Cet article fait partie de notre guide: Dropbox-like : l'avènement des FSS d'entreprise

Syncplicity propose des services de type Dropbox pour les entreprises

Avec Syncplicity, EMC propose un service de synchronisation et de partage de fichiers avancé de type DropBox pour les entreprises. L'outil se distingue des outils grands public en embarquant les mécanismes de contrôle, d’administration centralisée et de reporting, dont ont besoin les entreprises pour conserver un contrôle et une visibilité sur leurs données.

Syncplicity permet à chaque utilisateur de partager et de synchroniser ses fichiers entre plusieurs périphériques (ici l'interface depuis un iPad).

Alors que l’usage de services de partage de fichiers comme Dropbox se banalise dans le grand public et contamine peu à peu la sphère professionnelle, de nombreuses entreprises tentent de trouver la parade en mettant en place leur propre service de type Dropbox afin de disposer d'un bien meilleur contrôle de leurs informations et de minimiser les risques de dissémination d’informations sensibles hors du périmètre de l’entreprise. 

Pour ces sociétés, l'objectif est de proposer à leurs salariés des fonctions de partage de fichiers et de synchronisation similaires à celles de Dropbox tout en disposant des mécanismes de sécurité, d’audit et de reporting dont elles ont besoin pour assurer la traçabilité et la sécurité des informations.

Syncplicity  : un service d'entreprise en mode SaaS 

C’est l’objectif du service Syncplicity, racheté en mai 2012 par EMC, et qui permet aux PME et aux grandes entreprises d’offrir à leurs salariées des services de partage de fichiers, de synchronisation et de collaboration simples à déployer et à utiliser. Proposé en mode SaaS, Syncplicity offre tous les atouts d’un service cloud à savoir un déploiement simple et un modèle tarifaire souple et à l’usage. 

Syncplicity propose des mécanismes de contrôles avancés (ici en matière de rétention de fichiers)

Mais il se distingue des services grand public de type Dropbox grâce à ses mécanismes de gestion centralisée des utilisateurs et des groupes, de contrôle avancé des droits d’utilisation – on peut limiter les types de terminaux se connectant, définir des politiques de rétention de contenus…), son intégration avec les annuaires d’entreprises (Active Directory LDAP) et les mécanismes d’authentification Web (SAML, Open-ID, Google Apps…)… 

Dans sa version entreprise – il existe aussi une version « personnelle » et une version « Business » -, Syncplicity s'intègre aussi  avec certaines solutions d'EMC comme le système de gestion documentaire EMC Documentum ou les baies de stockage Atmos ou Isilon. 

Intégration avec les solutions EMC 

Ce genre d'intégration avait été annoncées lors du rachat de syncplicity par EMC. L'intégration avec la GED Documentum a en fait été dévoilée lors de la dernière conférence Momentum. Elle ouvre la porte à de nouveaux scénarios d'usage : Il est ainsi très facile depuis une tablette de consulter un document dans la GED via Syncplicity. Une intégration similaire avec SharePoint devrait être proposée prochainement.  L’autre angle d’intégration est celui avec les baies de stockage de la marque. En février, EMC a annoncé l’arrivée d’intégrations entre Syncplicity et  les baies Isilon et Atmos (des intégrations attendues pour le mois de mars). Il s’agit de permettre d’utiliser ces baies comme support de stockage pour les données du service, une possibilité qui garantit à l’entreprise que ses données ne quittent pas le périmètre de la firme. 

Une synchronisation sécurisée avec les terminaux nomades  

Il est possible de contrôler très précisément la synchronisation avec les terminaux nomades

Côté terminaux clients, Syncplicity permet bien sûr la synchronisation et le partage depuis des terminaux Windows et Mac OS X et supporte aussi les principales plates-formes mobiles dont iOS et Android. L’ensemble des données transitant via la plate-forme SaaS de Syncplicity sont chiffrées pendant leur transit mais aussi chiffrées dans le cloud, si ce dernier est utilisé comme support de stockage. Sur les terminaux nomades, les données sont également chiffrées afin d’assurer leur protection en cas de perte ou de vol du terminal. Syncplicity offre également à l’entreprise des mécanismes d’effacement à distance de données en cas de vol ou de perte de terminal, de départ de l’entreprise du salarié ou de changement de droits. 

La console d'administration permet d'accéder très simplement à des rapports sur l'usage du service.

Pour l’administrateur de la solution, la console web de Syncplicity donne accès à de multiples rapports permettant de suivre les usages, la consommation de stockage et la bande passante consommée. La console permet aussi à l’administrateur de définir les règles de partage par défaut et plus généralement de piloter les principaux paramètres de la solution. Syncplicity permet donc à une entreprise d’offrir à ses salariés  une véritable solution de synchronisation transparente et efficace sans la complexité d’une solution « on-premise ». 100 % du déploiement de la solution s’effectue via le cloud, mais pour les entreprises disposant de baies de stockage Atmos ou Isilon en interne, le service propose aussi le choix d’utiliser ce stockage interne pour le stockage des données.  Rappelons que comme pour l’intégration avec Documentum, le support des baies de stockage EMC nécessite la souscription à la version la plus avancée du logiciel, baptisée « entreprise » qui sera disponible courant mars (NDLR : EMC n'a pas pour l'instant précisé le prix de cette version). Pour se faire une idée des capacités de Syncplicity, un test gratuit d’une durée de 30 jours de la version « Business » est possible en ligne sur le site de l’éditeur à l’adresse : http://www.syncplicity.com

Pour approfondir sur Administration et supervision du Cloud

- ANNONCES GOOGLE

Close