Technae joue la carte de la haute disponibilité et de la Flash

La division IT du groupe Mutuelle générale de la Police (MGP) a mis en place une architecture en mode actif-actif répartie entre deux datacenters en s’appuyant sur la technologie VPLEX d’EMC. Elle a aussi pris la décision de migrer son stockage vers les baies 100% Flash XtremIO.

Technae, la division IT du groupe MGP santé (Mutuelle Générale de la police), a récemment fait évoluer son infrastructure de stockage dans le cadre d’une refonte de son infrastructure et de la migration d’une architecture de PRA vers une architecture de PCI s’appuyant sur des briques d’infrastructures fournies par EMC (en l’occurrence VPLEX et XtremIO).

Une transformation progressive du SI en centre de service autonome

Filiale autonome de la MGP depuis 2015, Technae a connu une transformation profonde, qui vise à faire de l’ex-pôle IT de la mutuelle, un centre de service autonome à même de servir aussi bien la mutuelle que des clients externes.

Technae emploie actuellement 42 personnes réparties en deux pôles, dont l’un concentré sur les infrastructures et l’autre sur l’exploitation et la relation utilisateurs. Comme l’explique Frédéric Boissel, le directeur des opérations de Technae, les évolutions de l’IT du groupe MGP sont guidées par le plan stratégique de la mutuelle, un plan qui pourrait à terme l’amener à combiner ses forces avec d’autres mutuelles. « Nous nous devons de gagner en agilité », explique Frédéric Boissel. « Et il nous faut pouvoir répondre à des problématiques IT que nous ne connaissons pas encore, notamment en cas de rapprochement avec d’autres structures ».

Le métier principal de Technae reste l’exploitation de l’IT de la MGP. Mais son indépendance juridique lui permet désormais de se positionner pour servir ou héberger des clients tiers. C’est aussi dans ce but que la structure a fait certifier ses services ISO 20 000 en 2015.

Des infrastructures hautement disponibles réparties sur deux sites

Technae opère ses propres infrastructures. Historiquement exploitées sur le site de la mutuelle à Créteil (avec un site de reprise distant dans un datacenter tiers), les infrastructures informatiques de la société sont désormais hébergées dans des salles privatives de deux datacenters de classe Tier 3 d’un grand fournisseur hébergeur. Ce choix a permis à Technae de fiabiliser ses hébergements mais aussi de renforcer de façon significative les liens télécoms entre ses deux datacenters.

« Nous opérons une infrastructure LAN 100 % Alcatel avec une architecture VRRP reliant les deux datacenters et le site de Créteil », explique Manuel Domingues, le responsable Infrastructures de la mutuelle. « Nous nous appuyons sur des liens en fibre noire pour relier les salles des deux datacenters. Nous disposons de 4 fibres noires pour le SAN et deux pour le LAN allumées avec nos propres équipements en 10Gigabit. Un lien fibre noire entre les deux datacenters nous coûte 90% de moins par mois qu’un lien opérateur. Cela nous permet de déployer notre infrastructure à un coût raisonnable ».

L’utilisation de cette capacité fibre noire a permis à Technae de mettre en œuvre une infrastructure en mode actif-actif entre les deux datacenters avec de la réplication synchrone entre ses baies de stockage EMC.

Une évolution progressive vers la continuité d’activité

La construction de cette architecture en mode actif-actif s’est déroulée en plusieurs étapes « Nous sommes des clients historiques d’EMC, depuis les Clariion CX4 » explique ainsi Manuel Domingues. En 2013, l’infrastructure de la mutuelle était en mode PRA, avec réplication asynchrone toutes les 4 heures L’objectif de RTO (Recovery Time Objective) était alors de 3 jours et le RPO (Recovery Point Objective) de 4 heures ». Cette infrastructure a dans un premier temps évolué lorsque la firme a fait l’acquisition d’une baie VNX 5600 et a mis en place l’outil de réplication en continu RecoverPoint d’EMC. « Nous sommes alors passés à un RPO d’une heure et un RTO de 2 heures » indique Manuel Domingues.

En 2015, Technae décide de franchir une nouvelle étape et de faire évoluer son architecture de PRA vers une architecture de PCI. « Avec l’architecture PRA, nous avions des serveurs dormants et nous avons voulu nous tourner vers la continuité d’activité afin de mettre en œuvre une vraie architecture en mode actif-actif ». Les serveurs, jusqu’alors répartis entre une salle machine située au siège de la mutuelle et le datacenter d’un opérateur(site de reprise) sont migrés dans des salles privatives de deux datacenters de classe Tier 3. Parallèlement, Technae décide de déployer la technologie VPLEX Metro d’EMC. « Grâce à VPLEX, le RPO est passé à 0 et le RTO à 10 minutes » indique Manuel Domingues. Notons qu’afin d’assurer le quorum en permanence en cas de sinistre, un serveur témoin VPLEX (en fait une simple VM sous ESX) a été mis en œuvre dans l’ancienne salle machine du siège.

