de 5.000 serveurs, SBG4 est notamment destiné aux clients souhaitant mettre en place un plan de reprise d’activité (PRA), en répartissant leurs machines entre Roubaix et Strasbourg, deux sites distants de plus de 400 km.

Il s’adresse également aux clients originaires des pays d’Europe Centrale et de l’Est auxquels il offre, explique OVH dans un communiqué, un temps de latence optimisé grâce à sa position au coeur de l’Europe. SBG4 vient en renfort de SBG1, lancé il y a un an, qui a connu un remplissage plus rapide que prévu et approchait, fin décembre 2012, de sa capacité maximale. OVH a utilisé le même concept que pour SBG1: installer des serveurs dans des containers. Cette méthode offre une grande modularité ainsi qu’une plus grande rapidité de déploiement. SBG4 est installé sur l’ancien site d’ArcelorMitta, dont OVH a repris la concession. Comme SBG1, il bénéficie du refroidissement liquide des serveurs et de la ventilation naturelle afin de réduire son PUE (indice de performance énergétique) à 1,1.

Notons que cette nouvelle infrastructure a permis l’embauche de techniciens pour renforcer l’équipe actuelle, laquelle veille sur plus de 10.000 serveurs 24h/24, 365 jours par an. Pour accompagner le développement du site strasbourgeois, OVH poursuit ses investissements au Port du Rhin. D’importants travaux ont ainsi eu lieu fin 2012 afin d’augmenter la capacité réseau du site, en exploitant notamment une seconde fibre reliant Paris à Francfort via Strasbourg. Celle-ci cheminera ensuite jusqu’au futur datacenter d’OVH à Gravelines.

En parallèle, la société a entrepris la construction de SBG2, une tour d’hébergement d’une capacité de 30.000 serveurs. Sa livraison est prévue avant l’été 2013. Une seconde tour (SBG3), de capacité égale, est par ailleurs prévue à l’horizon 2014. Enfin, OVH projette d’implanter un datacenter de l’autre côté du Rhin. Situé à Kehl, le bâtiment d’une capacité de 10.000 serveurs est destiné à séduire les clients germaniques. Leur conquête sera menée depuis la filiale allemande de l’hébergeur, ouverte à Sarrebruck en 2006.

Pour approfondir sur Architectures de Datacenters

- ANNONCES GOOGLE

Close