Calxeda, première victime de la course aux ARM

A cours de financement, le pionnier des puces serveurs ARM est contraint de stopper ses activités. Il espère trouver un repreneur pour ses technologies et ses brevets.

Calxeda, l’un des pionniers des puces ARM pour serveurs vient de mettre la clé sous la porte et renvoyé chez eux la plupart de ses salariés. La jeune société texane, qui a déjà levé 90 M$, a décidé de stopper ses travaux et de préserver sa trésorerie restante pour tenter de trouver un repreneur pour ses technologies et ses brevets.

Le premier fruit des travaux de Calxeda a été l’EnergyCore ECX1000, une puce quadri-coeurs 32 bits ARM Cortex A9. En octobre 2013, la firme avait complété son offre avec l’ECX2000 « Midway »)une autre puce quadri-coeurs 32 bits cette fois-ci bâti sur la base de cœurs ARM Cortex A15 (supportant la virtualisation via KVM et Xen). Ces deux puces ont la particularité de pouvoir être intégrées dans des « fabric » massives via la technologie d’interconnexion FleetFabric du constructeur (qui fournit 5 ports 10 Gigabit par puce pour le support d’applications distribuées à grande échelle.

Calxeda travaillait depuis de long mois sur une déclinaison 64 bits de ces puces sous les noms de code « Sarita » et « Lago » et espérait lancer ces nouveaux processeurs dans la première moitié de 2014. Désormais, la firme semble espérer qu’un repreneur se manifeste pour poursuivre ses développements et achever ses travaux. En attendant, nul ne sait vraiment ce qu’il va advenir des projets en cours comme celui de la microlame quadri-socket ECX2000 pour les serveurs Moonshot d’HP ou comme les serveurs ou ceux des serveurs Foxconn, Boston et Penguin, à base de puces Calxeda. La firme s’est engagée à poursuivre le développement de tous les projets en cours…

En attendant d’y voir plus clair sur le devenir des travaux de Calxeda, une large partie des espoirs de la communauté serveur ARM repose désormais sur AMD, qui devrait livrer ses premières puces serveurs ARM 64 bits (nom de code « Seattle ») au premier trimestre, et sur Applied Micro avec ses puces X-Gene. Les puces X-Gene sont par exemple utilisées par HP pour une microlame prototype destinée à son serveur MoonShot et elles sont aussi en cours de test par Dell pour un serveur attendu dans le courant du premier semestre 2014. Rappelons pour la petite histoire que la première puce 64 bits ARM n’a été produite pour le marché des serveurs mais qu’elle est ironiquement l’œuvre d’Apple pour son iPhone 5s.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close