Blackberry, le début de la fin ?

Selon la lettre Cantech, Blackberry aurait licencié plus de la moitié de ses forces commerciales à son siège de Waterloo, au Canada.

Selon la lettre Cantech, Blackberry aurait licencié plus de la moitié de ses forces commerciales à son siège de Waterloo, au Canada.

Le temps semble s’accélérer chez Blackberry. Fin août, le Wall Street Journal expliquait que le Canadien réfléchissait à une créer une entreprise distincte pour héberger ses activités de messagerie instantanée sécurisée. Après que Blackberry a annoncé lui-même la mise en place d’un comité spécial chargé d’évaluer d’éventuelles alternatives stratégiques pour garantir l’évolution de la plateforme Blackberry 10 et l’avenir de la société. Une scission des activités logicielles n’était pas exclue.

Et voilà que selon Cantech, qui cite une source proche du dossier, «Blackberry a licencié plus de la moitié de ses forces commerciales». Selon la lettre, les équipes affectées aux ventes grand public ont tout simplement «disparu» et «l’entreprise est éviscérée ». De tels licenciements pourraient affecter rapidement les équipes britanniques du groupe.

Ces éléments surviennent alors que le Toronto Sun a fait état hier de rumeurs selon lesquelles le principal actionnaire de Blackberry aurait «approché plusieurs grands fonds d’investissement canadiens» pour faire sortir le groupe des marchés boursiers.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close