Cet article fait partie de notre guide: Dossier Stockage : La révolution Flash

EMC accélère sa stratégie de développement dans le stockage Flash

Moins d'un an après le rachat de l'Israélien XtremIO, EMC a officiellement dévoilé la première génération de ses baies 100% Flash en cluster, prenant une longueur d'avance sur ses grands concurrents. Le constructeur a également rafraichi sa gamme de cartes PCI-e Flash. Marchés principaux visés : les applications transactionnelles à haute performance et le VDI.

EMC a refondu en profondeur son offre de stockage Flash en dévoilant courant février sa première baie de stockage 100% Flash et en renouvelant son offre de cartes Flash PCI-express. Le n°1 mondial du stockage n’entend visiblement pas céder de terrain face aux petits nouveaux du secteur comme Fusion-io dans le monde des cartes Flash, ou SolidFire, Whiptail et Violin dans le monde des baies de stockage 100% Flash. Il prend aussi un peu d’avance sur ses grands concurrents dans le secteur des baies 100% Flash. NetApp ne devrait ainsi dévoiler sa nouvelle génération de baies 100% Flash en cluster que vers la fin d’année, tandis qu’HP travaille toujours à une déclinaison Flash de ses baies StoreServ (ex-3Par). IBM ne dispose à ce jour d’aucune offre équivalente à celle d’EMC et n’a pour l’instant pas communiqué clairement sur ses intentions suite au rachat de Texas Memory Systems. Hitachi travaille sur sa propre technologie et Dell n’a pour l’instant à son catalogue aucune baie Flash, même si la firme a un partenariat avec Violin et a récemment investi dans Skyera. 

XtremIO : une architecture conçue pour la Flash  

La baie 100% Flash XtremIO d'EMC (ici avec 4 XBrick en cluster)

La baie Xtremio est le fruit du rachat de la start-up israélienne éponyme en 2012. Comme EMC l’avait annoncé, il s’agit d’une baie 100% Flash à architecture scale-out dont l’objectif est de délivrer des services de stockage avec une latence garantie inférieure à la milliseconde. Les principaux marchés visés sont celui des applications transactionnelles très sensibles à la latence ainsi que celui de la virtualisation de postes de travail. La force des baies XtremIO tient dans leur système d’exploitation spécifiquement optimisé pour le stockage Flash. Ce système embarque en natif des services de déduplication « inline », la gestion du Thin provisioning, le support des API VAAI et fournit des services basiques de protection de données via un système de snapshot et de clonage. Les baies XtremIO sont optimisées pour traiter des blocs de 4K et minimiser les opérations d’écriture sur la Flash (la baie utilise des SSD à base de Flash MLC). 

Chaque nœud d’un cluster XtremIO (ou XBrick) embarque deux contrôleurs à base de puces Xeon E5 en mode actif/actif (ce qui fournit une redondance interne au nœud) ainsi que 16 disques SSD de 200 Go. Soit une capacité brute de 3,2 To par nœud ou 1,9 To utiles, soit 15, 2 To utiles pour un cluster de 8 XBrick (sans prendre en compte les bénéfices de la déduplication, qui, selon le constructeur, peut atteindre des ratios de 5 :1 à 30 :1 en fonction des applications).

image27

D’après EMC, chaque XBrick délivre 150 000 IOPS (bloc de 4K mix d’écritures et de lectures) ou 250 000 IOPS (blocs de 4K en lecture uniquement). Huit XBrick peuvent être agrégés au sein d’un même système en cluster (chaque nœud étant alors relié aux autres via Infiniband) pour délivrer près de 1,2 million d’IOPS (mix lecture et écriture) - 2 millions d’IOPS (en lecture). Chaque nœud du cluster est à la fois un nœud de stockage et de traitement d’I/O et les contrôleurs de chaque nœud voient les disques de l’ensemble du cluster. Les données et les I/O sont distribuées de façon équitable entre les nœuds par un mécanisme de load balancing. L’accès aux données depuis les serveurs s’effectue soit via des interfaces Fibre Channel 8Gigabit, soit via des interfaces 10 Gigabit Ethernet en mode iSCSI.

En l’état des développements, la baie XtremIO ne dispose d’aucune intégration directe avec les baies de disques existantes du constructeur. Selon Barry Ader, directeur du marketing chez EMC, le groupe a toutefois validé sa baie 100% Flash avec le contrôleur de virtualisation VPLEX et avec les appliances de réplication et de protection continue de données EMC Recoverpoint. Cette compatibilité avec Recoverpoint pourrait à terme servir de passerelle avec les autres systèmes de stockage d’EMC, même si le constructeur se refuse à toute promesse. 

La baie XtremIO devrait arriver ce printemps dans un mode baptisé Directed Availability par EMC, et qui permet un suivi de proximité des premiers déploiements afin de faire remonter d’éventuels problèmes et les traiter de façon accélérée. 

Cartes PCI-e Flash : Fini VFCache, bonjour XtremSF 

Si EMC met en avant XtremIO, il n’en oublie pas pour autant de soigner sa ligne de cartes accélératrices Flash PCI-express. L’an passé, le constructeur avait présenté ses cartes VFCache (en fait une version OEM des cartes Micron) et le logiciel éponyme, pour l’accélération des accès SAN en lecture. Il vient de refondre en totalité son catalogue. 

La première nouveauté est l’arrivée d’une nouvelle offre de cartes, baptisées XtremSF et basées sur la technologie de Virident, l’un des grands concurrents de Fusion-IO. Alors qu’EMC ne proposait jusqu’alors que des cartes à base de mémoire Flash SLC coûteuses, il propose désormais des cartes SLC et MLC, plus abordables. La capacité a aussi progressé puisque le constructeur propose désormais des cartes PCI-e 8x allant de 550 Go à 2,2 To. EMC a aussi rebaptisé son logiciel d’accélération VFCache en XtremSW Cache. 

emc xtremSF

Les caractéristiques des nouvelles cartes PCI-express Flash d'EMC sont identiques à celles des cartes proposées par Virident, qui est en fait le nouveau fournisseur OEM du constructeur d'Hopkington.

La version 1.5 se limite toujours au cache en lecture (elle fonctionne en mode Write-Through pour les écritures). Mais EMC promet pour bientôt de nouvelles fonctions apportant la cohérence de cache dans les environnements de cluster. Le premier environnement ciblé est celui des clusters Oracle RAC. Interrogé sur l’intégration de fonctions provenant de Virsto (acquis par VMware et dont EMC a pris une licence), Barry Ader est resté discret, soulignant que les fonctions promises pour l’instant n’ont rien à voir avec les technologies de Virsto.

La priorité serait plutôt d’intégrer les cartes Flash dans une hiérarchie de tiering de données avec les baies EMC et donc avec la technologie FAST des baies VNX et VMAX (ces dernières seront d’ailleurs les prochaines à connaître un rafraîchissement, sans doute lors d’EMC World).  

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close