Les décideurs voient dans la visioconférence un moyen de réduire les coûts

Une étude du cabinet NotezIT menée pour le compte d'Aastra montre que les décideurs voient dans la visioconférence un moyen de réduction des coûts et d'augmentation de la productivité de leurs salariés. Mais nombre de responsables interrogés jugent encore les solutions du marché chères et complexes. Plus surprenant, la confiance des responsables via plutôt aux éditeurs et constructeurs qu'aux opérateurs. Un vrai paradoxe à l'heure du cloud et alors lors que l'offre de solutions hébergées se multiplie chez les opérateurs télécoms et fournisseurs de services Internet.

Une étude récente menée auprès de 478 entreprises par le cabinet d’étude NotezIT pour Aastra met en lumière les attentes et les espoirs des entreprises en matière de visioconférence, tout en illustrant les ambiguïtés qui parsèment encore l’esprit des décideurs quant à l’usage de ces technologies. 74% des décideurs interrogés estiment ainsi que la visioconférence est une application qui permet de faire des économies importantes tandis que 70% estiment qu’elle permet de réalise des gains de productivité. 66% la juge indispensable même après la crise tandis que 52% veulent l’utiliser pour mettre en place une organisation du travail plus mobile.

La réduction des coûts, motivation principale des décideurs pour la visio-conférence

Ces bonnes intentions aboutissent parfois à quelques paradoxes bien français. Ainsi le fait que 76% des  répondants à l’étude considèrent comme très important ou important le fait de réduire les déplacements à l’extérieur et que 54% considèrent comme très important ou important de réduire le temps passé en réunion hors du bureau est cohérent avec la volonté de réaliser des économies. En revanche, il l’est beaucoup moins avec la volonté affichée de mettre en place une organisation du travail plus mobile.

Quant au bien être des salariés, il passe semble-t-il au second plan. Seuls 40% des décideurs interrogés considèrent en effet comme très important ou important le fait de fournir un meilleur environnement de travail aux collaborateurs. Quant à la protection de l’environnement, c’est une préoccupation bien loin de l’esprit des décideurs interrogés dont seulement 28% considèrent comme très important ou important la réponse aux enjeux du développement durable.

Des solutions jugées encore trop chères et trop complexes à intégrer
Dans 76% des cas, la visioconférence est vue pour l’essentiel (très important et important)comme une application autonome, mais 46% des répondants considèrent comme très important ou important son intégration dans une solution collaborative ainsi que le support de la vidéo en streaming.

Pour ce qui est de l’intégration de la vidéo dans les solutions collaboratives, 78% des répondants estiment que les solutions aujourd’hui disponibles sur le marché sont trop coûteuses et 64% indiquent que l’intégration reste complexe avec l’environnement du poste de travail. 50% estiment aussi que le poste de travail proposé est trop compliqué pour les utilisateurs. Pour ce qui est des systèmes de visio autonomes, 78% des répondants jugent la vidéo trop coûteuse et 56% estiment que l’intégration entre téléphonie et informatique reste trop complexe.


Les éditeurs et constructeurs préférés aux opérateurs comme partenaires pour la visio-conférence

Sans surprise, un tiers des répondants jugent que les constructeurs ou éditeurs de logiciels (comme Aastra, Alcatel, Cisco, Avaya ou Microsoft) sont les plus compétents pour les aider à mener leur projet de visio-conférence, mais 28% accordent leur préférence à leur intégrateur télécom tandis que 21% se tourneraient plutôt vers leur SSII favorite. Comme à l’accoutumée pour les services avancées, les opérateurs télécoms semblent bien loin dans l’esprit des décideurs avec 19%  de préférence, un chiffre qui est cohérent avec le dédain affiché par nombre d’entreprises pour les offres hébergées des opérateurs. Le verdict aurait sans doute été bien différent outre-Atlantique, mais la France, en matière d’achat télécom n’est pas les Etats-Unis. Il n’en reste pas moins qu’à l’heure du cloud, on aurait pu espérer un peu plus d’intérêt pour les offres hébergées de visio-conférence des opérateurs de télécoms et opérateurs internet...

En savoir plus en téléchargeant l'étude

Pour approfondir sur ToIP - VoIP

- ANNONCES GOOGLE

Close