Migration du stockage vers les baies Flash XtremIO

Parallèlement au déploiement de VPLEX, Technae décide également de remplacer la baie CX400 utilisée dans son datacenter secondaire par une baie 100 % Flash XtremIO. VPLEX assure ainsi la réplication entre des volumes placés sur la baie hybride VNX 5600 du site principal et des volumes placés sur la baie XtremIO du site secondaire.

Le choix de XtremIO est un choix pragmatique, indique Frédéric Boissel. Il a notamment été effectué pour des raisons de coûts. « Une baie VNX occupe l’équivalent de 2 baies de 47 U dans notre datacenter, alors que notre baie XtremIO n’occupe qu’une demi-baie. De plus, les ratios de compression et de déduplication sont très intéressants. Dans notre configuration, les 20 To de capacités achetés se traduisent en pratique par une capacité utile de 60 To ».

EMC VPLEX en bref

EMC VPLEX est une plate-forme matérielle et logicielle qui s’intercale entre les serveurs hôtes, virtualisés ou non, et le stockage.

Dans sa version Metro, la technologie est conçue pour être déployée sur deux sites situés à une distance synchrone. Elle permet d’assurer la mobilité transparente des données entre sites, et permet aussi la mise en œuvre d’architectures de datacenter en mode actif/actif – l’infrastructure présente sur un site assurant le secours pour les productions situées sur l’autre site et vice-versa.

Couplé aux technologies de virtualisation de VMware et notamment à vMotion, VPLEX Metro permet de migrer et de déplacer de façon transparente des machines virtuelles en cours d’exécution entre deux datacenters et ce sans impact perceptible sur la production (ce qui est utile pour les opérations de maintenance préventive, mais aussi en cas de sinistre).

Technae souligne également que la mise en œuvre de la baie XtremIO a permis de simplifier le travail de ses équipes. « Les performances ne sont plus un problème et les équipes n’ont plus de problème d’optimisation de LUN. La puissance est telle que l’on s’affranchit des travaux d’ingénierie précédemment nécessaires. Et l’exploitation est aussi simplifiée, ce qui libère du temps pour d’autres tâches ». La baie XtremIO héberge aujourd’hui près de 120 postes VDI, mais aussi des environnements de production et de recette (ce qui permet de tirer parti au mieux des fonctions de déduplication et de clonage).

Technae a tellement été séduit par sa première baie XtremIO que la firme va installer une deuxième baie dans son site « primaire » en lieu et place de l’actuel VNX et ajouter un second Xbrick à la baie existante sur le site « secondaire ». « Cela va nous permettre d’économiser 3 baies de 47U chez notre fournisseur de datacenter (soit une économie d’environ 50% sur les coûts d’hébergement par mois » explique Manuel Domingues. Cela va aussi permettre d’améliorer la qualité de service, d’harmoniser les configurations sur les deux sites et de simplifier l’administration du stockage. La simplicité de provisioning des baies XtremIO et leur intégration à VMware permettent en effet désormais à n’importe quel administrateur de provisionner des LUNs.

Notons pour terminer que la mise en œuvre des baies XtremIO a impliqué quelques ajustements sur les configurations serveurs afin de tirer parti de façon optimale des performances des baies : « Chaque serveur est désormais équipé de deux attachements Fibre Channel 8 Gigabit/s, car nous saturions nos cartes à deux ports FC en 4Gbit/s » indique ainsi Manuel Domingues.

L’infrastructure de Technae en bref

Datacenter 1 :

  • Baie VNX 5600 avec 190 TO de stockage utile
  • 6 serveurs ESX
  • Un cluster Recoverpoint
  • Un cluster VPLEX
  • Une baie de sauvegarde data Domain
  • Un cœur de réseaux Alcatel
  • SAN Fibre Channel

Datacenter 2

  • Xbrick 20 To (ration de compression/déduplication de 3,5 : 1)
  • 6 ESX
  • Un cluster Recoverpoint
  • Un cluster VPLEX
  • Une baie de sauvegarde data Domain
  • Un cœur de réseaux Alcatel
  • SAN Fibre Channel

Environnement logiciel

  • VMware 5.5 update 2 avec 240 VM Serveur
  • VMware Horizon 6 avec 120 VM Poste de travail
  • SI essentiellement progicialisé
  • Sauvegarde assurée par Veeam
Dernière mise à jour de cet article : mars 2016

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close