Selon une étude NotezIT/Aastra, la visioconférence est en voie de banalisation dans les entreprises

Une étude réalisée par NotezIT pour Aastra met en lumière la démocratisation progressive de la vidéo dans les entreprises. Elle donne aussi un éclairage ce que les entreprises perçoivent comme les points de blocage au au contraire comme les opportunités pour une plus large adoption de la technologie.

Selon une étude réalisée pour Aastra par NotezIT auprès de 280 entreprises européennes, deux tiers des entreprises interrogées ont une réflexion sur la productivité des applications vidéo ou envisagent de généraliser son usage à tous les collaborateurs. Une position qui témoigne de la banalisation des technologies de visioconférence dans les entreprises.

Les départements les plus demandeurs de services et / ou d’application utilisant de la vidéo

Les départements les plus demandeurs de services et / ou d’application utilisant de la vidéo[/caption] Chez 26% des répondants, c’est la direction générale qui est le principal demandeur de services vidéo, ce qui n’est guère une surprise, nombre de directions générales de grandes entreprises, notamment ayant initialement poussé à l’équipement en salles de visioconférence et de téléprésence. Mais ce qui est plus intéressant est de voir la vidéo se diffuser au sein de l’entreprise.

Ainsi dans 15 à 18% des cas, ce sont les services de support technique, de ventes et de support commercial, le marketing et la communication qui sont demandeurs. Loin derrière viennent les ressources humaines avec un score de 5%. Il est à noter que si l’usage se banalise, dans 52% des cas, la direction générale reste le principal décisionnaire pour le déploiement de la vidéo sur lespostes de travail.

Réduire les temps de réunion et les déplacements

Selon l’étude, l’intérêt pour la visioconférence est motivé à 27% des cas par la volonté de réduire les temps de réunion et de déplacement des employées. Dans 14% des cas, la vidéo l’usage de la vidéo s’inscrit dans une "approche de développement durable". 17 % des entreprises estiment également qu’elle permet d’améliorer le travail collaboratif en interne.

Pour 54% des entreprises, la culture d’entreprise internet et les aspects financiers restent les premiers obstacles à une plus large diffusion de la visioconférence. Dans 27% ce sont des arguments techniques qui sont mis en avant. Les répondants soulignent notamment le besoin de disposer de solutions et de terminaux simples à déployer et à utiliser. 31% des répondants estiment aussi ne pas avoir les compétences et les ressources suffisantes à l’implémentation de projets vidéo.

La virtualisation du poste de travail et le cloud propices au développement de la vidéo

L’étude menée par Notez-IT pour Aastra met en lumière les projets qui pourraient contribuer à une plus large diffusion de la vidéo dans l’entreprise. Pour 28% des répondants, une évolution des fonctionnalités multimédias des terminaux téléphoniques serait de nature à faciliter le déploiement de la vidéo. 23% des répondants, indiquent que les projets de virtualisation du poste de travail sont des projets propices à l’intégration de la vidéo. Plus intéressant encore 16% et 14% des répondants mettent en avant la mise en place d’applicatifs SaaS et la migration vers le Cloud Computing comme facteurs propices à un plus large déploiement de la vidéo.

Les axes de réflexions technologiques représentant un cadre favorable à la redéfinition du poste de travail et à l’intégration de la vidéo

Les axes de réflexions technologiques représentant un cadre favorable à la redéfinition du poste de travail et à l’intégration de la vidéo

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close