Tour Start-ups 2013 : CloudPhysics, un service SaaS pour superviser vSphere

Avec son service cloud de monitoring et d'optimisation des environnements VMware, CloudPhysics propose une alternative séduisante à vCops.

À l’occasion du récent IT Press Tour 2013, LeMagIT a pu découvrir CloudPhysics, une jeune start-up fondée par plusieurs anciens de VMware dont John Blumenthal, l’ancien patron du stockage du groupe, et Irfan Ahmad, qui a notamment été l’un des architectes de la fonction DRS (Dynamic Ressource Scheduler) de vSphere – qui permet notamment le repositionnement automatique de VM au sein d’un cluster de serveur en fonction des contraintes de ressources (CPU, réseau, mémoire…).

CloudPhysics a bâti une solution de supervision et d’optimisation des environnements virtualisés en mode SaaS dont la particularité est d’utiliser des technologies analytiques en grand volume pour aider les clients à tirer parti au mieux de leurs infrastructures virtualisées.

Le concept de CloudPhysics est à la fois simple et brillant. La société collecte l’ensemble des données de monitoring de ses clients via une appliance installée sur les serveurs vCenter. Cette appliance minimaliste remonte vers le cloud du fournisseur les informations de performance des clusters vSphere, mais aussi les paramètres de configuration, les informations matérielles des serveurs…, bref l’ensemble des données opérationnelles nécessaires pour assurer une supervision efficace de l’infrastructure. Ces données sont collectées par CloudPhysics, agrégées et corrélées pour être présentées via un portail web aux administrateurs. A priori, on pourrait se dire, si cette description s’arrêtait là, que Cloud Physics n’est qu’un concurrent de VMware vCenter Operations Manager (vCops) en mode SaaS.

Intelligence collective

Sauf que CloudPhysics a conçu un système qui va bien au-delà d’une plate-forme de monitoring individuel. En fait, les données de l‘ensemble des clients ingérées par le système de la société sont anonymisées et analysées de façon collective afin de déterminer les configurations opérationnelles les plus efficaces. Plus de 120 milliards de données sont ainsi ingérées et traitées chaque jour et permettent à CloudPhysics de disposer d’un vaste échantillon statistique qu’il utilise pour fournir à ses clients une forme « d’intelligence collective » (les termes mêmes de John Blumenthal) à même de les assister dans l’exploitation de leur infrastructure.

Le système de cartes de CloudPhysics

Mais l’intelligence du système de Cloud Physics n’est pas que statistique. La société a tout d’abord conçu un système de visualisation innovant basé sur un système de cartes (voir capture ci-contre). Ces cartes sont une façon de visualiser de façon synthétique les principaux paramètres de fonctionnement d’une infrastructure. Cloud Physics propose en standard un large catalogue de cartes et permet aussi à ses clients de créer les leurs via un outil dont l’interface rappelle beaucoup celle du générateur de rapports personnalisés de Google Analytics. La société propose aussi un magasin applicatif au travers duquel des développeurs de cartes peuvent mettre à disposition leurs créations, de façon gratuite ou payante. Chaque administrateur organise ses cartes par « Deck », en fait des jeux de cartes qui sont regroupés sous un onglet (ce qui permet par exemple de créer des jeux thématiques).

Des assistants pour assurer la mise en oeuvre des meilleures pratiques

La seconde innovation est que les cartes ne visualisent pas que des données statistiques. CloudPhysics a par exemple compilé une large base de connaissances sur les meilleures pratiques vSphere qui est utilisée par certaines cartes pour aider les administrateurs à diagnostiquer leurs configurations et vérifier qu’elles sont conformes aux meilleures pratiques. CloudPhysics nous a ainsi fait la démonstration d’une carte permettant de vérifier la bonne configuration d’un cluster et de ses différents membres pour la haute disponibilité.

Une autre carte baptisée Knowledge Base Advisor s’appuie quant à elle sur un corpus de connaissances issu des bulletins d’alertes et d'éléments de grands acteurs du datacenter dont HP, IBM et VMware. Ces connaissances sont traitées par un système expert et comparées à la configuration du client. Automatiquement, ce dernier est averti des éléments pertinents des alertes pour son architecture. Par exemple, si HP préconise une mise à jour de firmware sur certains de ses serveurs pour résoudre des problèmes sous vSphere, l’Advisor listera les serveurs de l’infrastructure concernés par cette alerte. Si VMware préconise une modification de configuration pour corriger un éventuel souci, l’Advisor indiquera les paramètres à modifier et la liste des machines concernées…

D’autres cartes permettent de benchmarker le coût de l’infrastructure de cloud privé de l’entreprise avec Amazon. Les cartes Cost Calculator for AWS et Cost Calculator for vCHS, permettent ainsi de déterminer ce que coûterait le fonctionnement de l’infrastructure de l’entreprise si elle était transférée sur EC2 ou sur VMware vCloud Hybrid Cloud Service.

Une installation en 10 minutes

Selon CloudPhysics, sa solution s’installe en moins de 10 minutes. Il suffit en fait de déployer l’appliance virtuelle maison – baptisée Observer - (qui est en fait une VM sous Ubuntu) pour que les données commencent à être ingérées par le service cloud et que les premiers indicateurs en temps réel commencent à apparaître. Le service est facturé 49 $ par mois et par hôte surveillé en version standard (avec 20 cartes, et plusieurs services standards comme le Knowledge Base Advisor et le HA Health Check) ; ce qui est un tarif extrêmement concurrentiel par rapport à celui de vCops. CloudPhysics propose aussi une version entreprise avec un nombre illimité de cartes, l’analyseur de performance du cache SSD, l’analyseur de Thin provisioning et le simulateur HA (simulation de l’effet des services HA de VMware en cas de défaillance d’un ou plusieurs nœud). Cette dernière, plutôt destinée aux grandes entreprises, est facturée sur un mode de licence en volume.

Notons que pour l’instant CloudPhysics ne supporte que les environnements VMware. La firme entend toutefois supporter prochainement les environnements Hyper-V et  KVM/OpenStack.

 

 

 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close