Avec Anypoint Platform, MuleSoft dépoussière l’intégration d’applications

L’éditeur de l’ESB Open Source MuleSoft livre enfin sa plate-forme d’intégration d’applications avec la volonté de proposer une solution très tournée vers les API et l’intégration universelle, Cloud et on-premise.

Dans un SI moderne, où les applications doivent interagir avec différents environnements, Cloud ou on-premise, avec des sources de données hétérogènes, ou un panel de services disparates, quoi de mieux qu’une plate-forme centralisée pour gérer les points d’intégration. C’est le constat que fait MuleSoft, éditeur connu pour son bus de services (ESB) Open Source, avec sa nouvelle plate-forme, Anypoint Platform. La plate-forme, explique l'éditeur, est en fait un ensemble de plusieurs briques, qui gravitent autour de l’ESB de la société.D’abord CloudHub, la plate-forme cloud d’intégration (iPaas), qui crée les points d’intégration entre applications et services cloud ou on-premise, puis des connecteurs apportant des passerelles d’intégration vers applications cloud.

A cela - et c’est justement là toute la force de la plate-forme MuleSoft - s’ajoute une série de nouveaux composants visant à aider à manipuler, gérer et administrer les API de façon centralisée : APIKit, une boite à outil pour développer ses propres API en respectant les meilleures pratiques de l'industrie; Anypoint API Manager (livré en bêta), un outil cloud pour faciliter la connexion des API  ; Anypoint Service Registry, une nouvelle brique cloud qui fait office de référentiel de services internes et cloud dans l’entreprise (une plate-forme de gouvernance SOA en somme) ; et enfin, l’un des piliers de cette plate-forme, APIHub, un vaste « hub »  qui catalogue une longue liste d’API publiques (l’éditeur en dénombre plus de 13 000), permettant de simplifier le travail des développeurs lors de l'utilisation d'API tierces, mais aussi leur permettant de référencer et de documenter leurs propres interfaces de programmation pour les mettre à disposition d'une large communauté d'utilisateurs. Ce référentiel ouvert et communautaire, est présenté par MuleSoft comme le plus grand agrégateur d’interfaces au monde.

Ross Mason, le CTO de MuleSoft, pris en photo lors d'une visite au siège de la société à San Francisco en décembre 2012

Ross Mason, le CTO de MuleSoft, pris en photo lors d'une visite au siège de la société à San Francisco en décembre 2012[/caption] « Les développeurs n’ont pas d’espace centralisé qui leur permette de découvrir, d’apprendre, de tester et d’utiliser des API, et ceux qui les publient ne disposent pas d’un espace de confiance pour documenter les API, aller à la rencontre des développeurs, gérer et monétiser leurs API »,  explique Sumit Sharma, directeur des Solutions API chez MuleSoft  dans un billet de blog, dans lequel il présentait APIHub en décembre 2012.

Les API y sont classées par thèmes, comme la vente et le marketing, les média sociaux, la sécurité, l’analytique et la gestion des données, par exemple. Les protocoles y sont également mentionnés (SOAP, REST, HTTP,…) ainsi que les formats de donnés (XML, JSON, HTML, CSV,…). C'en est fini de l’intégration point-à-point, confirme alors MuleSoft. Avec sa plate-forme, l’heure est à « l’hyperconnectivité ». « Aujourd’hui, les entreprises doivent se connecter pour survivre. Anypoint Platform offre cette connectivité, permettant aux entreprises de tirer profit de l’explosion des terminaux nomades et des volumes de données générés par les nombreuses applications best-of-breed qui motorisent leurs activités », décrypte Ross Mason, le CTO et fondateur de MuleSoft.

Levée de fonds avant une entrée en bourse

L’éditeur semble avoir trouvé le juste positionnement sur le créneau de l’intégration inter-applicative. Il montre qu’il peut aussi séduire les investisseurs. En parallèle de l'annonce de sa plate-forme, MuleSoft a ainsi levé quelque 37 millions de dollars (qui s’ajoutent aux 44 M$ précédemment levés) dans un tour de table mené par NEA (New Enterprise Associates).  Ce fonds d’investissement a déjà investi dans SugarCRM, Eucalyptus Systems et Nicira, par exemple. Parmi les autres investisseurs, on retourne également Hummer Winblad Venture Partners, Morgenthaler Ventures, Lightspeed Venture Partners, SAP Ventures et Bay Partners.

Et surtout Salesforce, la plate-forme de référence lorsque l’on parle d’applications métiers Saas intégrées aux SI des entreprises - 29 API Salesforce sont d’ailleurs référencées dans APIHub. Un soutien de poids. Cette nouvelle levée de fonds servira à alimenter la croissance de l’éditeur en finançant l’évolution des produits, le renforcement de la force de vente et du support, ainsi que l’expansion à l’international de la société. Surtout, ce tour de table, qui apparait tardivement pour une société créée en 2006, devrait être un tremplin vers une prochaine entrée en bourse. C'est en tout cas ce que Greg Schott, le CEO de MuleSoft, a confié à nos confrères de Venturebeat. Une IPO prévue d’ici 12 à 18 mois, a indiqué le patron de la société.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close