AMD veut faire converger ses puces ARM et x86 sur un socket unique

En 2015, AMD prévoit de faire converger ses puces x86 et ARM 64-bit sur un socket processeur unique. Et pour 2016, la firme travaille au développement de ses propres coeurs ARMv8.

L’architecture ARM devient stratégique pour AMD. Le fondeur, le seul encore capable d’affronter Intel sur le marché des puces x86, a annoncé que ses futures puces x86 et ARM utiliseront un socket unique dans le cadre d’un projet « Project SkyBridge ». AMD, qui s’était jusqu’alors contenté de décliner les designs d’ARM dans ses puces, a parallèlement annoncé avoir pris une licence d’architecture pour développer ses propres cœurs.

« Jusqu’à aujourd’hui, AMD était la seule société capable de combiner des cœurs x86 à haute performance et à basse consommation avec une partie graphique leader sur le marché », a expliqué Rory Read, le CEO d’AMD. « Désormais, nous faisons un important pas en avant et devenons la seule société capable de fournir à la fois des cœurs x86 et ARM associés à des capacités graphiques de classe mondiale ».

Les puces ARM font socket commun avec les puces x86

Dans la pratique, AMD prévoit pour 2015 de produire des puces ARM associées à ses cœurs graphiques Radeon. En cela, la firme affiche une stratégie similaire à celle de Nvidia, qui avec son Tegra K1 marie des cœurs ARM 64-bit avec des cœurs graphiques « Kepler ». Mais AMD entend se différencier de son concurrent de toujours dans les cartes graphiques en faisant en sorte que ses futures puces x86 + Radeon utilisent le même socket processeur que ses puces x86 pour desktop et terminaux mobiles. Cette stratégie ambidextre devrait permettre à AMD et à ses clients de profiter d’effets d’échelle substantiels. Les premières puces ARM + devraient arriver courant 2015 et utiliseront des cœurs Cortex A57 optimisés, associés à des cœurs Radeon « Graphic Core Next ». Elles feront socket commun avec la prochaine génération de puces x86 d’AMD, basée sur les cœurs Puma +. Ces cœurs seront des évolutions en 20nm des actuels cœurs Puma inaugurés avec les processeurs pour machines de bureau, portables et tablettes « Beema » et « Mullins » lancés il y a deux semaines. Il est à noter que les puces ARM 64-bit d’AMD seront les premières puces AMD capables de supporter officiellement Android - un point intéressant quand on sait que de nombreux constructeurs de PC portables louchent sur l’architecture ARM pour produire des notebooks économiques basés sur l’OS libre (à l’instar notamment d’HP).

K12 : AMD prend des licences avec l'architecture ARM

La feuille de route d’AMD est toutefois encore plus ambitieuse. La firme qui a récemment montré son premier prototype de serveur ARM fonctionnel basé sur ses puces « Seattle » lors du Red Hat Summit, entend à l’avenir développer ses propres cœurs 64-bit ARM pour serveurs. Pour Berlin, AMD a pris une voie plus facile puisque la firme s’est appuyée sur le design de cœurs Cortex A57 d’ARM. La future architecture processeur ARM d’AMD porte le nom de code K12 (pour mémoire, AMD a historiquement réservé les appellations K à ses cœurs x86 – le K8 ayant été la première puce x86 64-bit de l’histoire). Elle devrait faire son apparition dans le courant 2016. Notons que les puces ARM 64-bit "Seattle" d’AMD sont actuellement en cours d’évaluation par plusieurs constructeurs et devraient faire leur apparition dans des serveurs à l’horizon de la rentrée.

 

 

Pour approfondir sur ARM

- ANNONCES GOOGLE

Close