France Télécom neutralise ses multiplexeurs

Dans le cas de son plan "Conquêtes 2015" et à la demande de l'Arcep, France Télécom va progressivement neutraliser ses grands multiplexeurs, déployés à l'origine pour réaliser des économies de déploiement de la téléphonie fixe, mais qui on l'inconvénient de rendre les abonnés multiplexés inéligibles à l'ADSL. Une opération qui va permettre à près de 86.000 foyers aujourd'hui privés d'accès Internet de bénéficier du haut débit, ce qui devrait porter à plus de 99% la population éligible à l'ADSL en France.

France Télécom va investir 60 millions d'euros au cours des trois prochaines années pour permettre à près de 86 000 foyers aujourd'hui non éligibles à l'ADSL de pouvoir bénéficier d'un raccordement à haut débit sur paire de cuivre. L'objectif du plan est de permettre aux abonnés situés aujourd'hui derrière des multiplexeurs de bénéficier d'un accès à haut débit via l'ADSL.

Le déploiement des multiplexeurs a permis à l'opérateur de répondre à la demande croissante en lignes téléphoniques dans des zones où il était économiquement trop coûteux de déployer une ligne physique par abonné entre le  NRA et le logement de l'abonné. La technologie de multiplexage des lignes permet en effet de délivrer le téléphone à plusieurs habitations en multiplexant sur des plages de fréquences différentes plusieurs signaux téléphonique sur une même paire de cuivre (on évite ainsi de tirer une ligne entre chaque abonné et le central téléphonique là où économiquement cela ne fait pas sens). Ce procédé a eu l'avantage de permettre d'éviter la saturation des centraux téléphononiques lorsque le déploiement du téléphone s'est généralisé en France. Mais, il est incompatible avec le déploiement de l'ADSL, les plages de fréquences utilisées pour le multiplexage étant aussi sollicitées pour la mise en oeuvre de l'ADSL. Un vrai problème alors que la paire de cuivre est aujourd'hui plus convoitée pour son aptitude à délivrer du haut débit que du téléphone.

Une démarche qui répond aux demandes de l'Arcep
En s'attaquant au problème des multiplexeurs, l'opérateur historique répond aux "suggestions" de l'Arcep qui lui a demandé de s'occuper de leur cas. L'autorité a notamment demandé la suppression pure et simple des petits multiplexeurs (qui touchent quelques abonnés dans des quartiers périphériques où l'opérateur n'avait plus de réserves de lignes) et surtout le remplacement des gros multiplexeurs par des NRA (Noeud de Raccordement d'Abonnés). C'est de fait ce que va faire l'opérateur en transformant les sous-répartiteur multiplexés aval en noeuds de raccordement à même d'accueillir des DSLAM - jusqu'alors les DSLAM étaient dans le NRA amont et donc ne pouvaient desservir les abonnés multiplexés (voir schéma).

La bonne nouvelle pour les abonnés est que, dans certains cas, il profiteront de vrais hauts débits. Il n'y a en effet pas forcèment de corrélation entre l'usage du multiplexage et la distance de l'abonné au NRA. Donc dans certains cas, les abonnés "démultiplexés" profiteront des pleins débits de l'ADSL. Bien sûr ces nouveaux NRA seront ouverts au dégroupage pour les opérateurs tiers. Ce qui ne veut bien sûr pas dire qu'ils seront dégroupés. Dans la pratique cela parait d'ailleurs peu probable, la plupart étant en zones rurale, dont on sait qu'elles ne sont guère la priorité des opérateurs alternatifs, sauf bien sûr si une collectivité "participe" au déploiement...
 
Selon France Télécom, cette modernisation permettra de porter le taux de lignes éligibles au haut débit de 98,6 % à plus de 99 %. L'opérateur précise que le projet s'inscrit dans le cadre de son plan "Conquêtes 2015" et vise à améliorer la qualité du réseau téléphonique.

multiplexeurs

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close