Emploi : les SSII ne sont plus l'eldorado des jeunes diplômés

Les services informatiques n'ont recruté directement que 7,5 % des ingénieurs de la promotion 2012. Un sévère recul en quelques années. Plus largement, l'informatique n'apparaît plus comme le débouché numéro un pour les jeunes diplômés.

SSII, l'eldorado des jeunes diplômés ? L'image, qui veut que les sociétés de services constituent un débouché préférentiel et un tremplin pour les jeunes ingénieurs notamment, a la vie dure. Elle semble toutefois de moins en moins coller à la réalité. Selon l'étude annuelle de la Conférence des grandes écoles, association regroupant quelque 200 établissements d'enseignement supérieur, les services informatiques ne représentent plus que 7,5 % des emplois directs des jeunes ingénieurs, contre 13 % en 2007. De second secteur recruteur en France, les SSII reculent ainsi au 5ème rang. En y ajoutant les emplois indirects (dans les cabinets de conseil par exemple), les services informatiques pèsent 9 % de l'emploi des jeunes diplômés sortis des écoles d'ingénieurs en 2012, un point de moins qu'un an plus tôt.

Dans le secteur, le salaire moyen annuel atteint 35 498 €, soit à quelques euros près, la moyenne tous secteurs d'activité confondus (35 516 €). Pas de quoi pavoiser toutefois. En euros constants, selon la Conférence des Grandes Ecoles, le salaire moyen des jeunes ingénieurs en France s'est toutefois tassé de 11 % entre 2000 et 2013. Signalons encore que les services ne recrutent que 15,7 % des femmes parmi les jeunes ingénieurs engagés. Malgré le volontarisme qu'elle affiche en la matière, le secteur reste le plus mauvais élève de la classe avec ... l'industrie des technologies de l'information (logiciels et matériel). Cette dernière a recruté 4,5 % des ingénieurs de la dernière promotion. Une proportion stable. 

Si les services informatiques recrutent moins de bataillons de jeunes ingénieurs, ils ont tendance à faire davantage appel aux diplômés des écoles de management : 9 % de la promotion 2012 a été embauché par le secteur (contre 7,5 % en 2000). Le salaire moyen annuel de ces jeunes reste très proche de celui de leurs collègues ingénieurs, à 35 427 €. 

Assistance technique et informatique de gestion en berne 

Ce qui apparaît comme une stagnation des services informatiques ne se traduit pas par une réinternalisation des tâches au sein des entreprises. En tout cas, les DSI ne semblent guère recruter en masse des jeunes diplômés. Ainsi, la catégorie R&D informatique et informatique de gestion recule de 9 à 6 % des jeunes ingénieurs recrutés entre 2007 et 2013. L'administration de systèmes, de réseaux et les télécoms a fourni 2,6 % des embauches (3 % en 2007). Recul identique pour l'assistance technique (de 4,5 à 2,5 %). Seule l'informatique industrielle reste relativement stable au cours des dernières années, passant de 5 à 4,5 % des recrutements de jeunes ingénieurs. 

A noter également, la gadin de la R&D et des études scientifiques et techniques. Alors que ces activités recrutaient près d'un ingénieur sur quatre en 2007, ils ne sont plus que 13,5 % à y trouver leur premier job. Un recul qui profite au conseil qui a bondi de 13 à 22 % des embauches de jeunes diplômés en 6 ans.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close