Une panne chez SFR multiplie les radiations de demandeurs d’emploi

La baisse du chômage au mois d’août n’avait pas manqué d’éveiller quelques suspicions. En particulier parce que les sorties du système d’indemnisation par défaut d’actualisation ou radiation administrative ont bondi de 254 000 en juillet à 318 000 en août.

La baisse du chômage au mois d’août n’avait pas manqué d’éveiller quelques suspicions. En particulier parce que les sorties du système d’indemnisation par défaut d’actualisation ou radiation administrative ont bondi de 254 000 en juillet à 318 000 en août.

Le ministère du Travail, Pôle Emploi et la Dares ont donc enquêté sur ce phénomène. Dans un communiqué, le ministère indique que cet excès des sorties est lié à un «manquement, imputable à l’opérateur SFR - agissant comme prestataire de Pôle Emploi» : des relances automatisées destinées aux demandeurs d’emploi pour l’actualisation mensuelle de leur situation «n’ont pas été acheminées vers leurs destinataires ». Michel Sapin, ministre du Travail, a demandé «au Directeur général de Pôle Emploi de s’assurer que cet incident n’ait pas de conséquences pour les demandeurs d’emploi concernés» et de «prendre immédiatement des mesures pour renforcer le contrôle qualité de cette procédure» de relance automatisée.

Dans un communiqué, Pôle Emploi explique que des SMS et messages vocaux sont «adressés chaque mois 5 jours avant la clôture de la campagne d’actualisation» aux demandeurs d’emploi n’ayant pas encore déclaré leur situation.

De son côté, interrogé par Le Monde, SFR indique avoir une «obligation d’envoi des SMS mais pas de délivrance ». L’opérateur reconnaît que sa plateforme d’envoi de messages a rencontré un problème technique mi-septembre mais l’incident «n’aurait été rapporté par Pôle Emploi qu’en fin de semaine dernière ». Dans un communiqué, il assure travailler avec son client pour «renforcer le contrôle qualité de cette procédure ».

Pour approfondir sur Téléphonie mobile

- ANNONCES GOOGLE

Close