La délocalisation en Inde comme si vous y étiez / EDS : HP a eu raison / EDS n'est plus…

C'est l'histoire d'un mec.

C'est l'histoire d'un mec... qui travaillait en SSII et a vu son poste partir en Inde (Blog Paul Jorion)

Sur le blog du docteur en sciences sociales Paul Jorion, un ingénieur en SSII, 10 ans d'expérience, raconte comment son job dans une grande banque d'investissement a été délocalisé brutalement en Inde. Mais, avant, à lui de former les équipes indiennes sur le boulot qu'il n'aura bientôt plus. Déjà plus de 100 commentaires.

Rachat d'EDS : HP a eu raison (New York Times)

Raillé à l'époque pour son virage jugé tardif vers les services - via le rachat de la SSII EDS -, HP prend sa revanche sur les sceptiques, juge le New York Times. Qui note que le deal a inspiré Dell, dont la branche services est d'ailleurs dirigée par un ancien d'EDS. Sans compter que la marge opérationnelle de la division services de HP est à son plus haut niveau de la décennie. Un succès que les employés de feu EDS ont payé au prix fort (dégraissages massifs, réduction de salaires). Et qui reste à confirmer, nos confrères pointant les interrogations de certains ex-cadres d'EDS sur les conséquences des décisions court-termistes de Mark Hurd, le Pdg d'HP.
(Lecture libre après enregistrement)

EDS renommé (The Register)

En quelques jours, Ross Perot senior (l'ex candidat à la présidence des Etats-Unis) a vu l'entreprise qui portait son nom vendue à Dell et celle qu'il avait créée plus tôt dans sa vie - EDS - débaptisée. HP a en effet décidé de renommer la SSII rachetée en 2008, et jusqu'alors identifiée dans le groupe sous l'appellation "EDS - an HP company". La branche services du groupe est désormais rebaptisée HP Enterprise Services.

Echecs : la machine irrémédiablement plus forte que l'homme ? (Le Monde)

Pour le spécialiste des échecs interrogé par le journal du soir, la victoire de Deep Blue (la machine d'IBM) sur le Russe Kasparov a banalisé l'idée que, dans ce jeu, l'ordinateur avait définitivement supplanté l'homme. Mais les choses ne sont pas si simples selon ce spécialiste, qui indique : "je reste persuadé que si ces joueurs s'entraînaient contre les machines pendant six mois, ils pourraient les battre". On se sent moins inutile.

Datacenters : tout est affaire d'implantation (Forbes)

Plus besoin d'installer le datacenter à côté du DSI. Ni même à proximité du help-desk ou des équipes de supervision des infrastructures. Ce qui rend la localisation des datacenters plus ouverte pour les entreprises, explique un blogueur de Forbes. Et les amène à comparer de nouveaux paramètres, comme la disponibilité de liens en fibre optique ou le coût de l'électricité. Ces "datacenters déconnectés du reste de l'IT" emploient en revanche peu de monde. Pas de chance pour la France qui propose une électricité bon marché... et affiche un taux de chômage élevé.

Le couperet tombe sur la maintenance (Computerworld)

Après la réduction des budgets IT dans les entreprises, les licenciements en masse, c'est au tour des coûts de maintenance de passer sous les fourches caudines des cost-cutter, expliquent nos confrères de Computerworld. Un signe des temps, où l'on en vient à s'intéresser à un poste de dépenses auquel on ne touche généralement qu'en dernier recours. Si, parfois, ces coupes sont motivées - d'autant que certains éditeurs ne se sont pas privés de tirer sur la corde -, la restriction de la maintenance n'est pas sans danger pour l'équilibre de l'entreprise.

E-commerce : une sécurité des données bâclée (The Register)

Le commerce en ligne grimpe en flèche et les transactions par carte de crédit lui emboîtent inévitablement le pas. Pourtant, peu d'entreprises parviennent à s'aligner sur les bonnes pratiques en matière de sécurité des données, explique The Register. Nos confrères se sont intéressées à une étude qui montre que le standard PCI DSS - recommandé par l'industrie de la carte de crédit - est encore insuffisamment exploité par les politiques de protection des données des entreprises liées au commerce électronique. Et si les données bancaires sont plutôt sécurisées, celles portant sur la vie privée, comme les numéros de sécurité sociale ou de permis de conduire, sont fortement exposées à tout brèche du système. Et certaines âmes bien intentionnées en sont parfois pour leurs frais...

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close